Un pétrolier iranien a été la cible, samedi, d’une attaque au large de la Syrie, qui a coûté la vie à trois Syriens, dont deux membres d’équipage.

Des victimes syriennes

« Le pétrolier iranien qui venait d’Iran était à l’arrêt non loin du port (syrien) de Banias au moment de l’attaque », a affirmé à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane. « Au moins trois Syriens ont été tués, dont deux membres d’équipage. »

M. Abdel Rahmane a dit « ignorer s’il s’agit d’une attaque israélienne ou non », alors qu’Israël a ciblé maintes fois des positions de l’Iran en Syrie, pays voisin de l’État hébreu en guerre depuis 2011. La République islamique d’Iran, qui aide militairement le régime de Bachar al-Assad en Syrie, est un ennemi d’Israël. Les tensions sont très vives entre les deux pays et il y a une dizaine de jours, l’Iran a accusé Israël de « sabotage » dans son usine d’enrichissement d’uranium de Natanz. À Damas, le ministère du Pétrole, cité par l’agence officielle Sana, a affirmé qu’« un incendie s’est déclaré dans l’un des réservoirs » d’un pétrolier non identifié « après avoir été vraisemblablement la cible d’une attaque au drone », au large de Banias (ouest). L’incendie est désormais « maîtrisé », selon le ministère.

Des centaines de frappes depuis 2011

Voisin de la Syrie, Israël a mené depuis 2011 des centaines de frappes, y compris à l’aide de drones, contre des positions du pouvoir syrien et de ses alliés, les troupes iraniennes et des combattants du Hezbollah libanais, un autre ennemi juré de l’État hébreu. Israël dit chercher à éviter que l’Iran ne s’implante en Syrie. L’armée israélienne n’a que rarement reconnu publiquement ses frappes en Syrie.

Des installations attaquées

Jeudi, un officier syrien a été tué près de Damas dans des frappes israéliennes selon l’OSDH, Israël affirmant avoir riposté à un tir de missile tiré de la Syrie et tombé dans le sud du territoire israélien, près d’une installation nucléaire. Plusieurs installations d’hydrocarbures ont été la cible d’attaques en Syrie. En février 2020, quatre sites pétroliers et gaziers dans la province centrale de Homs ont été attaqués par des drones armés, provoquant des incendies et des dégâts matériels. Ces attaques qui n’ont pas été revendiquées, sont survenues une semaine après le sabotage par des inconnus des oléoducs offshore de la raffinerie de Banias. Un sabotage similaire mené à l’aide d’explosifs posés sur les oléoducs, a eu lieu six mois plus tôt. La guerre en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression de manifestations pro-démocratie, a coûté des dizaines de milliards de dollars au secteur des hydrocarbures. Les sanctions contre la Syrie ainsi que les mesures punitives américaines contre l’Iran, pays pétrolier, ont rendu d’autant plus compliquées les importations.

Avant le conflit, la production de pétrole brut syrien atteignait près de 400 000 barils par jour. En 2020, celle-ci s’élevait à seulement 89 000 b/j selon le ministre du pétrole, dont jusqu’à 80 000 en provenance des zones kurdes échappant au contrôle du pouvoir.

Jeudi, un officier syrien a été tué près de Damas dans des frappes israéliennes selon l’OSDH, Israël affirmant avoir riposté à un tir de missile tiré de la Syrie et tombé dans le sud du territoire israélien, près d’une installation nucléaire. Plusieurs installations d’hydrocarbures ont été la cible d’attaques en Syrie. En février 2020, quatre sites pétroliers et gaziers dans la province centrale de Homs ont été attaqués par des drones armés, provoquant des incendies et des dégâts matériels.

Ces attaques qui n’ont pas été revendiquées, sont survenues une semaine après le sabotage par des inconnus des oléoducs offshore de la raffinerie de Banias. Un sabotage similaire mené à l’aide d’explosifs posés sur les oléoducs, a eu lieu six mois plus tôt.

De 400.000 à 89.000 barils par jour

La guerre en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression de manifestations pro-démocratie, a coûté des dizaines de milliards de dollars au secteur des hydrocarbures. Les sanctions contre la Syrie ainsi que les mesures punitives américaines contre l’Iran, pays pétrolier, ont rendu d’autant plus compliquées les importations.

Avant le conflit, la production de pétrole brut syrien atteignait près de 400.000 barils par jour. En 2020, celle-ci s’élevait à seulement 89.000 b/j selon le ministre du pétrole, dont jusqu’à 80.000 en provenance des zones kurdes échappant au contrôle du pouvoir.

JForum – sources : Sud-Ouest Le Figaro – Maariv

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.