A quoi ressemblent les anges selon la tradition hébraïque?

2
1020

ANGELOLOGIE HÉBRAÏQUE

Dans la sidra TEROUMA nous pouvons lire un passage contenant les instructions pour l’édification de l’arche sainte, des tentures qui entourent le Saint des Saints et bien d’autres « accessoires » et parties du Temple.

Mais il va être question aussi des « kerouvim » כרובים ou chérubins. Dans le vocabulaire courant, en évoquant les termes d’anges, séraphins ou chérubins l’on se représente presqu’indifféremment des bambins joufflus et gracieux avec une paire d’ailes bien que dans l’angélologie chrétienne les séraphins sont aussi des bambins ou des angelots mais avec trois paires d’ailes………….

Pourtant, dans la sidra de Ythro, nous avons reçu une recommandation du Saint Béni Soit-Il : לא תעשה לך פסל
Et pourtant, Le Créateur nous demande de faire des Chérubins ! Ne s’agit-il pas de statues ?

Les commentateurs nous éclairent : il est écrit לך pour toi c’est-à-dire pour ton usage personnel comme par exemple pour rendre un culte idolâtre ni même dans les synagogues ou autres lieux de culte ou d’études : les chérubins ne sont dans le Temple qu’à un endroit bien précis – sur le propitiatoire השולחן – et, c’est au milieu des chérubins que D a choisi d’apparaître quand il le faudra.

Dans la lecture des berakhoth du Shéma Israël à la prière du matin et lors de la répétition de la âmida lors de l’office de shaharith ou de minha nous lisons  un court texte qui nous ramène à la prophétie d’Isaïe (VI, 3 )  et à celle d’Ezéchiel (III, 12) lorsqu’ils ont eu la vision de la « Merkava » (du char céleste) et où ils décrivent comment avec un grand bruit d’ailes et avec une grande clameur les séraphins, les chérubins et les êtres saints proclament la sainteté du Saint Béni soit IL : קדוש קדוש קדוש……

En nous basant sur la description des chérubins par Ezéchiel, nous apprenons que les chérubins sont en partie homme, en partie taureau, un peu lion aussi et pour les ailes ce sont celles d’un aigle car ces animaux sont assimilés à la force, l’intelligence, la rapidité et la noblesse.

Le rôle et l’apparence des séraphins sont différents de ceux des chérubins. En effet, les trois paires d’ailes étaient dirigées une paire vers le haut et une vers le bas et la troisième latérale. Deux séraphins de leurs ailes masquaient la face de D., deux autres cachaient les pieds tandis que deux autres prenant place à droite et à gauche כיביכול de D. L’accompagnaient de leurs battements d’ailes.

Les chérubins gardent l’entrée du Gan Eden de leurs glaives flamboyants depuis qu’Adam et Eve en ont été chassés. Le trône céleste est porté par eux (כסא הכבוד).
Pourquoi deux chérubins ? Parce que tout dans le monde est basé sur le nome et l’antinomie (la chose et son contraire : la lumière et les ténèbres, le chaud et le froid….) en opposition avec l’Unicité de D.

Le Zohar nous fait part du fait que les deux chérubins étaient l’un masculin et l’autre féminin. L’un actif et fécondant, l’autre passif et produisant, entre le monde supérieur et métaphysique et l’autre le monde inférieur et physique.

Apportant chacun sa part pour que règne l’harmonie et que dans cette plénitude, la Providence Divine puisse Se manifester. Les visages des chérubins se faisaient face tandis que la pointe des ailes se touchait.

Comme nous le voyons dans le Cantique des Cantiques où la belle jeune fille aime le beau berger et qu’il s’agit en fait de l’Amour qui doit unir Israël à l’Eternel d’un Amour parfait et sublime, ainsi, les chérubins se faisaient face dans une phase aigüe où l’amour unissait fortement Israël et le Créateur sinon, à l’instar du Créateur qui Se détourne de Ses créatures, les chérubins se détournaient l’un de l’autre.

De cette manière, le Cohen Gadol pouvait savoir dans quel état se trouvaient les relations entre D. et le monde d’en bas. Les ailes se touchaient tout en vibrant et en battant.
Dans une autre partie, il sera question des détails et dimensions du Mishkan.

ANGELOLOGIE HEBRAIQUE DEUXIEME PARTIE

Nous avons déjà évoqué dans la première partie les Chérubins et les Séraphins mais il existe d’autres anges dotés d’autres noms et chargés d’autres tâches et assignés à d’autres « étages » du monde supérieur.

