Les chefs militaires israéliens craignaient le pire en 1973

1
946
“Nous n’avons pas assez de personnes pour défendre l’Etat” – Les chefs militaires israéliens craignaient le pire en 1973.
Photos: David Rubinger, Yossi Roth
David Elazar, à gauche, et Moshe Dayan
Photos: David Rubinger, Yossi Roth

Les dirigeants militaires israéliens lors de la guerre de Kippour en 1973 craignaient que le conflit ne conduise à la destruction de l’Etat, selon des protocoles publiés lundi par les archives de Tsahal au ministère de la Défense.

La guerre a commencé le 6 octobre 1973, quand une coalition de forces arabes a lancé une attaque surprise contre Israël à Yom Kippour, le jour le plus saint de l’année juive.

Le président égyptien Anouar Sadate et le président syrien Hafez Assad ont estimé que frapper l’État juif le jour le plus sacré serait préjudiciable au moral des FDI. 

Les troupes de Tsahal sur le front sud pendant la guerre de Kippour (Photo: Archive de la Tsahal)

Les troupes de Tsahal sur le front sud pendant la guerre de Kippour (Photo: Archive de la Tsahal)

 

La frappe a pris Israël par surprise. Les fiefs militaires du canal de Suez (front égyptien) et du plateau du Golan (front syrien) étaient peu gardés, de même que les postes arrière.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, David Elazar, avait alors ordonné la mobilisation de toute la force de réserve, mais les entrepôts d’urgence, destinés entre autres à approvisionner les forces de réserve, étaient presque vides; et les forces régulières étaient au bord du désarroi.

Le chef d'état-major de la FDI, David Elazar, a rencontré les chefs du commandement du Nord pendant la guerre (Photo: Archive de la FID)

Le chef d’état-major de la FDI, David Elazar, a rencontré les chefs du commandement du Nord pendant la guerre (Photo: Archive de la FID)

 

Dans une discussion au sein de l’état-major de l’armée israélienne au lendemain de l’éclatement de la guerre, Elazar a annoncé: “Mes amis, c’est vraiment une bataille pour Israël, ça va jusqu’à la mer (méditerranéenne)”.

 

Au cours de la même discussion, le ministre de la Défense de l’époque, Moshe Dayan, a également exprimé sa crainte quant au sort de l’État d’Israël.

De quoi ai-je le plus peur dans mon cœur? Que l’État d’Israël finisse par se retrouver avec des armes insuffisantes pour se défendre”, a-t-il déclaré. “Peu importe où se trouve la ligne.”

Moshe Dayan visitant les troupes sur le front égyptien pendant la guerre (Photo: Archive de Tsahal)

Moshe Dayan visitant les troupes sur le front égyptien pendant la guerre (Photo: Archive de Tsahal)

 

Israël “n’aura pas assez de chars, pas d’avions, pas de gens et pas de gens entraînés pour simplement défendre la Terre d’Israël … Et à la fin, personne ne mènera cette guerre pour nous … et les Arabes se jetteront sur nous de tous les côtés … donc je veux dire cela à Golda “, a déclaré Dayan en se référant au Premier ministre de l’époque, Golda Meir.

Dayan envisageait également d’appeler des hommes qui étaient soit trop jeunes, soit trop âgés pour avoir été engagés dans la défense du pays.

La guerre a également surpris les puissances mondiales. L’Union soviétique s’est alignée sur les forces arabes, empêchant le Conseil de sécurité des Nations Unies d’intervenir dans les combats et d’envoyer des armes à l’Égypte et à la Syrie.

Le général Ariel Sharon (tenant la radio) pendant la guerre du Kippour (Photo: Archive de l'IDF)

Le général Ariel Sharon (tenant la radio) pendant la guerre du Kippour (Photo: Archive de l’IDF)

 

Les États-Unis ont finalement pris le parti d’Israël et ont commencé à envoyer à l’armée israélienne des quantités massives d’armes et de munitions. 

Le 22 octobre, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 338 appelant à un cessez-le-feu et appelant “toutes les parties aux combats en cours à cesser immédiatement toute activité militaire”.

L’armistice est entré en vigueur 12 heures plus tard, mais les tensions sont restées fortes et des affrontements sporadiques ont continué. Les combats sur tous les fronts ont finalement pris fin le 26 octobre.

La guerre a coûté la vie à 2 569 soldats des FDI et fait quelque 7 500 autres blessés. 301 autres soldats ont été emmenés en captivité puis renvoyés en Israël.

 

1 COMMENT

  1. heureusement que Sissi tient son pays d’une main de fer!souvenons nous de ce navire de guerre iranien traversant le canal de suez à l’arrivée au pouvoir du frere musulman morsi..Les islamistes de tous poils continuent à travailler la population qui, dans son ensemble nous est résolument hostile. joseph. un bon Kippour à toutes et à tous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.