Sarah Halimi : Battue, torturée et tuée – la France ferme les yeux©

4
1193

Sarah Halimi: Battue, torturée et tuée – la France ferme les yeux

Le meurtre horrible d’une mère juive à Paris a été initialement ignoré par les autorités – évoquant les échos du passé et les craintes pour l’avenir

Il y a près de cinq mois, le 4 avril, une juive orthodoxe de 65 ans appelée Lucette Attal-Halimi et connue sous son nom hébreu, Sarah Halimi – médecin à la retraite et directrice d’un jardin d’enfants – a été attaquée au milieu de la nuit chez elle, rue Vaucouleurs, dans le 11e arrondissement de Paris, apparemment torturée à mort et finalement jetée par une fenêtre du troisième étage.

Ce crime horrible est en train de devenir un grave problème judiciaire et même politique en France – à tel point que le président Emmanuel Macron a insisté dans un discours public le 16 juillet, à l’occasion du 75e anniversaire du rassemblement ordonné par les nazis de milliers de Juifs parisiens- , que “le pouvoir judiciaire doit faire la lumière” sur l’affaire.

Ce qui était un geste audacieux, puisque les juges sont censés, en vertu de la loi française, être indépendants de l’exécutif. Selon Jean-Alex Buchinger, l’avocat représentant les enfants de Sarah Halimi, «une telle déclaration est indicative, à tout le moins, d’une situation très troublée».

Pour comprendre ce qui est en jeu, il faut revenir aux événements du 4 avril.

A 4h du matin, Kobili Traore, 27 ans, de descendance musulmane malienne, vivant à l’étage inférieur de Sarah Halimi, s’est rendue à l’appartement d’un parent plus âgé, Diara Traoré, au 3e étage du bâtiment voisin, 30, rue Vaucouleurs.

Le comportement de Kobili était clairement problématique, puisque Diara Traoré s’est enfermé avec sa femme et ses enfants dans l’une des chambres de l’appartement et a appelé la police à 4h25 du matin.

Trois minutes plus tard, une unité de la Brigade anti-criminalité (BAC) – qui patrouillait dans la région – a pris position devant la porte de Diara.

Ils ont entendu Kobili Traore chanter des prières musulmanes et des versets coraniques. Incertains de la situation et des menaces potentielles pour la famille, ils ont demandé des renforts. Des policiers supplémentaires sont arrivés rapidement. Cependant, pour une raison peu claire, l’unité de la BAC s’est toujours abstenue d’opérer une percée pourtant nécessaire.

Pendant ce temps, Kobili Traore s’est habillé et il est sorti par la fenêtre pour rejoindre l’appartement de Sarah Halimi, qui était au même niveau que celui de Diara Traoré.

Il a agressé la femme juive et l’a frappée sans pitié. De temps en temps, il a repris la récitation coranique. De nombreux voisins, réveillés par les cris de la vieille femme ou les chants religieux de l’assaillant, ont appelé la police.

Certains ont donné des détails sur l’endroit exact de l’agression, l’identité de l’agresseur, le fait qu’il a vilipendé sa victime en tant que juive et comme incarnation de “Satan” en la frappant, ou même – en ce qui concerne les voisins musulmans – les versets coraniques qu’il a chanté.

Pourtant, la police n’a toujours pas réussi à prendre d’assaut l’appartement de Sarah Halimi et à la sauver. Finalement, Kobili Traoré aurait crié que la femme était “folle et sur le point de se suicider” et l’aurait jetée par la fenêtre.

Il a eu le temps de regagner l’appartement de Diara Traoré où il a finalement été arrêté. Ses mains étaient couvertes de sang. Il y avait du sang partout dans l’appartement de sa victime.

Sarah Halimi a été jetée du balcon de son appartement dans la rue Vaucoloeurs
 (Le Parisien)

Le comportement de la police était assez étrange tout au long de cette nuit tragique. D’autres questions devaient bientôt être soulevées au sujet du traitement de l’affaire. Premièrement, alors que le meurtre et ses circonstances ont été rapportés presque instantanément au sein de la communauté juive et par l’agence de presse AFP, les médias traditionnels n’en ont pas parlé pendant deux jours, jusqu’à ce que BFMTV, une chaîne d’information de 24 heures, cite au moins une dépêche AFP le 6 avril sur son site internet.

