Une attaque « israélienne » a visé tôt ce matin le sud de la Syrie en guerre, a rapporté l’agence officielle syrienne Sana, une ONG évoquant des tirs de missiles contre des « positions militaires » du régime et de ses alliés.

« Des tirs de missiles probablement israéliens ont visé » des régions du sud syrien, notamment le secteur de Tall al-Hara, une colline élevée de la province de Deraa, au sud de Damas, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

L’Observatoire fait état de « pertes humaines » dans ce secteur, sans être en mesure de fournir un bilan exact.

Depuis le début en 2011 de la guerre en Syrie, Israël a mené plusieurs frappes contre l’armée syrienne mais aussi contre les forces de l’Iran et du Hezbollah libanais.

Les tirs de missiles ont visé des « positions militaires » du régime ou de milices alliées, notamment le puissant mouvement chiite du Hezbollah, d’après le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Outre le secteur de Tall al-Hara, deux zones de la province voisine de Qouneitra ont été visées, d’après la même source. Toutes ces cibles se situent non loin du plateau du Golan en partie occupé et annexé par Israël.

« La défense anti-aérienne du régime a été activée pour contrer » l’attaque, a souligné M. Abdel Rahmane. « Certains missiles ont été abattus, d’autres ont atteint leurs cibles », a-t-il précisé.

Le Hezbollah y a érigé des radars alors que le régime syrien y a installé des batteries antiaériennes, avait indiqué l’OSDH par le passé.

Israël a toujours affirmé son intention de continuer à viser les positions tenues par l’Iran ou le Hezbollah en Syrie, et qu’il ne laisserait pas Téhéran s’implanter à sa frontière.

Les frappes interviennent dans un contexte de tensions accrues au Moyen-Orient, Israël d’un côté et l’Iran et le Hezbollah de l’autre multipliant les déclarations fracassantes.

Le 14 juillet, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait prévenu le Hezbollah qu’Israël lui infligerait un coup « dévastateur » en cas d’attaque du mouvement chiite.

Quelques jours plus tôt, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah avait estimé que l’Etat hébreu ne serait pas « épargné » en cas de conflit entre les Etats-Unis, alliés d’Israël, et l’Iran.

Déclenché avec la répression de manifestations par le pouvoir, le conflit en Syrie s’est complexifié avec l’implication de puissances étrangères. Il a fait plus de 370.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

(AFP)

1 COMMENTAIRE

  1. C’est devenu un jeu.
    Ce matin, les fadamollah ont annoncé pompeusement qu’il remettait en marche leur usine à eau lourde.
    Celle qui sert à l’armement « non-conventionnel ».
    Donc les petits péteurs européens (qui espèrent bien qu’un acteur masqué ira obliterer ce bastringue) vont encore menacer de menacer de penser pouvoir s’ énerver si ça continue comme ça…
    .
    Une histoire…
    Dans un couple bancale religieux, un type rentre à l’improviste 2 heures après être parti. Son épouse est occupée, avec « quelqu’un d’autre » dans la chambre, et notre bonhomme, un instant pétrifié, retrouve ses esprits, et sermone:
    « On commence comme ça, et finalement, on finit par fumer Shabbath !!! “

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.