Les stations sont prêtes mais attendent toujours d’y voir plus clair sur les dispositions du gouvernement. © Crédit photo : Le Deodic David ©

Ski : le spectre de la saison blanche en montagne

Par Christophe Palierse Publié le 21 nov. 2020 à 8:02 Mis à jour le 21 nov. 2020 à 18:48

Le 5 décembre ? Le 19, soit le début des prochaines vacances scolaires ? A Noël ? En février ? Les 250 stations françaises de sports d’hiver abordent leur saison 2020-2021 dans la plus grande incertitude, faute de visibilité sur sa date d’ouverture. La parole du président de la République, qui doit s’exprimer mardi, est d’autant plus attendue que le gouvernement ne cesse d’inviter, depuis plusieurs jours, les Français à la plus grande prudence et à patienter avant de réserver.

Interrogé sur Franceinfo, son porte-parole, Gabriel Attal, les a appelés vendredi matin à « attendre début décembre » pour avoir de « la visibilité sur les vacances »,« plutôt que de se précipiter et devoir changer de pied parce que la dynamique épidémique n’est pas celle qu’on attendait ». A ce stade, la pression du Covid-19 sur le système hospitalier rhônalpin reste élevée. Et le gouvernement cherche par ailleurs à se concerter avec les voisins Italiens Espagnols ou Suisses pour éviter que certains ouvrent et d’autres restent fermés.

« Nous savons très bien que nous ne pourrons pas ouvrir sans une situation sanitaire favorable. La question, l’inquiétude, est de savoir à quel moment », explique le président de l’Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM), Jean-Luc Boch, lui-même premier édile de La Plagne-Tarentaise, en Savoie.

Faire bloc

La filière ski est de nouveau rattrapée par la crise sanitaire. La saison dernière avait été brutalement arrêtée à la mi-mars tandis qu’elle battait encore son plein, d’où une perte de recettes estimée à 1,5 milliard d’euros sur quelque 10 milliards. Huit mois plus tard, élus, hébergeurs ou encore exploitants de remontées mécaniques doivent de nouveau faire bloc. Ils assurent s’activer pour « tout ouvrir » dès que possible.

« Nous ne sommes pas décideurs. Les impératifs sanitaires primeront par définition. Ce qui nous importe est que nous soyons crédibles quand nous ouvrirons », résume Dominique Marcel, le PDG de la Compagnie des Alpes (CDA), le numéro un mondial des remontées mécaniques, présent dans une dizaine de stations françaises.

Des « protocoles de station »

Cet hiver, l’écosystème montagnard a élaboré des « protocoles de station ». Le dispositif est en cours de validation. « Nous travaillons avec l’ensemble de la filière », témoigne le président du syndicat professionnel Domaines skiables de France (DSF), Alain Maulin.

Il est prévu que les employés des stations subissent des tests antigéniques , des points de dépistage étant installés dans les stations. Le port du masque sera obligatoire dans les files d’attente des remontées mécaniques et les télécabines, qui ne seront pas sujettes à une limitation de capacité, tout comme les télésièges. « Nous avons une expérience avec nos parcs de loisirs [Parc Astérix, Futuroscope, Walibi Rhônes-Alpes, NDLR], et l’expérience montre que cela s’est bien passé », souligne Dominique Marcel, à la Compagnie des Alpes. Pour sa part, la station de Val Thorens a même prévu d’utiliser un drone, déjà testé l’an dernier, pour surveiller les pistes et éviter les regroupements de skieurs…

Du côté des hébergeurs, l’enregistrement à distance a pris une nouvelle ampleur, tout comme la réservation en ligne du matériel, des forfaits ou des cours de ski. Pour le matériel, émerge aussi le retrait en mode drive, voire en livraison à domicile.

Dans l’hypothèse d’une ouverture des stations en décembre, les services aux vacanciers et leur animation pourraient pâtir d’arbitrages relatifs à un déconfinement partiel. Il est question d’un prolongement de la fermeture des bars et restaurants en décembre, tout comme des discothèques. Pour les restaurateurs, la vente à emporter permettrait de limiter les dégâts.

Le casse-tête des saisonniers

La situation génère un casse-tête pour la gestion des saisonniers – qui représentent 120.000 des 150.000 salariés de la filière. Pour les remontées mécaniques, les recrutements seront achevés d’ici à la fin du mois. Domaines skiables de France est en train d’embaucher de 65 à 70 % de ses 18.000 actifs habituels. Mais la question du chômage partiel des saisonniers reste encore à éclaircir, pourront-ils en bénéficier s’ils n’ont pas encore travaillé ?

