En Iran, une première exécution en public depuis deux ans

L’ONG Iran Human Rights dénonce une pratique « médiévale » visant à intimider la population, alors que le nombre d’exécutions en Iran est en augmentation par rapport à l’année dernière.

La plupart des exécutions en Iran se font dans les prisons, mais les exécutions publiques sont utilisées comme moyen de dissuasion.
L’Iran a procédé samedi à sa première exécution en public en plus de deux ans, avec la pendaison d’un homme condamné pour le meurtre d’un policier, a rapporté une ONG, alors que l’inquiétude grandit face à la répression croissante dans le pays.
Iman Sabzikar, un ouvrier reconnu coupable du meurtre d’un policier en février 2022 dans la ville de Shiraz dans le sud de l’Iran, a été pendu tôt le matin sur les lieux du crime, a détaillé l’ONG norvégienne Iran Human Rights, s’appuyant sur des informations relayées par des médias d’Etat iraniens. Sa peine avait été confirmée par la Cour suprême début juillet.

Moyen de dissuasion

« La reprise de ce châtiment brutal en public est destinée à effrayer et à intimider les gens pour qu’ils ne manifestent pas », a estimé Mahmood Amiry-Moghaddam, directeur de l’IHR. Il a appelé la communauté internationale à réagir avec fermeté et à protester contre cette pratique « médiévale ».
Des images circulent sur les réseaux sociaux affirmant relater cette exécution et montrent un homme portant des vêtements de prisonnier suspendu plusieurs mètres au-dessus du sol à une corde attachée à la grue d’un camion.
Les exécutions en Iran ont généralement lieu à l’intérieur des prisons. Les exécutions publiques sont utilisées comme moyen de dissuasion, en particulier quand il s’agit du meurtre d’un membre des forces de sécurité, a relevé l’ONG, indiquant que la dernière exécution publique en Iran remontait au 11 juin 2020.

Deux fois plus d’exécutions ce semestre qu’au premier semestre 2021

L’ONG redoute que quatre hommes, également condamnés à mort pour le meurtre de policiers dans des affaires distinctes mais similaires, ne subissent le même sort, et note que le nombre d’exécutions dans la République islamique a doublé au premier semestre par rapport à la même période de 2021.
Ces dernières semaines, des militants ont exprimé leur inquiétude face à une répression croissante en Iran alors que la crise économique suscite des manifestations inhabituelles. Des intellectuels et des réalisateurs de films renommés ont été arrêtés.
Par www.lalsace.fr
 Photo d’illustration Sipa/ Morteza NIKOUBAZL

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
KIGEM

EST CE QUE LA NUPES VA S ÉMOUVOIR OU PARCE QU IL N EST PAS QUESTION DE JUIF ET D ISRAËL VA REGARDER AILLEURS?