Vidéo: La Nuit de cristal, par Georges Bensoussan

2
226
crédits/photos : AFP/FILE A Jewish-run store vandalised by Nazis and daubed with anti-Semitic graffiti in Berlin on November 10, 1938

La Nuit de cristal, par Georges Bensoussan

 

 

“Les nazis savent que les juifs sont abandonnés par la société allemande. C’est ce qui rend possible le pogrom d’état de la Nuit de cristal du 9 novembre 1938”

Georges Bensoussan revient sur ce moment décisif de la mise au ban des juifs de la société allemande

 

La Nuit de cristal, par Georges Bensoussan

"Les nazis savent que les juifs sont abandonnés par la société allemande. C'est ce qui rend possible le pogrom d'état de la Nuit de cristal du 9 novembre 1938"Georges Bensoussan revient sur ce moment décisif de la mise au ban des juifs de la société allemande.

Publiée par Akadem sur Vendredi 8 novembre 2019

2 COMMENTS

  1. 2014, Bensoussan excellent évidement. Dommage que Akadem (et le memorial del Shoa) l’ait foutu dehors, quel tache indélébile sur Akadem. Il nous manque, il rehausserait le niveau.

  2. Il serait intéressant, par exemple, de savoir combien de Juifs dits “apatrides” d’Europe Centrale, Pétain a fait interner dans les camps du Sahara dès l’été 1940. En février 1943, le général Bergeret reconnaissait la présence de 30.000 Juifs internés dans ces camps, mais combien y étaient passés au total? 60.000? Connaissant ce chiffre, on pourrait en déduire le nombre de Juifs d’Europe Centrale exterminés par les Français dans ces camps. La Nuit de Cristal, comme la Shoah, avaient été prévues par Pinsker, Herzl et surtout Jabotinski dans son discours devant la Commission Peel de 1937. La même chose allait arriver en Algérie si les Anglo-Américains ne débarquaient-pas. Le 8 novembre 1942, les Juifs d’Algérie étaient déjà convoqués en mairie pour y recevoir leur étoile jaune, pour prendre la suite des apatrides dans les camps du Sahara, ce qui en a décidé beaucoup à s’engager dans le CFA plutôt qu’être interné. Ben Gourion a alors commis une erreur d’appréciation de la situation. Il n’a pas compris que les Juifs ne pouvaient ne compter que sur eux-mêmes et ne recréeraient leur état que par la force, sinon mourir. Les différentes diasporas Juives combattaient l’Allemagne en ordre dispersé, les Juifs d’Algérie dans le CFA, les Juifs Polonais à Varsovie, les Juifs de Palestine dans l’Armée Britannique, etc.. Il fallait impérativement fédérer tout cela et unifier sous un même drapeau. Or, ce n’est qu’en 1945, probablement écœuré par les images de la Shoah, que Ben Gourion a fini par lever des fonds à New York pour acheter de l’armement de guerre pour le futur état Juif. Dans tous les cas, s’il n’y avait-pas eu la violence du Lehi et de l’Irgoun, les Anglais ne seraient-pas partis de Palestine. Tirons-en toutes les leçons à tirer.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.