Ainsi, dans les textes sacrés on parle de חיות הקודש des êtres saints qui ne sont autres que des anges se tenant dans le monde de la création(עולם היצירה) , il est question aussi des séraphins שרפים, des Ofanim אופנים et bien d’autres désignés en français ou dans d’autres langues sous le nom global d’ « ANGES ».

Les anges sont des créatures « spirituelles » qui servent D. Il serait plus exact de traduire ange par « envoyé » étant donné que les fonctions auxquelles ils sont astreints émanent de D. Parfois leurs fonctions sont limitées à une action ou parfois à un domaine.

Les âmes viennent de l’intérieur des mondes supérieurs alors que les anges viennent de l’extérieur des mondes supérieurs ou plus précisément des étincelles provenant de la « brisure des vases ». Cette différence se remarque jusque dans la variété et l’étendue des tâches qui incombent à chacun. Les anges que Jacob voit dans son rêve de l’échelle, sont des anges dont la fonction est רצוא ושוב ou רצו”ש c’est-à-dire qu’ils ont un ordre à accomplir très vite et revenir au point de départ.

De la même façon que l’homme de par sa tenue (il se tient debout, la tête vers les cieux) et son essence est différent de la bête (dont la tête se tend vers la terre), l’homme se différencie de l’ange de par sa conception-même car si l’homme est créé par une « union » corporelle, l’ange est créé par une union « extérieure » et pas intérieure : זיווג נשיקין.
Le schéma corporel de l’homme suit de très près « l’arbre de vie ou arbre séphirotique » alors que seulement seule la séphira  du hessed (symbolisée par une face de lion et dont la préoccupation majeure est l’amour ou symbolisée par la face du taureau et dont la préoccupation est la crainte) symbolise le règne animal.

Les sérafim sont des anges qui se trouvent dans le monde des créatures עולם הבריאה sur lequel règne la séphira de l’intelligence (בינה) du monde supérieur de la « noblesse » (אצילות). La tâche des séraphins est de comprendre intellectuellement la Divinité et ils se tiennent au-dessus du Trône.

Les créatures saintes ou חיות הקודש . Elles se trouvent dans le monde de la création עולם היצירה Eux et les Ofanim « transportent » le Trône divin.

Les Ofanim se tiennent dans le monde de l’action et ce sont eux qui proclament : «  baroukh kevod HaShem mimekomo » !

Les Hashmélim sont des anges dont le nom est constitué de 4 initiales : holem, shorek, moah et lev. Chacun de ces mots correspond à une séphira : holem = « keter » ; shorek est la magnificence = tif’éret ; moah cerveau = « bina » ; et lev, le cœur = « daât ».
Les Arelim (אראל) sont aussi des anges qui font le lien entre l’homme et le Créateur.

De plus il ne faut pas oublier que nous savons, d’après nos Sages que l’homme peut créer des Anges de par sa conduite (bonne ou mauvaise) et de par le fait qu’il prie et/ou qu’il étudie, parce qu’il fait des mitsvoth ou parce qu’il fait des âvéroth (fautes) etc…. car ainsi ont dit nos Sages :
כל המקיים מצווה בעולם הזה קונה לו סניגור לעולם הבא וכל העובר עבירה בעולם קונה לו קטיגור לעולם הבא (פרקי אבות IV,13).

Toute personne qui fait une mitsva en ce monde acquiert pour lui-même un « défenseur » pour le monde futur de même que toute personne qui fait une faute dans ce monde-ci acquiert pour lui-même un « accusateur » pour le monde futur.

Caroline Elishéva REBOUH

Caroline Elishéva REBOUH

MA Hebrew and Judaic Studies
Administrative Director of Eden Ohaley Yaacov

2 COMMENTS

  1. intéressante étude sur les anges mais le probléme persiste : n’y a t’il pas danger que cette angéologie se transforme en avoda zara ? créer des puissances intermédiaires entre Dieu et nous, n’est elle pas une imitation de la mythologie grecque ?
    j’ai entendu d’autres cours ou les anges sont assimilés à des ‘energies supérieures’ , des émanations des énergies Divines et là c’est plus satisfaisant pour un esprit rationnel, et ça évite un tel danger .

  2. Une petite précision sur ce remarquable article :
    Le monde de la création s’appelle Bériah = בריה
    Celui de la formation s’appelle Yéçyrah = יצירה
    Une petite erreur au niveau de la traduction de l’anglais peut-être.
    En tout cas bravo pour votre site et ce qu’il nous apporte !
    Hamec Deschamps.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.