Milan: les effets du virus sur la vie des Juifs

2
969

Vue de la façade de la Synagogue de Milan 

Milan: les effets du virus sur la vie des Juifs

Ruben Golran avait étudié pendant un an et demi en prévision de cette semaine, alors que 600 de ses parents et amis étaient censés venir à Milan pour célébrer sa bar-mitsva.

Tout d’abord, il prévoyait d’avoir une cérémonie mardi où il mettrait pour la première fois des téfilines, un objet rituel juif – un rite de passage traditionnel.

Puis, une soirée jeudi soir organisée par un restaurant casher israélien local, et enfin une autre cérémonie rituelle le Shabbat.

 

En raison de l’interdiction des grands rassemblements, Ruben Golran, un enfant juif italien célébrant sa bar-mitsva, a dû limiter la cérémonie aux proches parents. (famille Golran)

 

 

 

Au lieu de cela, les parents de Ruben ont découvert dimanche que tout serait annulé. En raison de la propagation rapide du coronavirus dans le nord de l’Italie, les responsables régionaux ont interdit les grands rassemblements. Un jour plus tard, les lieux de culte ont été fermés.

En quelques heures, ils ont appelé des dizaines de parents à travers le monde, leur disant d’annuler leurs vols. Mardi, la cérémonie des téfilines a réuni uniquement les proches parents de Ruben et aucun ami – au lieu des 400 participants prévus.

Il n’y avait pas de fête jeudi soir. Au lieu de cela, Ruben et sa famille ont dîné au restaurant israélien qui était censé s’occuper de la fête. Ils ne savent toujours pas ce qui se passera le Shabbat.

“Il a tout appris, il était prêt, il attendait que toute la famille vienne et ensuite ils ont dit que ça ne se passait pas, la synagogue est fermée, vous pouvez aller avec vos parents si vous voulez”, a expliqué la mère de Ruben, Nethaly Golran.

«Il nous a rendus très fiers parce qu’à travers tout cela, il était très mature. Il n’a jamais pleuré. Il était triste, mais il a dit: «C’est bon. C’est bon maman. Ça va aller.'”

Les résidents juifs de Milan ont déclaré cette semaine que la ville, la capitale économique de l’Italie, avait fermé ses portes: les matchs de football ont été annulés, le Duomo de la ville – une attraction touristique majeure – a été fermé et les restaurants ont été invités à fermer leurs portes avant un verre national en soirée et goûter appelé «aperitivo».

Les Juifs de la ville – qui sont environ 10 000 – sont confrontés aux mêmes défis que tout le monde: les écoles sont fermées, donc les gens se bousculent pour la garde des enfants, même si certains d’entre eux vont toujours au travail.

 La ville est vide de touristes, une méga-industrie en Italie. Il y a plusieurs jours, une ruée vers les épiceries. L’interdiction des grands rassemblements persiste et personne n’est sûr du retour à la normale.

“Nous nous sentons comme tout le monde ici à Milan parce que c’est une situation tellement étrange et inhabituelle”, a déclaré Claudia Bagnarelli, qui a cofondé l’école de jour juive locale. «Tout le monde est un peu choqué. … En [l’espace d’un] jour, ils ont dit que les écoles étaient fermées et que les parents devaient s’occuper de leurs enfants »

La communauté a également son lot de défis uniques: malgré la fermeture des lieux de culte, les gens ont essayé de convoquer des quorums de prière dans les appartements, au cas où quelqu’un aurait besoin de réciter le kaddish du deuil.

Certains étudiants qui font une année sabbatique en Israël et qui sont rentrés chez eux pour une courte pause sont maintenant bloqués en Italie, empêchés de reprendre leurs programmes.

L’organisation officielle de la communauté juive de Milan a annulé ses cours et programmes réguliers, y compris certains célébrant la fête de Pourim, le 10 mars.

Ils espèrent que les choses redeviendront normales avant la fête. La communauté a également mis en place un groupe de travail pour aider les personnes qui vivent seules et ont besoin de nourriture et d’autres services. L’école juive organise des cours par chat vidéo.

