PARIS :

Le commando de femmes islamistes prévoyait d’attaquer une synagogue en France 

Le Parisien révèle des éléments de l’enquête qui a permis de retracer comment le trio de femmes qui projetait de réaliser un attentat à la voiture piégée en plein cœur de Paris, à quelques mètres de la cathédrale Notre-Dame, le 4 septembre dernier. Des bonbonnes de gaz et deux bidons d’essence avaient été retrouvés dans une Peugeot 607. On y apprend comment elles prévoyaient une autre attaque visant une synagogue.

attentat-tt-width-604-height-395-crop-0-bgcolor-000000-nozoom_default-1-lazyload-0

Téléguidées par le djihadiste Rachid Kassim

C’est à peine quatre jours après que les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieur (DGSI) ont arrêté les trois femmes à Boussy-Saint-Antoine (Essonne). Un commando téléguidé depuis la zone irako-syrienne, par le djihadiste français Rachid Kassim, indique le quotidien. Les policiers seraient sont intervenus juste à temps, car les femmes prévoyaient un autre passage à l’acte.

Lors de l’interpellation, l’une d’entre-elles, Sarah Hervouët, 23 ans et femme de ménage dans un hôpital psychiatrique de Cogolin (Var), a poignardé un policier de la DGSI qui surveillait l’appartement dans lequel le trio s’était planqué. La voiture piégée appartenait au père d’Inès Madani (19 ans) ; c’est grâce à son téléphone que les policiers ont pu localiser la résidence de Boussy Saint-Antoine. La troisième, Amel Sakaou, âgée de 39 ans, est responsable dans un magasin, proche de l’appartement.

Elles ont été mise en relation par Rachid Kassim, alias Abou Kassim, via l’application de messagerie cryptée Telegram. Sarah Hervouët, “a été mariée religieusement pendant un mois à un musulman de Nice (Alpes-Maritimes), avant d’être tour à tour promise à Larossi Abballa, le tueur d’un couple de policiers de Magnanville (Yvelines), abattu par le Raid le 13 juin, puis à Adel Kermiche, un des deux meurtriers du père Jacques Hamel, à l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), lui aussi neutralisé par les forces de l’ordre le 26 juillet”, révèle Le Parisien.

Kassim lui demande, au mois de juillet, de s’en prendre au maire de Cogolin (Var), afin de toucher “en plein cœur le gouvernement français”.“ Je ne le sentais pas du tout, je ne voulais pas casser la vie sociale de ma mère et le faire là où j’habite”, confessera-t-elle en garde à vue. Lors de sa rencontre avec les deux autres femmes, elles auraient évoqué le projet de s’en “prendre à une synagogue”.

6193243_collage-commando-de-femms-bonbonnes-660x400

Source :

http://www.lesinrocks.com/2016/10/news/commando-de-femmes-prevoyait-dattaquer-synagogue-france/

happywheels

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.