fbpx
A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil Israel Israël achève la construction du « mur de fer » le séparant de Gaza

Israël achève la construction du « mur de fer » le séparant de Gaza

876 vues
1

Israël achève la construction de la barrière le séparant de Gaza

La « Muraille d’acier » achevée le long de la bordure de la bande de Gaza

Le ministère de la Défense et Tsahal ont annoncé mardi l’achèvement du vaste projet de « Muraille d’acier » le long de le bordure de la bande de Gaza décidé et initié par l’ancien Premier ministre Binyamin Netanyahou. Il s’agit d’un rempart terrestre, maritime et souterrain long de 65 km, équipé de systèmes technologiques de détection ultra-sensibles qui empêcheront toute incursion  terroriste en territoire israélien y compris au moyen de tunnels. Son édification a duré trois ans et demi et a nécessité mille deux-cent ouvriers.

La cérémonie d’inauguration avec dévoilement de plaque s’est déroulée en présence notamment du ministre de la Défense Benny Gantz, du vice-ministre de la Défense Alon Schuster, du chef d’état-major Aviv Kochavi, du commandant de la région militaire nord Eliezer Toledano et du directeur-général du ministère de la Défense Amir Eshel.

Dans son intervention, le ministre de la Défense a indiqué que cette muraille modifie de manière significative le dispositif de défense de l’Etat d’Israël dans le sud du pays qui se vérifiera lors d’une prochaine confrontation avec le Hamas et les autres organisations terroristes de Gaza. Tout comme le ministre de la Défense avant lui, le chef d’état-major a eu l’honnêteté de mentionner Binyamin Netanyahou, qui contre l’avis de beaucoup, avait décidé et initié cet ambitieux projet de défense.

Le directeur-général du ministère de la Défense Amir Eshel a notamment déclaré : « Cet obstacle sécuritaire a été l’un des projets d’ingénierie les plus complexes jamais mis en oeuvre, qui montre qu’il n’y a pas de missions que nous ne puissions accomplir. Cet obstacle a déjà modifié la situation sécuritaire dans le sud et permettra le développement économique et social des régions de la bordure ».

La décision de construire la barrière est survenue après la guerre de Gaza en 2014, connue en Israël sous le nom d’opération Bordure protectrice, qui visait principalement à contrer la menace du tunnel.

Tsahal craint depuis longtemps que le Hamas ou un autre groupe terroriste utilise des tunnels transfrontaliers pour envoyer des combattants dans une communauté israélienne près de la frontière, où ils pourraient tuer ceux qui se trouvaient à l’intérieur et, ne serait-ce que pour une courte période, conquérir une partie d’Israël.

Le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi (à droite) s’entretient avec le ministre de la Défense Benny Gantz lors d’une cérémonie marquant l’achèvement de la barrière de Gaza le 7 décembre 2021. (Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a utilisé des tunnels pour mener des attaques meurtrières pour la première fois en 2004, creusant sous les positions israéliennes dans l’enclave et faisant exploser de puissantes bombes en dessous. En 2006, des membres du Hamas ont pénétré en Israël, tuant trois soldats et capturant un quatrième, Gilad Shalit, qu’il a gardé captif pendant cinq ans avant un accord d’échange avec Israël.

Les tunnels, à la fois ceux qui traversent la frontière et ceux à l’intérieur de Gaza, ont été largement utilisés pendant la guerre de Gaza en 2014, bien que ces dernières années, le Hamas ait apparemment cessé de s’en servir dans la même mesure qu’Israël s’est amélioré pour les découvrir.

« La barrière est en train de changer la réalité. Ce qui s’est passé dans le passé ne se reproduira plus », a déclaré le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, dans son discours lors de la cérémonie.

Lors de la guerre de 2014, les troupes au sol de Tsahal ont dû entrer à Gaza afin d’utiliser des explosifs pour détruire les tunnels que le Hamas avait creusés en Israël. Dans les années qui ont suivi, Israël a développé de nouvelles munitions et tactiques qui ont permis à l’armée de l’air israélienne de frapper des tunnels depuis les airs, les rendant inutilisables sinon complètement détruits.

