Pourquoi Poutine pourrait entrer en guerre avec l’Ukraine

Les responsables de la défense ukrainienne ont averti qu’une attaque russe aurait lieu dès janvier, ajoutant qu’un scénario d’invasion pourrait inclure non seulement la région du Donbass, mais aussi des débarquements amphibies dans les ports ukrainiens de la mer Noire.

Mais il semble que Washington n’a pas exclu que ces activités puissent faire partie d’une campagne de pression russe plus large pour obtenir des concessions politiques ou diplomatiques de l’Occident. D’autres soutiennent qu’une invasion russe n’est ni imminente ni fictive, mais doit être considérée comme une éventualité militaire sérieuse. »

Moscou est tellement préparé qu’il peut bouger en très peu de temps »John Herbst, ancien ambassadeur des États-Unis en Ukraine et directeur principal de l’Eurasia Center de l’Atlantic Council, a déclaré à NBC News. «Ils sont certainement menaçants. Et ils sont dans une position où, s’ils le veulent, ils peuvent le faire. »

Dans des remarques prononcées lors d’une réunion de l’OTAN en Lettonie mercredi. Secrétaire d’État Antony Blinken il semblait donner foi à cette dernière théorie. « Nous ne savons pas si le président Poutine a pris la décision d’envahir l’Ukraine », a déclaré Blinken. Ce que nous savons, c’est qu’il met en place la capacité de le faire à court terme, s’il en décide ainsi ». Donc, malgré l’incertitude quant à l’intention et au calendrier, nous devons nous préparer à toutes les éventualités alors que nous travaillons pour que la Russie fasse marche arrière. »

Blinken a rencontré jeudi à Stockholm son homologue, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Blinken a exprimé à plusieurs reprises la préoccupation de l’administration Biden concernant « les plans de la Russie pour renouveler l’agression contre l’Ukraine », ajoutant que Washington a « un engagement ferme et indéfectible envers la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine ». Blinken a appelé la Russie et l’Ukraine à se réengager à appliquer les accords de Minsk , un accord de paix assiégé qui ouvre la voie à la réincorporation des républiques séparatistes populaires de l’Est, Donetsk et Louhansk, à l’Ukraine.

Le Kremlin a répondu en réitérant sa position de longue date selon laquelle Moscou n’a aucun engagement dans le cadre des accords de Minsk et que toutes les négociations doivent être menées uniquement entre Kiev et les républiques séparatistes. Dans ses remarques publiques, Lavrov n’a pas semblé commenter directement la préoccupation des États-Unis concernant les capacités militaires accrues de la Russie. Blinken a rejeté les inquiétudes, précédemment exprimées par des responsables du Kremlin, selon lesquelles l’Ukraine pourrait se préparer à lancer une offensive majeure contre les républiques séparatistes. « L’Ukraine ne représente en aucun cas une menace pour la Russie, et ne cherche pas non plus une confrontation qui justifie une intervention militaire russe. La seule menace est celle d’une nouvelle agression russe envers l’Ukraine », a-t-il déclaré.

L’administration Biden se dit prête à imposer des sanctions « à fort impact » en cas d’invasion russe de l’Ukraine , une affirmation reprise par le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. « Nous avons tous dit très clairement qu’il y aura un prix élevé à payer et que les sanctions sont l’une des options », a déclaré Stoltenberg à Reuters plus tôt cette semaine. Ces sanctions potentielles incluront probablement des mesures visant à exclure la Russie du système mondial de transactions SWIFT, une décision qui, selon certains experts, portera un coup dur à court terme à l’économie russe.

