Le chef d’état-major de la Marine met en garde contre le « comportement conquérant » de la Chine

Lors de ses deux premières auditions parlementaires [au Sénat et à l’Assemblée, ndlr] en tant que chef d’état-major de la Marine nationale [CEMM], l’amiral Pierre Vandier avait insisté sur le « retour de l’usage stratégique de la mer », marquant la « face visible du nouveau cycle géopolitique actuel. »

Ainsi, avait souligné le CEMM, la « mer est redevenue une zone de friction, de démonstration de puissance, souvent désinhibée » et, « demain, elle pourrait être une zone d’affrontements », alors que le « code de bonne conduite entre nations n’est plus toujours respectés ».

Et de citer la fortification d’îlôts à peine émergés pour en faire des base militaire, la prospection « sans vergogne » de la zone économique exclusive des pays voisins ou encore le pillage des ressources halieutiques « partout où les espaces ne sont pas défendus. »

Des pratiques dont la Chine est régulièrement accusée [ce dont l’amiral Vandier s’était toutefois gardé de rappeler]…

En effet, Pékin pratique la politique du fait accompli en mer de Chine méridionale en installant des capacités d’interdiction et de déni d’accès [A2/AD] sur des récifs poldérisés des archipels Spratleys et Paracel, envoie des navires de prospections dans des eaux qui ne sont pas les siennes [ce qui donne lieu régulièrement à des frictions avec le Vietnam et la présence de ses flottilles de pêche au large des côtes africaines et sud-américaines suscitent régulièrement des tensions, comme encore récemment aux Galapagos.

Dans le même temps, la Chine fait son retour dans le domaine maritime. « Ce dernier est d’abord économique au moyen des routes de la soie qui vont jusqu’en Europe, leurs points d’atterrissage étant au Pirée en Grèce ou à Venise en Italie. Le grand retour est aussi militaire, la Chine s’armant en mer à cadence de combat. Tous les quatre ans, la Chine met à l’eau l’équivalent de la marine française », avait en effet relevé l’amiral Vandier.

Mais ce dernier est allé plus loin à l’occasion d’un entretien donné à l’AFP. en marge d’un déplacement au Japon, où il a notamment rencontré Nobuo Kishi, le minisitre nippon de la Défense.

À Tokyo, on redoute les visées chinoises, notamment celles sur l’archipel Senkaku…

Lire la suite http://www.opex360.com/2020/11/30/le-chef-detat-major-de-la-marine-met-en-garde-contre-le-comportement-conquerant-de-la-chine/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.