Israeli minister of Defense and leader of the Yamina party Naftali Bennett seen with party members at the Yamina headquarters on elections night, in Ramat Gan on March 2, 2020. Photo by Flash90 *** Local Caption *** ?????? ???? ?????? ????? ????? ??? ????? ??? ??? ??? ????? ???????

Gouvernement d’union: grande inquiétude à Yamina (Droite)

Depuis l’annonce de la formation d’un gouvernement d’union ou d’urgence nationale, l’inquiétude ne cesse de grandir et de s’exprimer ouvertement au parti Yamina. Elle est basée sur des considérations politiques et idéologiques.

Sur le plan politique, il s’agit d’une conséquence inévitable du principe de l’union, qui concerne aussi le Likoud, et qui réduit de moitié le nombre de ministères dévolus au bloc de droite dirigé par Binyamin Netanyahou.

Avec à peine six députés, Yamina ne peut espérer plus de deux ministères au maximum, dont l’un ne figurerait même pas en haut de tableau des « ministères de prestige ».

Tant Naftali Benett qu’Ayelet Shaked diffusent depuis quelques jours l’éventualité que le parti reste dans l’opposition à défaut d’obtenir la « part du gâteau », d’autant plus que Yamina – contrairement au Parti travailliste qui pourrait obtenir deux ministères importants – a été fidèle au bloc de droite durant toute cette année, s’abstenant même de répondre aux attaques de Binyamin Netanyahou et du Likoud durant les campagnes électorales.

Mais c’est surtout sur le plan idéologique que les dirigeants de Yamina se montrent inquiets, et c’est également le cas chez certains députés Likoud: dans le cadre des pourparlers avec Bleu-Blanc, le Premier ministre est selon eux en train de « brader » les positions de la droite sur des questions importantes.

Trois points sont déjà clairs: Binyamin Netanyahou a accordé un droit de veto à Benny Gantz sur la mise en oeuvre de l’extension de la souveraineté israélienne sur la vallée du Jourdain (ne parlons pas des localités juives de Judée-Samarie), il a également accepté d’annuler la Loi Kaminitz qui aggrave nettement les sanctions envers les constructions illégales (un phénomène omniprésent en secteur arabe israélien en Galilée) et selon certaines sources, Amir Peretz, pour entrer au gouvernement, exigerait que l’Office chargé des Affaires bédouines soit cédé à une organisation d’extrême gauche qui encourage l’extension sauvage des construction bédouines dans le Néguev.

Le ministre Betzalel Smotritch a appelé le Premier ministre « à mettre des limites aux négociations »: « Laisser les bédouins étendre leur contrôle sur le Néguev uniquement pour monnayer l’entrée d’Amir Peretz au gouvernement serait un crime impardonnable. Même l’union doit être assortie de lignes rouges » avertit le ministre.

A Yamina, mais aussi dans l’organisation Regavim, on constate que le partage politique paritaire entre les deux grands partis s’avère s’accompagner d’une dilapidation totale de l’idéologie de droite au profit de celle de gauche et d’une menace pour le projet sioniste.

Interviewée à la radio, Ayelet Shaked a indiqué que « le partage ne signifie pas la capitulation ».

Elle n’a pas exclu de dissoudre le bloc de droite et d’aller vers l’opposition si Yamina n’obtient  pas des assurances de la part de Binyamin Netanyahou. Elle a rappelé les propos récents du Premier ministre assurant « qu’il ne portera pas atteinte à ses alliés traditionnels ».

Au Likoud, Micky Zohar a également fait part de son mécontentement face à la tournure que prennent les événements: « Il est inadmissible qu’un parti qui compte 17 députés obtienne 15 ministères! »

Les six députés de Yamina ont adressé une lettre urgente à Binyamin Netanyahou dans laquelle ils écrivent notamment: « Un gouvernement d’union est certes une nécessité impérieuse aujourd’hui du fait de la configuration politique et de la crise du Corona. Il est clair qu’un tel gouvernement exige des concessions des deux côtés et qu’aucun des partis n’obtiendra ce qu’il espérait. Mais il faut qu’il y ait des lignes rouges. Un gouvernement d’union n’est pas un gouvernement de gauche, même s’il est sous votre direction, et il n’est pas tenu non plus de se défaire de toutes les positions de la droite ».

Et ils concluent ainsi: « Les négociations d’union se déroulent sans que les partenaires du bloc ne soient tenus au courant. L’unité du bloc n’est pas à sens unique, seulement lorsque le Likoud sous votre direction en a besoin. Il s’agit d’un engagement réciproque pour une coopération dans la prise de décisions et dans le modelage du futur gouvernement. Nous demandons à obtenir au plus vite des éclaircissements quant à nos craintes et demandons la formation d’un système de concertation avant que des décisions définitives de faut accompli soient prises avec lesquelles nous ne pourrions pas cohabiter dans un gouvernement et donc au sein du bloc ».

Photo Flash 90

1 COMMENTAIRE

  1. Ce Veto ! est le 1er piège à refuser immédiatement.
    Cela nous annonce à ètre très très vigilent envers nos
    ennemis de l’intérieure toujours près à brader notre
    Etat Nation Juif d’ISRAEL. Ces gauchistes nous font du mal.
    C’est Nous le Peuple en majorité de Droite qui décidons
    pour le bien de notre Etat Souverain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.