Le Général Votel désigne l’Iran comme une force de « déstabilisation » et suggère que les Etats-Unis perturbe le régime par des moyens militaires, si nécessaire. 

Gen. Joseph Votel, Commander of the US Central Command, testifying Wednesday to the House Armed Services Committee about the security challenges in the Greater Middle East.

Source: House TV :  Le Gen. Joseph Votel, Commandant du Commandement Central, a témoigné mzercredi devant la Commission des Services Armés du Congrès, à propos des défis sécuritaires dans le Grand Moyen-Orient (et Asie Centrale).

Le plus haut responsable de l’armée des Etats-Unis au Moyen-Orient a déclaré, mercredi, que l’Iran est l’une des plus importantes menaces pour les Etats-Unis aujourd’hui et que ce régime ne cesse d’accroître son « rôle déstabilisateur » dans la région.

« Je pense que l’Iran opère dans ce que j’appelle une « zone grise », a déclaré le Commandant du CENTCOM, Commandement Central, le Général Joseph Votel, devant la Commission des Services Armés du Congrès, lors de son audition, le mercredi 29 mars. « Et c’est une zone grise de la rivalité normale entre les Etats – et on n’est qu’à un doigt du conflit ouvert ».

 Le Général a déclaré que l’Iran exploite cette zone grise par une grande diversité de moyens différents, à travers des choses comme la facilitation de l’envoi d’armes létales », l’emploi de « forces supplétives » et de cyberactivités, entre autres choses. Il pense aussi que l’Iran pose la « plus grave menace à long terme contre la stabilité » de la région toute entière.

Le Commandement Central est responsable des intérêts sécuritaires des Etats-Unis dans une zone allant du Golfe Persique à l’Asie Centrale. Il dispose de plus de 80.000 soldats au sol, en mer et dans les airs, ainsi ‘impliqués dans la campagne en cours pour vaincre l’Etat Islamique en Irak et en Syrie (Daesh), ainsi que les Taliban en Afghanistan.

« Nous devons prêter attention aux occasions dont nous disposons pour perturber les activités de l’Iran par des moyens militaires ou d’autres moyens » a t-il dit. « Nous devons tirer parti des opportunités grâce auxquelles nous pouvons montrer leurs activités au grand jour et les tenir pour responsables de ce qu’ils font par derrière ».

Iran has re-emerged as a geopolitical risk to oil markets

L’Iran est redevenu un risque géopolitique pour les archés pétroliers, vendredi 3 mars 2017

Votel a dit recevoir de fréquents rapports sur l’usage par l’Iran de vedettes rapides lancées pour harceler l’armée et la Marine américaine dans les eaux internationales bien au-delà de ses côtes, avec environ 300 incidents, au cours de l’année passée, seulement. Certains , dit-il, peuvent être considérés comme « manquant de respect des règles professionnelles » ou « insécurisants » (facteurs de menaces réelles).

« Nous maintenons une attention extraordinairement étroite, mais je me sens très confiant dans notre capacité à nous protéger et à continuer de poursuivre nos missions », dit-il.

 

Cela dit, a concédé le Général, « l’Iran a un rôle à tenir dans la région. Je veux être clair sur le fait que nous considérons différemment le peuple d’Iran, à la différence du régime d’Iran – le Conseil Révolutionnaire qui dirige l’Iran. Nos inquiétudes ne concernent pas le peuple iranien. Nos problèmes, nous les avons avec le gouvernement révolutionnaire islamiste ».

Pendant ce temps, le Commandant du CENTCOM a aussi répondu aux questions concernant les frappes de la coalition dirigée par les Etats-Unis contre les djihadistes de Daesh, qui ont contribué à la  mort de près de 200 civils Irakiens dans un quartier ouest de Mossoul, le 17 mars.

« Nous faisons absolument tout ce qui est humainement possible pour empêcher ce genre d’incidents d’arriver dans le cadre de nos opérations », a déclaré le général.

A man points towards the fighting as they walk through an area that was affected by a reported coalition air strike in the al-Jadida neighborhood of Mosul, Nineveh Province, on March 24, 2017.

Marcus Yam | Los Angeles Times | Getty Images Un homme montre le sens des combats alors que ces gens marchent travers une zone affectée par les frappes aériennes de la coalition dans le quartier d’al-Jadida à Mossoul, Province de Ninive le 24 mars 2017.

L’armée américaine réévalue un examen initial des circonstances de la bavure de Mossoul, selon Votal. Des responsables américains ont visité le site de l’incident de Mossoul, mardi pour réunir « des preuves supplémentaires et un point de vue juste de la situation », a t-il ajouté.

Il a aussi rejeté les reportages disant que l’augmentation du nombre de morts à Mossoul aurait quelque chose à voir avec le changement des politiques de l’Administration concernant les activités militaires dans les zones civiles. « Il s’agissait d’une situation très volatile,  » a déclaré Votel à propos de cette frappe aérienne. « Aussi n’était-ce pas une cible délibérée ni quoi que ce soit du genre. C’était une situation de combat évolutive et changeante »…

Le général a déclaré que l’armée a mis en place un processus standardisé sur la façon dont il étudie de tels dossiers et qu’elle rassemblera  les informations de diverses sources pour mener l’enquête sur Mossoul. L’une des nombreuses choses qu’examineront les enquêteurs concerne les renseignements fournis par les Irakiens aux Américains » (élimination gratuite de Sunnites par les Chiites?)

Mais même dans ce cas, a t-il ajouté, « il y a une chance raisonnable » que les frappes de la coalition américaine visant les djihadistes de Daesh aient aussi pu contribuer au bilan élevé de pertes humaines,faisant ainsi écho à un commentaire fait mardi par le Lieutenant-Général de l’Armée Stephen Townsend, le Commandant de l’armée américaine sur le terrain en Irak.

A fighter of the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) holds an ISIL flag and a weapon.

Reuters

Votel a aussi réitéré un commentaire fait par Townsend, disant que les roquettes et missiles utilisés à Mossoul ne devraient pas avoir provoqué les effets qu’on a observé », tels que l’effondrement de bâtiments entiers. Il a déclaré que l’enquête vérifiera « si d’autres éléments -boucliers humains civils autour de dépôts d’armes de Daesh?- sont aussi intervenus dans ce décompte macabre.

 » Je suggérerais juste que chacun reste prudent a déclaré Mac Thornberry, le Président de la Commission des Services Armés (Républicain-Texas) en ouvrant le débat sur les pertes humaines provoquées par la bataille de Mossoul. « Dans un environnement urbain dense, il est probable qu’il y ait des pertes civiles. Mais nous tenons aussi pour certain que Daesh utilise les civils innocents comme boucliers humains et qu’ils peuvent disposer des corps de civils pour alimenter leur propagande de guerre ».

Concernant une autre zone de conflit, le CENTCOM a aussi fourni unem ise à jour sur les combats contre les Talibans en Afghanistan.

« Nous sommes à l’heure actuelle, dans une impasse » dit-il. « Il est généralement favorable au gouvernement d’Afghanistan. Mais les situations de blocages ont tendance à décliner avec le temps aussi je pense  que nous n’aurons pas à continuer de soutenir cette phase de combat ».

Il subsiste deux missions essentielles Afghanistan : la mission anti-terroriste de l’armée et la mission de l’OTAN d’entraîner, de conseiller et d’assister les forces armées afghanes », a précisé Votel. La mission antiterroriste « se passe plutôt bien », bien que la « mission de l’OTAN où « nous devrions considérer y examiner nos objectifs et comment nous allons continuer à soutenir notre mission pour aller de l’avant », a t-il dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.