Répit accordé à Huawei: débâcle pour la Sécurité Nationale US?

1
348

(Photo par Kevin Frayer / Getty Images)

Le Répit Accordé par Trump à Huawei est une Débâcle pour la Sécurité Nationale

par Gordon G. Chang  •  21 juillet 2019

  • Huawei n’a aucun moyen de s’opposer aux demandes de Pékin de collecter des données de manière illicite. Tout d’abord parce que Pékin contrôle Huawei. L’entreprise basée à Shenzhen clame qu’elle est la « propriété de ses employés », mais il s’agit d’une fable. Le fondateur, Ren Zhengfei, n’est titulaire que de 1% du capital, le reste étant effectivement détenu par l’État. De plus, dans le système pyramidal du Parti communiste, personne ne peut s’opposer à un ordre qui vient du sommet.
  • L’inquiétude porte sur la capacité du gouvernement de Pékin et de son armée d’utiliser les produits Huawei pour manipuler à distance des périphériques mis en réseau sur l’Internet des objets (IdO), quelle que soit leur localisation géographique. Ainsi, la Chine aura la possibilité de conduire votre voiture en sens inverse de la circulation, de déverrouiller la porte de votre appartement, d’éteindre ou d’accélérer votre stimulateur cardiaque.
  • Le secrétaire d’Etat américain au Commerce, Wilbur Ross, faisant écho aux récents propos du gouvernement, a promis que son ministère autoriserait des dérogations « là où aucune menace n’existe pour la sécurité nationale des États-Unis ». Propos à priori rassurants, sauf qu’il n’est pas possible de diviser Huawei en composants menaçants et non menaçants. La direction de Huawei peut tirer profit de secteurs en apparence anodins pour avoir prise sur des secteurs manifestement dangereux. L’argent étant fongible, le seul moyen sûr serait donc d’interdire toutes les transactions avec Huawei.
  • Dynamisé par la rumeur de la désescalade américaine, Pékin vend maintenant rapidement des équipements Huawei dans le monde entier. A ce rythme, les Chinois auront bientôt le contrôle de l’architecture mondiale de la 5G.

Mardi 9 juillet, le secrétaire d’Etat américain au Commerce, Wilbur Ross, a cadré les dérogations qui seraient accordées aux ventes de matériel et licences accordées au géant chinois des télécommunications Huawei Technologies.

À la fin du mois dernier, le président Donald Trump avait publiquement promis d’accorder à la société chinoise un sursis par rapport aux nouvelles restrictions appliquées par les États-Unis.

Cette annonce de Trump après sa rencontre avec le dirigeant chinois Xi Jinping à l’issue du sommet du G20 à Osaka, était une erreur stratégique. C’était aussi une humiliation pour les États-Unis, presque une reconnaissance de la suprématie de Pékin. lire la suite

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.