La dérive anti-israélienne du New York Times

L’évolution idéologique du plus influent journal américain est un phénomène préoccupant. Parmi les voix qui s’élèvent, celle de la journaliste Bari Weiss qui a claqué la porte du quotidien l’été dernier. 

Responsable des pages Opinion du New York TimesBari Weiss a démissionné en juillet dernier considérant qu’elle ne pouvait plus y exercer son travail compte tenu du climat régnant au sein du journal.

Délation, censure, obsession de l’identité et de la race… La jeune journaliste a rendu publics les nombreuses dérives dont elle a été le témoin au sein du journal considéré comme « le plus puissant du monde ».

Sa défection a eu, à l’époque, un retentissement qui a dépassé les frontières des Etats-Unis. En France, « l’affaire Bari Weiss » a donné lieu à de nombreux commentaires.

Quatre mois après, Bari Weiss s’exprime pour la première fois dans un journal français. 

Dans cette interview exclusive au Point, la jeune journaliste analyse les raisons de l’hostilité à laquelle elle a été confrontée, dès son arrivée dans la rédaction, en raison de ses opinions jugées « non-conformes ».

Pour être acceptée au New York Times, dit-elle, il faut diaboliser Donald Trump, n’accorder aucun crédit aux Républicains, soutenir le mouvement #Meetoo, faire preuve de la plus grande complaisance à l’égard des théories racialistes…

Puis la jeune femme évoque une question centrale : celle d’Israël.

Ce qui m’a rendue impopulaire a été sans aucun doute, en premier lieu, mon opinion favorable sur Israël.

Cette précision est importante, car en France, une vision quelque peu réductrice et erronée des Etats-Unis conduit souvent à considérer que la presse américaine est globalement pro-israélienne.

Or ce n’est pas le cas, particulièrement en ce qui concerne le New York Times.

Temple du politiquement correct des intellectuels de Manhattan, le NYTcomme on le désigne, est au contraire un journal qui à plusieurs reprises s’est manifesté par ses parti-pris et dérapages anti-israéliens.

Pour mémoire, cette caricature de Donald Trump affublé d’une kippa avec Benyamin Netanyahu, représenté en chien avec un collier orné d’une étoile de David.

Publiée en avril 2019 dans l’édition internationale du NYT, ce dessin aux relents antisémites évidents avait déclenché une tempête médiatique qui avait poussé la direction du journal américain à présenter des excuses.

Cette caricature n’est pas un dérapage isolé.

En mars 2019, la prestigieuse revue américaine Commentary Magazine a publié une étude approfondie sur la ligne éditoriale du New York Times concernant tous ses articles sur Israël publiés en 2018.

Lire la suite dans https://infoequitable.org/la-derive-anti-israelienne-du-new-york-times/

1 COMMENTAIRE

  1. Hélas il n’y a pas que NYT diffuse ce genre de propos. Toute la presse européenne est gangrenée par cette haine des juifs et d’Israël. Cette gauche aveugle…
    ROSA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.