Ingrid von Oelhafen et Tim Tate, Les enfants oubliés d’Hitler.. Au cœur du programme Lebensborn. Fayard.

Il s’agit d’un récit poignant d’une femme qui fut enlevée à ses vrais parents à un âge très tendre, en raison de son incarnation parfaite de l’homme nouveau, tel que se le représentaient les idéologues et les doctrinaires nazis de la race. «Grand blond ou grande blonde aux yeux bleus»… A l’exclusion de tout ce qui pourrait évoquer le «type juif…»» Dans les pays occupés par l’armée nazie, on convoquait des parents et leurs jeunes enfants sous des motifs futiles. Pendant que les parents attendaient qu’on leur rende leur progéniture dans la cour, les sélectionneurs de la race étaient à l’œuvre et répartissaient les enfants selon les critères mentionnés. Les enfants retenus, parfois des nourrissons de juste quelques mois, étaient confiés à des infirmières de la Croix-Rouge allemande qui les conduisaient dans des cliniques où ils étaient cultivés, produits comme du cheptel, des êtres humains, au même titre que l’on sélectionnait un type précis de mammifères… C’était la fonction dévolue à une sinistre institution ou programme dont le nom fait froid dans le dos : le Lebensborn, littéralement en allemand, la fontaine de vie. On invitait les hommes et les femmes ayant satisfait à tous les critères requis à s’unir pour donner naissance à une humanité nouvelle, une race de seigneurs (Herrenrasse), le nouvel homme national-socialiste. Une sorte de fabrique de l’ÜBermensch, le surhomme dont rêvaient des malades mentaux comme Hitler ou Himmler, suivis de leurs sbires.

Le présent ouvrage raconte, à la première personne, le calvaire traumatisant d’une enfant, enlevé à ses parents biologiques, à un âge très tendre. Elle fut donc élevée dans une famille aristocratique qui n’ était pas la sienne, au seul motif qu’elle était un bel enfant blond aux yeux bleus. On assiste donc à des manipulations génétiques dictées par un comportement idéologique qui réifie l’homme. Ce qui introduit la notion de Untermensch, sous-homme, envoyé dès lors dans les camps d’extermination.

Ce qui est intéressant dans cette histoire, c’est qu’elle comporte aussi un drame très personnel. Cet enfant, ravi à ses parents alors qu’elle n’avait que neuf mois va rechercher ses vraies origines. Le drame politique se double d’un drame personnel. On peut lire les lettres que l’enfant devenue jeune fille adresse à une femme qu’elle croit être sa mère alors qu’elle n’a été durant tout ce temps qu’une génitrice putative.. On devine le déchirement qui s’ensuit lorsque les masques tombent et qu’à la faveur d’une visite médicale, la jeune fille découvre que son nom d’assurée sociale n’est pas le même que celui qui l’accompagne et qui est censé être son père.

Par un jeu de circonstances pratiquement imprévisible, et surtout avec une volonté de fer, la femme en question, la fameuse Ingrid découvre qu’elle est un produit du fameux Lebensborn. Insoutenable vérité ! Elle découvre aussi que le dirigeant le plus honni du IIIe Reich, Heinrich Himmler a porté une attention spéciale à cette étrange institution destinée à protéger et à promouvoir ce mythe fou, la préservation de la supériorité du sang aryen … A presque soixante ans, la dame découvre qu’elle est un produit du Lebensborn, que ses parents étaient originaires de Slovénie.

C’est une véritable enquête policière où l’on passe du désespoir le plus noir à un timide rayon de lumière, où les différentes bureaucraties européennes impliquées dans l’affaire ne répondent pas à vos lettres ou prennent un temps fou à le faire. Mais tous ces détails étaient pourtant à portée de main, cachés dans un petit carton dans une chambre où nul n’avait songé en inspecter le contenu. La mère putative, celle qui se distinguait par sa froideur à l’égard de cette enfant qui n’était pas sa fille biologique, avait ses raisons, connues d’elle seule et de personne d’autre. L’enfant devenue une adulte se demande : mais pourquoi ne m’a-t-on rien dit sur mes origines ? Elle découvre aussi que celui qu’elle considérait comme son frère avait été lui aussi adopté ou recueilli à la demande des autorités.

On comprend mieux le titre… La logique délirante du IIIe Reich, cette mythologie du sang a fait des ravages à la fois physiques et psychologiques. Comment reconstituer son identité en emboîtant toutes les pièces du puzzle … La dame se rendit deux fois en Slovénie, procéda à des tests d’ADN avec de supposés membres de sa famille. On ne parvenait jamais à des résultats tranchants.

La lecture de ce récit est très poignante. Je reviens sur les lettres de la petite fille, envoyée dans un foyer, sans raison apparente. Cela vrille le cœur car on ne comprend pas ce qui motive la décision de placer cette enfant. Après, on comprend mieux, mais cela n’enlève rien à la prière d’un enfant qui réclame sa mère. Sans être vraiment entendue.

Maurice-Ruben HAYOUN

Le professeur Maurice-Ruben Hayoun, né en 1951 à Agadir, est un philosophe, spécialisé dans la philosophie juive, la philosophie allemande et judéo-allemande de Moïse Mendelssohn à Gershom Scholem, un exégète et un historien français. il est également Professeur à  l’université de Genève.  Son dernier ouvrage: La pratique religieuse juive, Éditions Geuthner, Paris / Beyrouth 2020 Regard de la tradition juive sur le monde. Genève, Slatkine, 2020

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.