Les tunnels transfrontaliers n’ont joué pratiquement aucun rôle dans le conflit de mai entre Israël et les groupes terroristes dans la bande de Gaza. Dans quelques cas, le Hamas a tenté d’utiliser des tunnels pour envoyer des combattants jusqu’à la frontière, avec l’intention apparente de les faire émerger soudainement, de prendre Tsahal par surprise et de traverser en Israël. Dans chacun de ces cas, cependant, l’armée a identifié ces tentatives à l’avance et a bombardé les tunnels depuis les airs, dans au moins un cas avec les combattants toujours à l’intérieur.

Un tunnel du Hamas découvert par des soldats de la brigade de parachutistes dans le nord de la bande de Gaza le 18 juillet 2014. (Porte-parole de Tsahal/Flash90)

 

Tout en faisant l’éloge de la barrière défensive et de la capacité de protection du pays en général, Kohavi a également souligné qu’Israël améliorait également ses capacités offensives.

“Nous nous souvenons qu’une victoire décisive n’est obtenue que par une attaque et nous la renforçons constamment et de manière significative – en particulier contre l’Iran l’année dernière”, a déclaré Kohavi, faisant référence aux préparatifs de l’armée pour frapper le programme nucléaire de Téhéran.

S’adressant aux journalistes mardi, Ofir, qui a dirigé tous les grands projets de construction de barrières en Israël ces dernières années, notamment le long des frontières égyptienne et libanaise, s’est abstenu de déclarer officiellement la menace des tunnels et a noté qu’il y avait encore des points faibles. dans les défenses israéliennes de Gaza qui pourraient être exploitées, mais a déclaré qu’il était néanmoins « fier » de la barrière.

Brig.-Gén. Eran Ofir pose devant la barrière de Gaza achevée. (Ministère de la Défense)

 

« Je peux approuver le fait qu’il existe un système important et important qui vise à garantir qu’aucun tunnel n’entre dans l’État d’Israël. Il n’y a aucune approbation à 100 % sur quoi que ce soit dans la vie, mais nous pensons que ce mur souterrain offre une très bonne solution à ce problème », a-t-il déclaré.

Interrogé sur les efforts du Hamas pour « contester » la nouvelle barrière frontalière, Ofir a déclaré que malgré l’achèvement du mur, l’armée travaillait constamment pour s’assurer que le groupe terroriste ne franchissait pas la frontière.

Il a déclaré que la construction était un processus profondément compliqué étant donné les combats qui éclatent généralement le long de la frontière.

Un Palestinien charge une fronde avec une pierre à lancer sur les forces israéliennes lors d’affrontements le long de la frontière avec Israël, à l’est de Bureij dans le centre de la bande de Gaza, le 6 septembre 2019. (Mahmud Hams/AFP)

 

« Le travail était tout sauf simple. Nous avons enduré 15 rounds de combats ; ils nous ont tiré dessus ; nous avons travaillé sous le feu, mais nous n’avons presque jamais cessé de travailler. Dans un seul cas, lorsqu’ils ont ouvert le feu sur nous, nous avons cessé de travailler et même alors seulement quelques heures avant notre retour », a déclaré Ofir.

Avec la construction de la barrière de Gaza, le ministère de la Défense porte maintenant son attention sur la frontière libanaise, où une barrière frontalière existante a longtemps été décriée comme insuffisante.

Le budget actuel de la défense comprend des fonds pour une barrière similaire en béton et en acier le long de la frontière libanaise afin d’empêcher ou au moins d’atténuer la menace d’infiltrations du Hezbollah.

Photo Ministère de la Défense

Jforum avec LPH et news.fr-24.com

1 COMMENTAIRE

  1. Il reste les millions d’euros que distribue l’UE et autres associations antisémites .
    Aucun mur ni souterrain ne les empêcheront de  » passer  » .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.