La ministre de la Justice Nicole Belloubet a déclaré que la France n’irait « pas nécessairement chercher » les djihadistes français détenus en Syrie ou en Irak et qui demandent à être rapatriés pour être jugés.

« Nous prendrons en charge toutes les personnes qui reviendront sur le territoire français. Pour autant nous n’irons pas nécessairement les chercher là ou elles sont », a déclaré la Garde des Sceaux dans un entretien à la radio RMC et à BFMTV.

Au moins deux Françaises, actuellement détenues en Syrie avec leurs enfants, demandent à être rapatriées et jugées en France pour avoir rejoint les jihadistes du groupe Etat islamique (EI). L’une d’elles, Emilie König, propagandiste et recruteuse notoire de l’EI, a fait savoir mercredi par son avocat qu’elle se tenait « à la disposition de la justice française », qui la réclame depuis 2015.

« Cette personne comme d’autres Français (…) sont allés en Syrie pour conduire généralement des actions terroristes », a estimé la ministre, répétant que si les autorités locales pouvaient « offrir un certain nombre de garanties en termes de traduction » et « d’accès à un avocat », elles pourraient être jugées sur place, et le cas échéant, pourraient bénéficier de « la protection consulaire » ou d’une aide d’organisations humanitaires comme la Croix-Rouge.

AFP

2 Commentaires

  1. Dommage. cela aurait été humain (comme pourrait le penser une certaine personnes à l’UE) de leur payer une pension à vie sur le dos des français qui n’en peuvent plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.