De même, très peu a été dévoilé ou dit au sujet d’une marche de protestation de 1000 personnes dans le quartier de la rue Vaucouleurs le 9 avril. Considérant l’énormité du crime, les reportages sont restés étonnamment discrets, ce qui reste déroutant.

Les choses ont changé seulement après que les parents de Sarah Halimi et leurs avocats ont convoqué une conférence de presse le 22 mai avec le soutien des dirigeants de la communauté juive.

Le 1er juin, 17 éminents intellectuels français, des philosophes Alain Finkielkraut, Marcel Gauchet et Michel Onfray, aux historiens Jacques Julliard et Georges Bensoussan, à la démographe Michèle Tribalat et au sociologue Jean-Pierre Le Goff, ont appelé à faire la “pleine lumière” sur le dossier Halimi. cas – les mots mêmes que le président Macron utilisera plus tard – dans une déclaration collective publiée par Le Figaro. Dès lors, les médias traditionnels ont consacré plus d’espace à l’affaire, et, ironiquement, se sont demandé pourquoi ils n’y avaient pas prêté plus d’attention plus tôt.

Axel Roux, journaliste au journal du dimanche , a admis le 4 juin que lorsqu’il a commencé à enquêter sur l’affaire, il a été “stupéfait” par le manque d’archives médiatiques et l’approche “minimaliste” de sa profession.

Pas moins dérangeant était le silence des responsablees. Les membres français du cabinet ou les représentants du gouvernement réagissent habituellement à de tels crimes d’office . Certains peuvent même prendre une position plus personnelle.

Par exemple, le président Macron a tweeté le 14 août son inquiétude à l’égard des victimes et de leurs proches quelques heures seulement après qu’une voiture s’est écrasée dans une pizzeria et a tué une jeune fille de 13 ans.

Aucune réaction de ce genre ne s’est produite après le meurtre de Sarah Halimi, même si le ministre de l’Intérieur a accordé une audience d’urgence aux dirigeants de la communauté juive. La classe politique n’a pas, non plus, commenté publiquement, à l’exception de la candidate à l’élection présidentielle du Front national, Marine Le Pen, qui a fait une déclaration indirecte le 11 avril.

Troisièmement, il y a l’angle légal. La question de la santé mentale de l’attaquant, et donc de sa responsabilité pénale, a été laissée pour compte pendant plus de quatre mois et est toujours en suspension. Le Dr Daniel Zagury, l’expert psychiatrique renommé chargé de traiter l’affaire, doit présenter son rapport à la fin du mois d’août.

Kobili Traoré a d’abord été envoyé dans deux hôpitaux psychiatriques. Ce n’est que le 11 juillet qu’il a été formellement inculpé de meurtre et d’enlèvement et transféré à la prison de Fresnes.

En attendant, il a été capable de construire sa propre version des événements du 4 avril.

Il soutient maintenant qu’il avait absorbé de grandes quantités de cannabis la veille et qu’il était «possédé» par des «forces extérieures» ou des «forces diaboliques».

Il y a des preuves qu’il a également passé un certain temps la veille à la mosquée Omar voisine, un haut-lieu de l’islam radical. Cependant, sa mère prétend qu’elle l’a envoyé là précisément pour l’aider à surmonter ses obsessions «sataniques».

Plus troublant, le juge d’instruction, Anne Ihuelu, a refusé d’accuser Kobili Traore de motivations antisémites. Selon la loi française, la haine pour un groupe donné, qu’il s’agisse d’un groupe ethnique, religieux ou philosophique, ou qu’un genre soit considéré comme une circonstance aggravante lorsqu’il s’agit d’actes violents – et d’autant plus lorsqu’il s’agit de meurtre.

Les avocats de la famille Halimi notent que de nombreux témoins, y compris de nombreux voisins musulmans de Sarah Halimi, ont signalé le langage antisémite employé par Kobili Traore pendant l’agression. Ils remarquent également que, si Sarah Halimi entretenait de bonnes relations avec ses voisins, indépendamment de leur origine ethnique ou religieuse, elle avait des «problèmes» avec les membres de la famille étendue Traoré qui pouvaient, parfois, se livrer à des abus ou des menaces antisémites.

