FILE PHOTO: Iran's national flags are seen on a square in Tehran February 10, 2012, a day before the anniversary of the Islamic Revolution. REUTERS/Morteza Nikoubazl/File Photo

« Nous avons besoin de bases lointaines et cela pourrait se faire prochainement  sur les côtes du Yémen ou de Syrie, ou bien en utilisant des îles ou des bases flottantes » dans le golfe arabo-persique, a-t-il déclaré, avant d’expliquer que de telles bases seraient « bien plus utiles que de disposer de l’armement nucléaire ».

“Est-ce que les bases lointaines sont moins importantes que la technologie nucléaire? Je dis qu’elles valent des dizaine de fois plus”, a ajouté Baqeri, qui a pris la parole lors d’un rassemblement de commandants de la marine.

« Puisque deux tiers de la population mondiale vit près des côtes et que l’économie mondiale dépend de la mer, nous devons en tirer des conclusions et prendre des mesures qui s’imposent, bien qu’il faille du temps pour franchir ces étapes », a recommandé le général Baqeri.

C’est la première fois qu’un responsable militaire iranien évoque l’idée d’établir des bases navales dans d’autres pays. Pour rappel, le régime iranien est un allié proche du président syrien, Bachar el-Assad, ainsi que des rebelles Houthis qui, au Yémen, se battent contre une coalition chapeautée par l’Arabie Saoudite.

Cela étant, les propos du général Baqeri ont été critiqués par Saleh al Samad, le chef du conseil politique des Houthis. « Pas un pouce de territoire du Yémen, sur terre ou sur mer, ne sera abandonné à une armée étrangère (…), qu’elle soit amie ou ennemie », a-t-il réagi, via un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux.

En juillet 2011, le Guide suprême de la Révolution islamique, l’ayatollah Ali Khamenei, avait affirmé que « l’espace maritime offrait une grande opportunité stratégique aux différents pays et peuples, car les possibilités et les intérêts offerts par les mers appartiennent à toutes les nations du monde ». Et d’ajouter que « les forces navales de l’armée et du corps des Gardiens de la Révolution Islamique étaient le symbole de l’autorité de la nation iranienne, dans la défense des intérêts de notre pays dans le Golfe Persique et la mer d’Oman. »

Une position qu’il a réaffirmée lors de la réception des principaux chefs des forces navales iraniennes, le 27 novembre. « La Marine doit (…) être puissante et avoir une capacité digne » de la République islamique, a en effet déclaré l’ayatollah Khamenei.

Reuters (Reporting by Dubai newsroom; Editing by Andrew Bolton)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.