Les responsables du Kremlin continuent d’affirmer que les mouvements militaires russes ne sont pas basés sur des intentions agressives et que la Russie a le droit, dans tous les cas, de déplacer ses troupes à l’intérieur de ses frontières comme bon lui semble. « Le mouvement de notre équipement militaire ou de nos unités de l’armée à travers le territoire de la Fédération de Russie est exclusivement notre préoccupation », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « La Russie n’a jamais menacé personne, ne menace pas et ne représente un danger pour personne. »

Cependant, Poutine a aiguisé sa rhétorique concernant l’Ukraine depuis que le président Joe Biden a pris ses fonctions en janvier. Dans un long essai historique publié cet été, Poutine a suggéré que l’Ukraine post-soviétique ne peut et ne doit pas exister en dehors de la sphère d’influence russe. Poutine et les hauts responsables de Moscou soutiennent depuis longtemps que l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN est une ligne rouge vif pour Moscou, mais la formulation du Kremlin a légèrement changé ces derniers mois. « Vous avez posé des questions sur l’Ukraine, où sont ces lignes rouges? », A déclaré Poutine lors d’une récente conférence sur l’investissement. « Ils sont principalement en train de créer des menaces pour nous qui pourraient venir de [l’Ukraine]. »

L’accent mis par Poutine sur les menaces « venant de l’Ukraine », plutôt que sur le cours de la politique étrangère de l’Ukraine, reflète la crainte croissante des responsables russes que l’Ukraine puisse choisir d’héberger unilatéralement les infrastructures militaires de l’OTAN sans adhérer formellement à l’alliance.

« Si une sorte de système d’attaque apparaît sur le territoire de l’Ukraine, le temps de vol vers Moscou sera de 7 à 10 minutes, et de cinq minutes dans le cas d’une arme hypersonique déployée », a déclaré Poutine, ajoutant : « Qu’allons-nous faire sur cette scène ? Nous devrons créer quelque chose de similaire par rapport à ceux qui nous menacent de cette façon.

La crise ukrainienne sera probablement l’un des principaux sujets abordés par Biden et Poutine dans une prochaine conversation téléphonique que Moscou et Washington envisagent apparemment en coulisses. Selon le conseiller aux affaires étrangères de Poutine, Youri Ouchakov, le président russe devrait faire pression sur Biden pour obtenir des assurances négatives concrètes concernant l’expansion de l’OTAN vers l’Est et le « déploiement de systèmes d’armes qui nous menacent [la Russie] sur les territoires des pays voisins, dont l’Ukraine ».

Evgeniy Paulin, Sputnik, Kremlin Pool Photo via APLe président russe Vladimir Poutine
infos-israel.news

La Russie prépare une offensive contre l’Ukraine impliquant jusqu’à 175.000 hommes (presse)

AFP dernière modification 04 décembre 2021, 17:11

Le président russe Vladimir Poutine
Evgeniy Paulin, Sputnik, Kremlin Pool Photo via APLe président russe Vladimir Poutine

Les forces russes sont en train de se concentrer à quatre endroits différents avec 50 groupes tactiques

La Russie prépare une offensive contre l’Ukraine impliquant jusqu’à 175.000 soldats dès l’an prochain, affirme le Washington Post, rejoignant les craintes de Kiev quant à une telle éventualité.

Moscou se prépare à lancer « 100 bataillons composés de groupes tactiques avec un effectif estimé à 175.000 hommes, ainsi que des chars, de l’artillerie et autres équipements », a affirmé un haut responsable américain au quotidien américain sous couvert d’anonymat.

Le Pentagone s’est refusé à commenter des informations concernant le renseignement, mais a indiqué être « très préoccupé par les preuves faisant état de plans de la Russie en vue d’actions agressives contre l’Ukraine ».

« Nous continuons à soutenir la diminution des tensions dans la région et une solution diplomatique au conflit dans l’est de l’Ukraine », a affirmé le porte-parole du Pentagone, le lieutenant-colonel Tony Semelroth.

Les forces russes sont en train de se concentrer à quatre endroits différents avec 50 groupes tactiques de combat, rapporte le Washington Post, citant un document militaire américain.

Joe Biden a fait monter d’un cran la pression sur la Russie vendredi en disant préparer des « initiatives » pour défendre l’Ukraine en cas d’invasion, suite à la concentration de troupes russes près de la frontière ukrainienne.

Les services de renseignement ukrainiens estiment que « la période la plus vraisemblable » pour l’achèvement des préparatifs russes en vue d’une « escalade d’envergure » est la fin du mois de janvier, a déclaré devant le Parlement le ministre ukrainien de la défense, Oleksiï Reznikov.

AFP dernière modification 04 décembre 2021, 17:11

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.