“Quelques personnes se réunissent dans des appartements juste pour faire le minyan mais il n’y a pas de gens de l’extérieur”, a expliqué Milo Hasbani, président de la communauté juive de Milan. «C’est le genre de personnes qui se connaissent.»

Les bar-mitsva ne sont pas les seules cérémonies juives à être touchées.

Une Brit-mila lundi a également dû être réduite. Dans une Brit milanaise normale – qui, contrairement à leurs homologues américains, ont souvent lieu vers midi – plus de 100 invités s’attendraient à manger des lasagnes, des raviolis et une délicieuse variété de pâtisseries italiennes.

Mais à ce Brit, dirigé par le mohel de la communauté Rabbi Shmuel Hezkia dans une synagogue milanaise, seule une poignée de familles se sont présentées – et il n’y avait pas de repas après. Hezkia a déclaré que tout s’était terminé rapidement.

Les autorités locales ont ordonné aux habitants de Milan d’éviter les rassemblements publics, et la dernière chose que Hezkia voulait était de mettre en colère le gouvernement local et de provoquer une enquête sur la cérémonie religieuse.

“Nous avons pensé à le faire dans un appartement”, a déclaré Hezkia. “Mais parce qu’il était organisé et que nous avions déjà envoyé des invitations sur WhatsApp, nous l’avons conservé tel quel.”

Hezkia a déclaré que, à l’exception de l’interdiction des rassemblements, la vie a continué à peu près comme d’habitude. Ce qu’il remarque vraiment, c’est le manque de touristes.

“L’Italie et Milan vivent du tourisme, des gens qui sortent et dépensent, et malheureusement cela manque”, a-t-il déclaré. «Vous pouvez sentir qu’ils manquent. Nous pensons que ce Shabbat, il n’y aura pas de kiddouch ou d’invités à inviter vendredi soir. »

2 COMMENTS

  1. En 1956 à Tunis nous étions loin de tous ces soucis .
    Pour Bar mitzva j’avais invité tous mes copains à voir ” Et. D. créa la femme ” avec Brigitte Bardot cigarette au bec .
    Souvenirs souvenirs .
    Ah ah .

  2. En fait, cher nouvel accédant à la Majorité, responsable devant les hommes (il y a une autre majorité pour le Ciel, à 20 ans) il y avait là le Plus Grand des invités, notre Père et Père de nos aïeux, Himself, le Saint Béni Soit-Il.
    Les fêtes sont secondaires, et on la fera SDV à POURIM !
    .
    rappel, fourni aux rédactions, Samu et police nationale, obstinément muets.Et à Milan aussi :

    Bonjour.
    Les derniers cas positifs, (et mortels) inexolicables, dont celui de Crepy en Valois, ont été provoqués par une “visite” au salon de “massage” asiatique, chinois ou thaïlandais local, salons désormais très nombreux dans toutes les villes de France et d’Europe (et même au Moyen-Orient, dont Ysraël !) où sont offerts toute sorte de “prestation” par des jeunes personnes asiatiques… sans aucun contrôle sanitaire.
    Il est probable que le sentiment de honte ait retenu les victimes survivantes à révéler la pratique.
    Il y a eu beaucoup de ces prestataires qui ont voyagé pour le nouvel an, en Chine, et qui sont revenues “porteurs sains” mais contagieux…
    Il FAUT procéder à des contrôles, simultanément…
    Beaucoup d’effectifs seront mobilisés, certes, mais ce principe de précaution pourra sauver beaucoup de monde, parmi les personnes âgées et/ou faibles au niveau respiratoire _gros fumeurs compris. Les dernières affaires de trafic(en camions) de clandestins asiatiques prouvent que les frontières européennes sont très perméables…
    Il faut faire vite.
    Et insister auprès des autorités.
    .
    Second vecteur, le contact avec les poignées diverses et variées, boutons d’ascenceurs, digicode…
    Et la monnaie !
    Les billets, on n’est pas encore sûr.
    Pour ces derniers, surtout les pieces d’or, je me charge volontier de vous en débarrasser, gratuitement, en vous inscrivant sur le site pognonrapide@moilabellevie.nigo. Un reçu sera deliv….
    Shabbath Shalom be Sim’hah.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.