Une autre décision surprenante est que le juge Ihuelu a accusé Kobili Traore d’avoir kidnappé la famille de Diara Traore et a refusé de l’accuser d’avoir kidnappé Sarah Halimi elle-même.

Les avocats de la famille Halimi considèrent ces deux démarches comme inacceptables et ont pris des mesures pour les faire annuler, tout comme le refus de qualifier le meurtre d’antisémite.

Comment peut-on expliquer tant de développements inquiétants, à plusieurs niveaux, et une volonté si manifeste de tant de monde de réduire au silence ou de minimiser le cas?

Clairement, il a affronté le calendrier politique de la France. Le premier tour de l’élection présidentielle française était prévu le 23 avril et le second tour le 7 mai. Ensuite, des élections parlementaires étaient prévues les 11 et 18 juin.

Il semble y avoir eu parmi les responsables le sentiment que les affaires criminelles impliquant des «relations communautaires» pourraient facilement dégénérer en violence à grande échelle et faire dérailler le processus électoral. Cela peut expliquer la demi-inertie de la police lors de la nuit fatidique.

Un an plus tôt, une affaire dans laquelle la police a accidentellement tué un résident chinois lors d’un incident intéreir a conduit à des manifestations de masse et à des difficultés diplomatiques avec Pékin.

En février 2017, l’allégation de molestation par des policiers d’un citoyen français d’origine africaine a été utilisée comme prétexte pour des manifestations, des émeutes et des pillages.

Il semble également que l’on se soit inquiété, du moins pendant toute la campagne présidentielle, de ce que le reportage ou le commentaire sur le meurtre de Sarah Halimi pourrait bénéficier à Marine Le Pen qui, à l’époque, était en tête des sondages. Une préoccupation justifiée, dans une certaine mesure, par la tentative de Mme Le Pen de discuter de l’affaire.

Gilles William Goldnadel, avocat des frères et soeurs de Sarah Halimi qui poursuivent les officiers du BAC, pense que les deux attitudes ont tendance à être courantes en France, même en dehors des périodes électorales :

“Il ne s’agit pas tant de dissimuler les crimes antisémites que de couvrir un crime contre les blancs, les judéo-chrétiens, par crainte de conséquences politiques”.

Il y a quelque chose de rassurant dans la demande du Président Macron pour une enquête approfondie – ainsi que dans la déclaration de juin d’intellectuels éminents.

Pour le moment, la France conserve sa réputation de pays de Dreyfus – un lieu où l’injustice peut se produire mais peut être finalement réparée.

Pourtant, il y a aussi un sentiment, à la fois dans le pays et dans la communauté juive, qu’une tendance dangereuse est en train de s’imposer.

August 24, 2017, un an plus tard, l’affaire est toujours au point mort et le pouvoir dans l’attente de son étouffement.

The Jewish Chronicle

thejc.com

Adaptation : Marc Brzustowski

4 COMMENTS

  1. Michel Gurfinkiel nous ennuie. Pour une fois la France est unie dans son négationnisme d’un crime antisémite, que nos concitoyens, nos hommes et femmes politiques, nos journalistes, nos intellectuels, nos syndicalistes, nos droitsdelhommisles, nos juges, nos policiers, nos humoristes,… et nos voisins, excepté quand ils sont juifs et encore pas tous. Et Michel Gurfinkiel veut gâcher la fête de la Nation, car rarement la France a été aussi unie (sauf en 1940), certes dans l’indifférence devant le malheur juif, mais que représentent les Juifs en France, combien de garnisons? Donc Mr Michel Gurfinkiel, taisez vous, célébrons la victoire de l’équipe de France de football, savourons les vacances, savourons la vie… mais pas celle des Juifs en France!

  2. Depuis des décennies, la France et l’Europe ferment les yeux sur les insultes, les violences, les crimes antisémites liés au nouvel antisémitisme sinon ces horreurs ne continueraient pas (le dernier en date le meurtre affreux de Mireille Knoll) si l’Etat français ouvrait les yeux et agissait mais le réservoir électoral musulman est trop attractif surtout en France où il frôle les 15 %.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.