Paris: Drouot sommé de retirer un document antisémite d’une vente

2
231

Ce dollar antisémite a été retiré d’une vente organisée à la célèbre salle des ventes samedi dernier. DR

Le commissaire-priseur s’apprêtait à vendre aux enchères un dollar sur lequel était écrit « L’argent n’a pas d’odeur mais le juif en a une », à côté de croix gammées.

Les associations juives s’en sont émues. Delphine Burkli, la maire (divers droite) du IXe arrondissement, elle aussi. L’élue est même montée au créneau.

La salle des ventes de Drouot a été sommée de retirer le « lot 17 » d’une vente aux enchères d’art russe qui se tenait samedi dernier.

Il s’agissait d’un document antisémite. Le commissaire-priseur s’apprêtait à vendre un dollar américain sur lequel était écrit « Cet argent est bien juif ». « Ce dollar a payé la guerre juive ». « L’argent n’a pas d’odeur mais le juif en a une ».

Appel à la haine

Au Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNCVA), on a trouvé « choquant et inadmissible que des collectionneurs et des salles de ventes fassent commerce de ce type d’objets antisémites et passibles de poursuites judiciaires ».

Drouot a été sommé de retirer l’objet qui est un « appel à la haine réprimé par la loi ».

Le BNVCA a brandi la menace d’un huissier de justice qui « se présentera à la salle 14, ce qui ne manquera pas d’ouvrir un dossier qui risque de se terminer en correctionnel ».

Cet incident intervient au moment où le Mémorial de la Shoah épingle, dans le cadre de son exposition « Le marché de l’art sous l’Occupation, 1940-1944 », le lourd passé antisémite de Drouot.

Un lourd passé antisémite

Pendant l’Occupation, la célèbre salle des ventes du IXe arrondissement a vendu à tour de bras des biens et des œuvres d’art qui provenaient de familles juives spoliées.

Contacté ce mardi soir, le président de Drouot, Alexandre Giquello, dit regretter cette « négligence ». « Là, on tend le bâton pour se faire battre ! ».

A Drouot, on explique que c’est « un jeune commissaire-priseur, qu’il n’a pas fait attention, que le lot était au fond d’une pochette avec des croix gammées ! ».

Alexandre Giquello se félicite également « que Delphine Burkli nous ait alerté. Nous avons fait retirer la pièce immédiatement. A Drouot, on doit avoir une attitude exemplaire au niveau moral et éthique ».

Céline Carez

Source: m.leparisien.fr

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.