Home International L’argent iranien aux “Martyrs” de l’Autorité Palestinienne *

L’argent iranien aux “Martyrs” de l’Autorité Palestinienne *

1
259

 Du cash iranien? Il coule déjà à flots en Cisjordanie/Judée-Samarie. 

 

Les débats ont été animés, ces dernières semaines, autour des possibles effets de la dernière concession américaine à l’Iran, au cours des négociations nucléaires. La plupart se recentre sur l’exigence de l’Iran d’un allègement immédiat des sanctions économiques. Il n’y a pas plus de deux semaines, le Wall Street Journal a révélé que “l’Administration Obama estime que l’Iran dispose d’entre 100 et 140 milliards de $ de revenu pétrolier actuellement gelé, sur des comptes off-shore, comme conséquence des sanctions.Les responsables américains disent qu’ils s’attendent à ce que Téhéran puisse, à nouveau, avoir accès par phases, dans le cadre d’un allègement partiel en vue de l’accord final. L’Iran pourrait recevoir quelque chose comme entre 30 et 50 milliards de $, en signant simplement cet accord, selon des responsables du Congrès tenus au courant par l’administration”. 

Ce qui n’est pas allé sans soulever des critiques s’inquiétant que l’Iran pourrait avoir accès immédiat à d’énormes sommes d’argent qu’il pourrait utiliser pour renforcer le Hezbollah et le Hamas à Gaza. En fait, très récemment,le journal britannique The Telegraph a révélé que l’Iran avait déjà offert des millions de dollars au Hamas pour reconstruire ses tunnels d’attaque dans la Bande de Gaza, détruits par Tsahal, lors des combats de l’été dernier. Mais,même sans cet afflux énorme d’argent frais promis par l’annulation des sanctions américaines et internationales, l’Iran n’a pas limité ses contributions financières, dans l’arène palestinienne, au seul Hamas et à Gaza. 

Plutôt, les preuves accumulées suggèrent qu’il transfère de l’argent à l’Autorité Palestinienne, grâce à ses tribunaux de la Chari’a et s’achète tout autant de l’influence auprès de l’opinion palestinienne, en Cisjordanie/Judée-Samarie. L’un des principaux canaux d’influence iranienne est la Société Caritative Al-Ansar, basée à Gaza, qui a été désignée comme “association hors la loi” par l’Etat d’Israël, le 24 octobre 2003. Cette Société transfère des financements iraniens aux familles des “Martyrs” palestiniens (essentiellement des terroristes) au nom de la Fondation des Martyrs au Liban, financée par l’Iran. La Fondation des Martyrs est sur la liste du Terrorisme Global avec mention spéciale, du Département du Trésor américain, depuis au moins huit ans et déclaré hors-la-loi par l’Etat d’Israël au moins un an plus tôt.  

Malgré toutes ces mises en garde des gouvernements, la Société Al-Ansar continue de distribuer l’argent iranien aux familles de terroristes, par lintermédiaire des institutions de l’Autrorité Palestinienne. Ainsi par exemple : selon son site internet, le 23 juillet 2012, la fondation Al Ansar a donné 1 Million 650 000 $ de la part de la Fondation des Martyrs iraniens aux familles des “martyrs” tués en Cisjordanie, au cours de l’Intifada Al Aqsa. Il est notable, dans cet exemple que le soutien financier iranien a été facilité par les services postaux de l’Autorité Palestinienne, où on a recommandé aux familles des “martyrs” de se rendre pour récolter leurs bénéfices. 

Dans un autre message sur Internet, la Socété affirme avoir livré des financements aux enfants de ceux qui ont été tués durant l’Intifida al Aqsa, dans le cadre d’un accord entyre cette fondation et l’Institut de Gestion et de Développement du Fonds pour les Orphelins (IMDOF), une organisation fondée en septembre 2005 et directement subordonnée aux Tribunaux de la Chari’a de l’Autorité Palestinienne. 

Si on s’en tient uniquement à cela, ce soutien financier iranien peut n’être considéré que comme une petite tête de pont, dans les efforts de cette nation pour s’octroyer une certaine influence au sein de l’Autorité Palestinienne et auprès des Palestiniens de Cisjordanie,mais il reste encore à démontrer s’il existe d’autres circuits plus occultes de financement, circulant entre Téhéran et Ramallah. De façon plus importante, la volonté de l’Autorité Palestinienne de permettre à ses services postaux et au département de son gouvernement de servir à l’acheminement de soutien financier de la part d’une organisation du Hezbollah, financée par l’Iran et conçue comme telle par les Etats-Unis, soulève bien des questions supplémentaires, à la fois sur la cohérence interne de l’AP et ses réelles sympathies, au bout du compte. 

La seule chose qui soit claire, c’est que Téhéran, grâce à son soutien renouvelé du Hamas et de sa coordination avec l’Autroité Palestinienne, afin de verser des salaires aux familles des “martyrs” de Cisjordanie, cherche à s’octroyer une position-clé afin d’étendre son influence sur la cisjordanie/ Judée-Samarie. Jusqu’à présent, en cisjordanie au moins, les sommes engagées rerstent relativement modestes, mais, puisque l’Iran lui-même va être transfusé de milliards de dollars, au cours d’un allègement imminent des sanctions, il va sans dire jusqu’à quelle échelle son rôle futur de principale force influente pourra aller… 

BLOGGER

1 COMMENT

  1. L’argent est il proportionnel au nombre des martyrs ?

    Il en faudra des puits de petrole car Israel d’en chargera mais pas tous en meme temps , laissez travailler le Mossad et les indics qui pullulent a Gaza .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.