Deux cents aéroports européens au bord de la faillite

Du côté des hébergeurs, on ne cache pas en revanche que le manque de visibilité nuit au bon déroulement des recrutements. « Nous avons besoin d’un millier de saisonniers pour nos 17 clubs de vacances mais je ne sais pas quand déclencher les contrats de travail », confie le président de Belambra, Frédéric Le Guen. « Nous gérerons à la dernière minute », abonde le directeur général de l’exploitant des résidences de tourisme Odalys, Laurent Dusollier.

Conscient du risque de flottement, le gouvernement a invité les entreprises à embaucher normalement. Interrogée sur Radio J, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, a assuré que l’Etat est « en train de s’organiser » pour que les saisonniers « puissent être recrutés normalement et bénéficier si nécessaire » du chômage partiel.

Quelle affluence sur les pistes ?

Avec des Britanniques – de loin les premiers visiteurs étrangers – cloîtrés outre-Manche ou des Néerlandais invités à rester chez eux, les professionnels de la montagne s’attendent par ailleurs à une saison franco-française. Le manque de visiteurs étrangers pourrait peser, sachant qu’ils représentaient 26 % de la fréquentation en 2018-2019.

La chute devrait toutefois être variable selon les stations et le type d’hébergement. A Val d’Isère, les clients internationaux représentent près de 62 % de la clientèle, les Anglais comptant à eux seuls pour 42 %… A contrario, des petites stations à caractère familial bénéficieraient de leur clientèle domestique. De même, si l’hôtellerie haut de gamme s’achemine vers une saison complexe en l’absence de visiteurs étrangers aisés, d’autres formules d’hébergement y seront bien moins sensibles « On observe une bonne prise de réservations pour les appartements et chalets haut de gamme avec services », confie le patron du pôle hôtellerie/tourisme/loisirs de KPMG France, Stéphane Botz.

Les opérateurs plutôt « grand public » se montrent globalement confiants, relevant « une envie de partir » des Français. La tendance positive en termes de réservation s’est retournée courant octobre, avec la montée de la deuxième vague puis l’annonce du reconfinement, mais ce retournement n’aurait rien d’irrémédiable, veulent-ils croire. Cette situation anxiogène ne s’est en effet pas traduite par une vague d’annulations, contrairement au premier confinement. « Nous pouvons encore sauver Noël. Nous avons, à date, un retard de chiffre d’affaires de 30 %, mais c’est rattrapable », juge Frédéric Le Guen, chez Belambra.

Comme ses concurrents, ce dernier table sur les ventes de dernière minute et appelle les pouvoirs publics à donner de la visibilité en communiquant suffisamment tôt un calendrier. En attendant, la possibilité d’annuler et d’être remboursé jusqu’à quelques jours avant le départ se généralise.

A coup sûr, le démarrage de la saison sera déterminant après l’arrêt brutal de la précédente. Si l’on fait abstraction de la saison 2019-2020, qui est atypique, les vacances de Noël représentaient 12 % de l’activité des domaines skiables ces dernières années, celles de février pesant pour plus d’un tiers au fil du temps.

https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/ski-le-spectre-de-la-saison-blanche-en-montagne-1267022

Les stations de ski sont dans l’incertitude pour la saison à venir

Par France Bleu Béarn Bigorre Saint-Lary-Soulan

Après un regain d’attractivité pour la montagne cet été, les stations de ski se tiennent prêtes pour la saison de ski, même si cette dernière est incertaine.

Post-confinement, le tourisme local a eu les faveurs des français, et la montagne a été une de leurs destinations privilégiées « Il y a eu un intérêt manifeste pour la montagne. On a enregistré une fréquentation qui était supérieur de l’ordre de 20% sur la période de juillet et août. » assure André Mir, le maire de Saint-Lary-Soulan dans les Hautes-Pyrénées.

Une saison de ski incertaine

« La saison de ski , c’est vrai qu’il y a de bonnes raisons de penser qu’elle ne se présente pas sous les meilleurs auspices. Pour autant, nous restons résolument confiants ».

 Initialement prévue le premier week-end de décembre, l’ouverture des stations pourrait être repoussée mais dans tous les cas, les pistes de Saint-Lary seront prêtes à accueillir les skieurs.

https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/les-stations-de-ski-sont-dans-l-incertitude-pour-la-saison-a-venir-1605045946

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.