Le pacte soudano-israélien négocié par les États-Unis contribuera également à déradicaliser la région

L’acceptation du Soudan à normaliser les relations avec Israël et à mettre fin à l’état de belligérance entre eux, scellé par le président Donald Trump le 23 octobre, est significatif d’une manière différente d’agir que lors des accords de paix du mois dernier avec les Émirats arabes unis et Bahreïn. Sous son chef déchu Omar al-Bashar, le Soudan a longtemps été un ennemi acharné qui a combattu dans deux guerres arabes contre Israël, a été autrefois lié à l’Iran par une alliance militaire et a soutenu de manière cruciale le Hamas palestinien ainsi qu’al-Qaïda.

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a donc foulé un champ de mines sur sa voie pour faire basculer le Soudan vers des relations normales avec Israël – même après la purge du régime de Béchir l’année dernière. Le retrait du Soudan de la liste américaine des sponsors du terrorisme était subordonné au paiement par Khartoum d’une indemnisation aux victimes d’Al-Qaïda lors des attentats à la bombe contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en 1998.

Peu de temps avant l’annonce de l’accord israélo-soudanais – 11 jours avant l’élection présidentielle américaine – Trump a notifié au Congrès «son intention d’annuler formellement la désignation du Soudan en tant que sponsor d’État du terrorisme».

Sa décision permettra à Washington d’accorder au gouvernement de transition l’accès à des milliards de dollars d’aide financière, désespérément nécessaires pour une économie paralysée par des décennies de mauvaise gestion de Bashir, de conflits internes et de bouleversements politiques, ainsi que de la pandémie de covid-19.

Après le communiqué conjoint, le Premier ministre Binyamin Netanyahu n’a pas pu s’empêcher de rappeler l’histoire radicale du Soudan des trois «non» prononcés par le sommet arabe de Khartoum après la guerre de 1967 – pas de paix avec Israël, pas de reconnaissance et pas de négociations – pour la transformer en une nouvelle ère marquée par le oui. Il a salué la fin du cycle de violence ou de la guerre et le début des relations économiques et commerciales, axées sur l’agriculture.

Les relations diplomatiques officielles viendront à un stade ultérieur. L’achèvement du processus de normalisation est soumis à l’approbation du conseil législatif qui n’a pas encore été formé dans le cadre d’un accord de partage du pouvoir entre les officiers militaires et les civils, qui dirigent le pays conjointement depuis le renversement de Bachar l’année dernière, sous la direction d’Abdel Fattah al-Burhan.

Le calendrier de ce processus n’est pas clair. La situation politique à Khartoum est donc fragile.

L’Iran a autrefois fait mouiller des navires de guerre à Port Soudan et une usine d’armes pour la contrebande d’armes au Hamas via le Sinaï. Puis, en 2015, le régime Bashir a troqué ses liens avec Téhéran contre un alignement avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Aujourd’hui, les deux dirigeants du Golfe partagent le fort intérêt américain et israélien à empêcher Téhéran d’utiliser l’incertitude politique à Khartoum pour reprendre pied au Soudan. De là, la République islamique pourrait espérer déployer ses ailes vers des cibles telles que la mer Rouge, le golfe d’Aden, la corne de l’Afrique et l’intérieur de l’Afrique.

On s’attend à ce que des relations prospères avec les États-Unis et Israël éloignent davantage le Soudan post-Bashir du camp radical.

The US brokered Sudan-Israel pact will also help deradicalize the region

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.