Plan Trump: Abou Mazen dit un « non » historique!

Après une longue réunion en présence des représentants de toutes les factions terroristes – Hamas et Jihad Islamique compris pour la première fois depuis neuf ans – le chef de l’Autorité Palestinienne et du Fatah a annoncé sa réponse au Plan Trump: c’est un non catégorique et sans nuances!

Il a qualifié ce plan de « gifle du siècle concoctée ensemble par Donald Trump et Binyamin Netanyahou » et a l’a présenté comme un « complot malveillant qui ira droit dans les poubelles de l’Histoire ».

Le vieux chef terroriste a averti que « les Palestiniens ne renonceront jamais à leurs droits » et que « ni le sang des Palestiniens ni Jérusalem ne sont à vendre ».

Abou Mazen cherche maintenant le soutien des pays de la Ligue arabe, de pays d’Europe occidentale comme la France et aussi de l’ONU pour l’aider à s’opposer au plan Trump.

A l’Autorité Palestinienne on s’affaire maintenant à trouver les réactions fortes à ce qui s’est déroulé à Washington, on pense notamment à l’annulation des Accords d’Oslo ou à l’arrêt de la coopération sécuritaire avec Israël.

Avec beaucoup de cynisme, un haut fonctionnaire de l’AP  a estimé que le lancement d’une vague de violences avant les élections ferait le jeu de Binyamin Netanyahou et de Donald Trump dans leur campagne électorale et qu’il faut plutôt attendre les élections israéliennes.

Le porte-parole du Hamas a parlé d’une « deuxième naqba pour les Palestiniens ».

Opposition ferme de la Jordanie 

Le gouvernement jordanien, avec son toupet habituel, a averti Israël des « graves conséquences de décisions unilatérales visant à changer les réalités sur le terrain sur le plan de la souveraineté ».

Le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi a déclaré: « Le royaume de Jordanie est intéressé à une paix réelle et honnête signée selon les lois internationales, qui mettra fin à l’occupation, préservera les droits du peuple palestinien ainsi que les intérêts de la Jordanie. Il faut sans plus tarder entamer des discussions sérieuses et directes concernant toutes les questions en jeu afin de trouver une solution définitive et globale en fonction du droit international et de l’Initiative arabe ».

Comme il fallait s’y attendre la Turquie a elle aussi dénoncé ce plan. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu a accusé le Plan Trump « d’anéantir la solution de deux Etats et d’encourager la spoliation de terres palestiniennes ».

Photo Flash 90

4 Commentaires

  1. les «  »palestiniens «  » ne veulent pas la paix; ils veulent tout israel sans les juifs.
    c’est l’esprit qui les animent.
    leur projet est anti dieu, il ne se realisera jamais. les juifs sont rentrés dans leur pays , et c’est pour l’eternite,, AMEN.

  2. Totalement irresponsable de sa part… Ils ont perdu et devraient être reconnaissants de pouvoir avoir un Etat viable et potentiellement économiquement prospère malgré leur défaîte. Qu’ils ne se plaignent pas si les israëliens, lassés de se problème palestinien, élisent plus tard des extrêmistes qui annexent totalement les zones C et B et transforment la zone A en un autre Gaza. Il faut qu’ils soient réalistes dans leurs négociations.

  3. Maintenant que TRUMP a présenté son plan, rejeté comme il fallait s’y attendre par tous les dégénérés du monde, Europe en tête, nous souhaiterions connaitre les détails d’un deal extraordinaire et réaliste, présenté par ces groupes qui n’ont que le « non » à la bouche.
    En le confrontant à celui présenté par TRUMP, nous pourrons analyser les points de divergence, les folies, les solutions débiles et les propositions sorties de cerveaux malades.
    Au moins le front du refus européen, l’ONU, soutenus par le roitelet jordanien et les calamiteux pelestiRIENS auront mis sur la table leur « solution à deux Etats ».
    Personne parmi ces tarés n’a abordé le problème de la viabilité d’une entité corrompue jusqu’à la moelle, qui vit de mendicité internationale, qui passe son temps à délégitimer Israël dans les instances internationales, fournir des listes d’exigences interminables, tout en se disant prête à discuter sans conditions, à condition qu’Israël retourne sur les « frontières » de 1967, reconnaisse Jérusalem Est comme leur capitale, ne pas accepter Israël comme un Etat Juif, et surtout, de valider le droit du retour pour tous.
    Une fois leurs folles exigences retenues, que restera-t-il à négocier ?????

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.