Union à Gauche: Avoda-Gesher et Meretz signent une alliance électorale

 

 

 

Après avoir dit non pendant des semaines, le président du Parti travailliste-Gesher a fini par céder aux pressions et a accepté de signer un accord électoral avec le parti Meretz de Nitzan Horovitz.

Les trois partis se présenteront sous un ticket unique du nom de « Emet » qui est celui du Parti travaillste depuis plusieurs décennies.

La liste sera menées par Amir Peretz, suivi d’Orly Lévy-Abécassis et de Nitzan Horovitz. Un candidat de Meretz sera placé en 4e position et un travailliste en 5e place.

Pour l’instant, Stav Shafir ne fait pas partie de la liste et a déjà exprimé son mécontentement face à ce développement politique.

Amir Peretz et Nitzan Horovitz donneront une conférence de presse lundi à 17h pour annoncer ce que le président de Meretz a appelé « une association pour le changement et l’espoir »…

L’ancien chef d’état-major adjoint de Tsahal, Yaïr Golan (Israël Démocratique) est placé dans la première dizaine de candidats.

Dimanche, Orly Lévy-Abécassis avait donné son feu vert à Amir Peretz pour négocier et signer un accord d’union et avait justifié son assentiment par la « nécessité d’un changement des priorités même si un abime politique la sépare de Meretz sur les questions de politique étrangère et sécuritaire ».

Elle avait rajouté qu’Amir Peretz était « l’adulte responsable » dans toute la classe politique actuelle.

Mis à part Stav Shafir qui tire a boulets rouges sur cet accord duquel elle est exclue, Issawi Fredj, ancien député Meretz a lui-aussi exprimé son mécontentement, étant relégué à la 11e place sur la liste, avec un risque réel pour lui d’être une nouvelle fois « privé de Knesset ».

Il a exprimé son vif mécontentement: « On jette à la poubelle la coopération judéo-arabe. Comme il est facile de sacrifier les citoyens arabes! ».

Issawi Fredj a également dénoncé le fait que Yaïr Golan ait été placé parmi les dix premiers, et donc devant lui: « Je ne suis pas prêt à accepter Yaïr Golan dans cette union. Nitzan Horovitz l’a inclu parce qu’il a peur de lui et qu’il sent le besoin d’avoir un alibi sécuritaire ».

Au Parti travailliste-Gesher c’est en revanche la satisfaction. La députés Meirav Michaëli a réagi: « Nous avons promis de mettre fin au pouvoir de Binyamin Netanyahou et nous le ferons. Le Parti travailliste-Gesher et Meretz sauveront le pays en préservant son caractère juif et démocratique ».

Ce tournant dans la campagne électorale va sans doute augmenter les pressions à droite pour une union de tous les partis situés à la droite du Likoud afin d’éviter que l’un des partis ne franchisse pas la barre du seuil d’éligibilité, offrant ainsi sur un plateau la victoire à la gauche.

Photo porte-parole Camp Démocratique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.