Herzl à Jérusalem

Herzl devait arriver deux heures avant l’entrée du chabbat, seulement le train dans lequel il voyageait avait pris du retard. A mesure qu’il réalisait qu’il s’apprêtait à profaner le jour saint, le leader sioniste se sentait de plus en plus mal. Comme il le redoutait, le train est entré en gare de Jérusalem ce 28 octobre 1898, alors que la nuit était déjà tombée.

Thedodor Herzl, lors du 1er congrès sioniste mondial en 1897 (photo credit: DR)

Ce voyage dans la Ville sainte représentait une sorte d’apogée dans la rapide ascension de l’Autrichien : quatre ans après avoir commencé à exprimer ses idées, et un an après être parvenu à réunir 200 juifs lors d’un congrès à Bâle en Suisse, il avait obtenu de rencontrer Wilhelm II, en visite historique en Palestine, alors sous contrôle de l’Empire ottoman. Le Kaiser devait notamment demander au sultan d’accorder aux juifs le droit d’ouvrir une société à charte en Palestine, sous la supervision des Allemands. Cette première et unique visite de Theodor Herzl à Jérusalem devait le bouleverser profondément, et changer à jamais l’avenir du sionisme.

Malgré la fièvre qui s’était emparé de lui, le leader sioniste non religieux était bien décidé à respecter le jour saint, et à rejoindre son hôtel à pied. Le trajet était long de la gare jusqu’à l’actuelle place Davidka, et ses compagnons de route ont tenté de l’en dissuader.

L’un d’entre eux, David Shouv, a témoigné : « Alors que nous étions en route vers le centre-ville, Theodor marchait avec peine. Je lui ai alors fait remarquer qu’étant souffrant, il lui était permis de s’y rendre en transports. Mais il était fermement décidé à respecter le chabbat, et m’a répondu : “Il s’agit de ma première visite à Jérusalem, la Ville sainte, et je n’y profanerai pas le chabbat.” »

Herzl a donc marché jusqu’à la Porte de Jaffa, s’appuyant sur sa canne et sur l’épaule de l’un de ses compagnons, en empruntant la voie qui s’appelle de nos jours derekh Hebron. Il semble que la poussée d’adrénaline provoquée par l’excitation de cette première visite lui ait donné des forces, et cette marche s’est muée pour l’Autrichien en lune de miel avec la cité. « Malgré mon épuisement, Jérusalem et ses contours éclairés par la lune m’ont fait une très forte impression. C’était magnifique de voir la forteresse de Sion, la Cité de David », a raconté Herzl dans son journal.

L’émotion face à ces lieux s’est encore renforcée à la vue des passants. Après avoir fondu en larmes la veille, en observant des fermiers juifs dans le village de Rehovot, le voilà qui rencontrait les habitants de Jérusalem, vêtus de leurs beaux habits de chabbat, rayonnants à leur retour de la synagogue, et qui saluaient les voyageurs de chaleureux « chabbat chalom » et « chalom alekhem ». « Les rues étaient remplies de juifs marchant sous la lune », a encore écrit le leader sioniste.

Jforum avec Jpost et autres

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.