Le gouverneur de Rio compare les narcotrafiquants au Hezbollah

1
159
Le gouverneur de Rio de Janeiro Wilson Witzel. Mauro Pimentel / AFP

Doit-on être tolérant avec le Hezbollah quand ils utilisent des bombes et des missiles contre la population d’Israël? Non. Ce qui est fait en Israël sera fait à Rio”, déclare Wilson Witzel.

Le gouverneur de Rio de Janeiro Wilson Witzel, aligné avec la politique sécuritaire du président brésilien populiste Jair Bolsonaro, a comparé les narcotrafiquants à des membres du Hezbollah, promettant une lutte sans merci contre les « terroristes ».

Depuis sa prise de fonctions en janvier, le nombre de personnes tuées par la police a augmenté considérablement par rapport aux années précédentes.

Pour le gouverneur, les narcotrafiquants qui opèrent dans les favelas, quartiers pauvres où vit un près d’un quart de la population de Rio, « violent des enfants, tuent des innocents et utilisent les gens comme bouclier humain pour vendre de la drogue ».

« En quoi sont-ils différents du Hezbollah ? En rien », a affirmé M. Witzel, un ancien juge en référence au mouvement chiite libanais qui est en conflit avec l’Etat hébreu depuis des décennies.

« Doit-on être tolérant avec le Hezbollah quand ils utilisent des bombes et des missiles contre la population d’Israël ? Non. Ce qui est fait en Israël sera fait à Rio », a-t-il déclaré.

« On ne peut pas être conciliant avec des gens qui sont dans la rue avec des fusils d’assaut. Le message est clair : tu ne veux pas mourir ? Ne sors pas avec un fusil d’assaut dans la rue », a résumé le gouverneur.

Lors des cinq premiers mois de son mandat, 731 personnes sont mortes lors d’interventions des forces de l’ordre, une augmentation de 19,1 % par rapport à la même période en 2018, d’après les derniers chiffres officiels.

M. Witzel avait déjà défrayé la chronique peu après son élection en annonçant qu’il aurait recours à des tireurs d’élite pour abattre à distance tout suspect armé.

Mais le gouverneur accuse les médias de ne montrer qu’une vision biaisée des opérations policières, sans montrer ce que font « les terroristes ».

« C’est comme si on parlait de la Seconde Guerre mondiale en ignorant ce qu’ont fait les nazis et en montrant juste les Britanniques bombarder Dresde et Berlin », a conclu celui qui se rêve président du Brésil un jour.

« Ce n’est qu’une question de temps », a-t-il lancé en souriant.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.