Un reportage de France 2 à la gloire du Hezbollah

Utilisant des images de propagande du Hezbollah, ce reportage lui attribuait tout le mérite d’avoir sauvé le Liban du Covid-19. Face aux protestations, dont celle d’InfoEquitable, France Télévisions a reconnu que le commentaire aurait dû signaler le caractère terroriste de cette organisation. 

On peut dénicher au moins une prouesse dans le reportage sur le Hezbollah diffusé le 30 mai dernier, sur France 2, lors du journal de Télématin : celle d’avoir réussi à ne pas prononcer une seule fois le mot « terrorisme ».

La milice chiite pro-iranienne, qui tient le Liban en coupe réglée, est pourtant officiellement classée sur la liste des organisations terroristes par les Etats-Unis, le Canada, l’Australie et les Pays-Bas.

L’Union européenne, elle, a choisi de se réfugier dans une prudence toute diplomatique puisqu’elle considère que « seule la branche militaire » du Hezbollah mérite cette qualification de « terroriste », mais pas sa branche politique.

C’est en surfant sur cette ambiguité que France 2 a donc diffusé dans sa tranche d’infos du samedi matin un reportage (à partir de 2h43mn) attribuant à la milice chiite tout le mérite d’avoir sauvé le Liban de l’épidémie de cornavirus.

« Le Liban fait partie des 15 meilleurs élèves de la planète », lance le présentateur Laurent Bignolas qui souligne la « gestion exemplaire de la crise » au Pays du cèdre.

Le correspondant de la chaîne au Liban, Sylvain Lepetit, en explique les raisons : « Le gouvernement dont fait partie le Hezbollah se félicite de ces résultats. Il faut dire que la milice qui est à la fois un groupe armé et un parti politique a mis toutes ces forces en ordre de bataille ».

« groupe armé, parti politique… », comme ces choses sont dites avec pudeur et retenue.

Rien en tout cas sur le terrorisme.

Un reportage avec des images de propagande

Le reportage commence sur des images de propagande du Hezbollah, ainsi que le signale une mention en bas à gauche de l’écran.

Cette précaution est-elle suffisante pour mettre en garde le téléspectateur et l’informer de la véritable nature de la milice chiite ?

Le commentaire qui accompagne ces images reste dans un flou artistique :

« Rien que pour les campagnes de désinfection, le Hezbollah a mobilisé une force de 15 pompiers secouristes. La milice pro-iranienne a également déployé 1.500 médecins et 8.000 travailleurs médicaux. Une démonstration de force qui démontre que cette milice religieuse – à la fois groupe armé et parti politique – fonctionne comme un Etat dans l’Etat. »

« Milice religieuse, groupe armé et parti politique (ça a déjà été dit !), Etat dans l’Etat… », on a comme l’impression que le journaliste en poste au Liban est gêné aux entournures, qu’il tourne autour du pot sans vouloir aller jusqu’au bout de son propos. Toujours rien en tout cas sur le terrorisme.

Le reportage nous fait ensuite pénétrer dans une salle de classe où sont formés les secouristes du Hezbollah.

« D’habitude ces recrues seraient entraînées contre Israël, le voisin hébreu en guerre avec le Hezbollah depuis les années 80. Mais aujourd’hui, ils sont en cours de prévention contre le Covid 19 »,  commente le journaliste.

« – Nous devons y faire face comme si c’était un ennemi du peuple », témoigne ce secouriste du Hezbollah.

« – Tout ce qui peut faire du mal aux libanais doit être combattu, même si ce n’est pas un ennemi physique concret », ajoute un de ses camarades.

Le secret d’une telle efficacité ? Le journaliste de France 2 le révèle dans son commentaire. Il le tient du Dr Abbas Hobballah, le directeur de la société islamique de santé du Hezbollah.

« Pour le Dr Hobballah, c’est l’expérience des guerres contre Israël qui explique les bons résultats libanais », rapporte le correspondant de la chaîne publique.

La « guerre contre Israël », voilà donc la racine de la formule miracle qui a permis au Hezbollah de bien soigner et de guérir la population libanaise.

Le vrai visage du Hezbollah

Ce reportage très élogieux n’aurait-il pas dû être tempéré par le rappel de quelques états de services de la milice islamiste ?

La simple consultation de la notice Wikipedia du Hezbollah permet de constater ses antécédents et sa dangerosité, très éloignés d’une sympathique équipe de secouristes telle qu’elle nous été présentée par France 2.

Pour mémoire, on rappellera :

L’attentat du Drakkar

Le Hezbollah est fortement soupçonné d’être à l’origine du double attentat contre l’immeuble du Drakkar à Beyrouth, le 23 octobre 1983, lors duquel 58 parachutistes français ont été assassinés. Le même jour, les soldats américains de la force d’interposition internationale au Liban avaient été aussi la cible d’un attentat. Cette double attaque avait fait au total 306 victimes.

Les otages français au Liban

Le Hezbollah a été à l’origine de l’enlèvement et de la détention durant plusieurs années des otages français au Liban dans les années 80 : les diplomates Marcel Fontaine et Marcel Carton, le chercheur Michel Seurat, le journaliste Jean-Paul Kauffmann ainsi que l’équipe de France 2 (Antenne 2, à l’époque) Philippe Rochot, Georges Hansen, Aurel Cornéa et Jean-Louis Normandin.

LIRE LA SUITE https://infoequitable.org/un-reportage-de-france-2-a-la-gloire-du-hezbollah/

3 Commentaires

  1. la kollaboration est elle écrite dans le patrimoine genetique des journalistes français? Je me souviens d’un « publireportage » sur le hamas du meme acabit dans l’hebdomadaire paris match épinglé par « InfoEquitable » il y a plusieurs années Merci Hai de reprendre ce site de temps à autre car chez eux,ils font une enquete exhaustive avant toute publication. joseph

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.