Quand l’Iran prend le contrôle du Moyen-Orient Les rebelles chiites de la tribu des Houthis sont parvenus à mettre la main sur le détroit de Bab el-Mandeb, au Yémen. Ils sont soutenus par les Iraniens qui les arment et les financent. Ce changement de situation a alerté les autorités israéliennes qui ne cachent plus leur profonde inquiétude. Autant dire qu’à compter de ce jour, l’Iran contrôle la Mer Rouge et toute la côte Est du Yémen qui mène à l’Océan indien.

Le Yémen, en raison de son emplacement stratégique, c’est-à-dire qu’il contrôle le passage de tous les navires qui partent du Moyen-Orient et se rendent vers l’Afrique, l’Asie ou le Continent indien, est pour l’État juif une route maritime primordiale et stratégique. A un point tel que les services israéliens de la sécurité maritime s’inquiètent de la circulation de ses navires qui empruntent cette voie et leur demandent d’être prêts à tous les scénarios.

bab el-mandab

Israël a récemment ordonné à toutes les compagnies israéliennes de navigation de considérer les côtes yéménites comme celles d’un pays ennemi, à savoir; il leur demande de prendre les mesures adéquates et de se mettre en état d’alerte quand ils franchissent le détroit de Bab el-Mandeb. Tous les bateaux israéliens qui se dirigent vers Eilat ou le Canal de Suez sont concernés, ainsi que tous ceux qui partent des ports israéliens et se dirigent vers l’Est du monde. La largeur du détroit n’est que de 30 km, et les attaques terroristes ou militaires peuvent être facilitées par cette sorte d’entonnoir naturel.

L’Iran, qui est aux abois, a envoyé des officiers près du détroit pour lister le mouvement des navires commerciaux israéliens, et ceci pour maintes raisons : tout d’abord en cas de conflit avec L’Etat juif, savoir si les bateaux israéliens sont accompagnés de navires militaires dissimulés, ensuite pour évaluer la fréquence des passages et quantifier l’ampleur des exportations israéliennes et, troisième raison, savoir de quelles forces la République islamique d’Iran devra disposer pour stopper le passage des bateaux en cas de conflit majeur.

trafic maritimeTrafic maritime au large de Bab el-Mandeb

Les terroristes houthis qui ont investi Sanaa, la capitale yéménite, et obligé le président Abd Rabbo Mansour Hadi à quitter la capitale, contrôlent également le port d’Al-Hudayah sur la Mer Rouge qui est le deuxième port du Yémen, après celui d’Aden. L’objectif des supplétifs de l’Iran est de devenir les maîtres de toutes les routes maritimes stratégiques du Moyen-Orient. Presque la moitié du commerce extérieur israélien transite par le détroit de Bab el- Mandeb et ce serait un coup dur pour Israël si l’Iran décidait, pour les raisons que nous avons déjà évoquées, de bloquer le trafic maritime.

En fait, la décision de l’Iran dépendra, toujours temporairement, d’un facteur qui n’est pas entre les mains d’Israël : l’accord nucléaire entre les puissances mondiales et la Perse. Cet accord, s’il est un tant soit peu viable, permettrait de les maintenir dans une neutralité transitoire, mais dans tout état de cause, cet accord ne changera pas à long terme la nature du régime, et c’est sur cette problématique que les experts israéliens se penchent.

coolamnews

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.