L’Europe où l’Asie, qui est le 1er partenaire commercial d’Israël? 

|septembre 27th, 2019

L’analyse par destination est contrastée. Elle met en évidence une augmentation des exportations de biens vers l’Asie et l’Amérique latine et une légère diminution de celles à destination de l’Union Européenne (- 3%) et des Etats-Unis.

L’Union Européenne reste cependant le premier partenaire commercial d’Israël avec une part de de marché de 32% en valeur, soit 15,5 Mds USD, après une année record en 2017 (+ 20%).

En 2018, la très sensible baisse des exportations de la filière pharmaceutique, qui représente 25 % du total des biens exportés vers l’UE, a été en partie compensée par la vive croissance des exportations de produits chimiques et d’équipements de télécommunication, d’équipements médicaux et de produits agricoles.

En 2018, les exportations vers la Grande-Bretagne (4 Mds USD), le premier client d’Israël en Europe et sa troisième destination mondiale, ont chuté de 17 % en g.a.

Avec 1,4 Md USD (-15%), la France est en recul de 2 places et passe au 7e rang des clients d’Israël.

Dans la lignée des années précédentes, les Etats-Unis constituent le premier pays de destination des exportations (10,9 Mds USD soit 23% du total). 

La baisse des exportations de produits pharmaceutiques expliquent de son côté le ralentissement des exportations en direction des Etats-Unis et de l’UE.

Les exportations à destination de l’Asie ont d’autre part connu une forte reprise en 2018 et représentent 21% (10,3 Mds USD) du total des exportations israéliennes. La Chine, qui représente la moitié de ces flux est le second client d’Israël avec un niveau record de 4,7 Mds USD. Les flux vers l’Inde, la Corée du Sud et le Japon se sont également accrus, grâce au fort dynamisme des ventes de composants électriques.

www.tresor.economie.gouv.fr

1 COMMENTAIRE

  1. Qui s’étonnera de la baisse des exportations israéliennes vers la France ?
    Ce pays, le plus extrémiste de la Ligue Arabe, n’arrête pas d’agresser et de sermonner Israël tant sur le plan diplomatique que sur le plan des échanges commerciaux.
    Rappelons que c’est la France qui a organisé l’étiquetage des produits israéliens produits dans les « territoires occupés » et cette saloperie a été approuvée par l’UE.
    Il est amusant de voir que le boycott est interdit en Europe, SAUF lorsqu’il s’adresse à Israël.
    Israël devrait revoir dans la prochaine législature, ses relations avec la France, qui sont tout sauf amicales, malgré les discours hypocrites ressassés par des représentants français qui continent à nous prendre pour des cons, en prétendant qu’ils sont nos « proches amis ».
    Maintenant qu’Israël a pris plusieurs longueurs d’avance sur la France qui a un retard de vingt à trente ans dans tous les secteurs de pointe et de la high tech, il est temps de cesser des coopérations à tous les niveaux avec ces hypocrites cyniques qui ne cherchent qu’à profiter du savoir faire israélien que toute la planète s’arrache, tandis que les représentants des plus grandes firmes mondiales font la queue devant les start ups israéliennes qui servent de boussole et d’innovation aux plus grandes d’entre elles.
    Que peut apporter la France à Israël dans des domaines où il surclasse la plupart des autres nations ???

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.