Qu’y a-t-il derrière l’escalade de l’offensive terroriste palestinienne

Les quatre facteurs qui poussent les Palestiniens de Judée-Samarie à intensifier leur attaque terroriste contre Israël.

Lundi, deux terroristes palestiniens affiliés au Hamas se sont rendus à la station-service à l’extérieur de la ville d’Eli dans le district de Benjamin. Portant des M-16, ils sont entrés avec audace dans le restaurant Hummus Eliyahu et ont ouvert le feu sur les convives. Ils ont tué quatre personnes, en ont blessé quatre autres, dont un grièvement, et sont sortis du restaurant.

Un père à la station-service avec ses enfants a dit à ses enfants de s’allonger sur le sol de leur voiture, a sorti son arme de poing et l’a vidée sur l’un des terroristes. Le second s’est enfui dans une voiture volée. Les forces de sécurité l’ont localisé quelques heures plus tard, à 29 km de là, dans la vallée du Jourdain.

Avant l’aube dimanche, des terroristes palestiniens affiliés à la faction du Fatah de l’Autorité palestinienne, au Hamas et au Jihad islamique palestinien ont tendu une embuscade à un convoi blindé de Tsahal à Jénine, dans le nord de la Samarie, alors que les soldats quittaient la ville après avoir arrêté deux terroristes. Les terroristes ont fait exploser une série de bombes en bordure de route contre le convoi, blessant cinq soldats. Ils ont ensuite ouvert le feu sur la force.

Pour la première fois en 21 ans, Tsahal a déployé des hélicoptères de combat à Samarie, pour permettre l’évacuation des blessés. Il a fallu 12 heures à Tsahal, sous un feu constant. pour évacuer les cinq véhicules blindés désemparés. Deux autres soldats ont été blessés au cours de l’opération. Les Palestiniens ont affirmé avoir endommagé l’un des hélicoptères.

La semaine dernière, les Palestiniens ont mené une fusillade près de Tapuach Junction près de Naplouse, blessant quatre soldats. Deux autres soldats ont été blessés par une attaque à la voiture-bélier à un carrefour voisin. Des terroristes à Jénine ont affirmé la semaine dernière qu’ils avaient abattu un drone de Tsahal.

L’audace des attaques, leur létalité accrue et la sophistication croissante des systèmes d’armement et des capacités militaires des terroristes palestiniens ont surpris le public. Dimanche, Jénine ressemblait plus au Liban ou à Gaza qu’à n’importe quel moment dans le passé.

Alors qu’Israël contrôle ostensiblement la situation sécuritaire en Judée-Samarie, on a de plus en plus le sentiment qu’il a perdu le contrôle. Les groupes terroristes palestiniens étendent leurs capacités et augmentent leur puissance de feu, sans se laisser décourager par Israël.

Il est clair que quelque chose a changé dans le calcul opérationnel palestinien.

D’une manière générale, quatre facteurs poussent les Palestiniens de Judée-Samarie à intensifier leurs attaques terroristes contre Israël.

Le premier est la bataille pour la succession dans les zones sous contrôle palestinien en Judée-Samarie en prévision de la mort prévue du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Abbas, 88 ans et malade, n’a pas de successeur reconnu. Il aurait été hospitalisé la semaine dernière lors d’une visite officielle en Chine. L’aspect unique de la lutte pour la succession palestinienne est que les Palestiniens ne se tirent pas dessus pour prendre le pouvoir. Ils tuent des juifs.

Les groupes terroristes palestiniens sont les seules forces quasi-politiques viables dans la société palestinienne. Leur moyen d’obtenir à la fois le soutien public et le pouvoir militaire est de tuer des Juifs israéliens. Plus ils assassinent de Juifs, plus leur pouvoir perçu et donc le soutien public sont grands. Alors que l’anticipation de la mort d’Abbas augmente, le niveau de terrorisme contre Israël augmente également.

Le deuxième facteur est la disponibilité des armes. Les armes entrent en Judée et en Samarie depuis la Jordanie, fournies à la fois par les Jordaniens et par l’Iran.

Le 22 avril, les autorités israéliennes au point de passage international du pont Allenby depuis la Jordanie ont arrêté le député jordanien Imad al-Adwan alors qu’il tentait de faire passer en contrebande 194 armes de poing et 12 fusils d’assaut en Israël. Selon l’Agence de sécurité israélienne (Shin Bet), al-Adwan a utilisé son passeport diplomatique au point de passage pour faire passer des armes en Israël 12 autres fois depuis février 2022.

En avril, les services de sécurité ont arrêté un trafiquant d’armes bédouin cherchant à entrer en Israël depuis la Jordanie. À l’époque, ils ont reconnu qu’il y avait eu une augmentation spectaculaire de la contrebande d’armes en provenance de Jordanie ces derniers mois. La frontière d’Israël avec la Jordanie est sa plus longue frontière et, contrairement aux autres frontières d’Israël, elle est en grande partie non défendue.

Les forces militaires jordaniennes avaient empêché de manière fiable les passeurs de s’approcher de la frontière dans le passé, mais au cours de l’année écoulée, elles sont devenues de plus en plus laxistes dans le maintien de l’ordre à la frontière. Politiquement, la Jordanie est également devenue plus hostile à Israël. Après l’arrestation d’al-Adwan, le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi a refusé d’accepter un appel téléphonique du ministre des Affaires étrangères Eli Cohen.

L’Iran est le principal fournisseur d’armes des Palestiniens. Le JIP est une franchise du Corps des gardiens de la révolution iraniens, qui a fondé le groupe terroriste en 1988. Le Hamas reçoit également ses commandes de Téhéran, qui lui fournit chaque année quelque 100 millions de dollars d’armes. Le JIP reçoit également des dizaines de millions de dollars en armes. Profitant de la soudaine manne de 2,8 milliards de dollars de revenus pétroliers et gaziers que les États-Unis ont demandé à l’Irak de dégeler et de transférer à l’Iran la semaine dernière, l’Iran est impatient d’intensifier la guerre terroriste palestinienne contre Israël.

À cette fin, cette semaine, le chef du Hamas Ismail Haniyeh et le chef du JIP Ziyad al-Nakhalah étaient à Téhéran pour rencontrer le dictateur iranien l’ayatollah Ali Khamenei et le président Ebrahim Raisi, qui ont tous deux appelé à des attentats terroristes à grande échelle contre Israël.

S’adressant à Iran International , l’analyste politique et militant Jaber Rajabi a affirmé que Khamenei et Raisi avaient ordonné à Haniyeh et al-Nakhalah de s’unir. Le mois dernier, le Hamas a provoqué la colère de Téhéran lorsqu’il n’a pas rejoint le JIP dans l’assaut de missiles de ce dernier contre Israël. Comme l’a indiqué l’assaut de dimanche contre les forces de Tsahal à Jénine, dans le nord de la Samarie, ils agissent ensemble.

Le troisième facteur qui alimente la violence est l’érosion du pouvoir de dissuasion d’Israël sur les jeunes terroristes palestiniens. « L’opération Bouclier défensif », lorsque les forces de Tsahal ont rétabli le contrôle de la sécurité d’Israël sur la Judée et la Samarie après que huit ans de régime de l’Autorité palestinienne aient transformé les zones en usines terroristes, remonte à 21 ans. La plupart des terroristes qui attaquent Israël aujourd’hui n’étaient même pas nés à l’époque.

Ces dernières années, l’état-major de Tsahal a balayé les efforts des gouvernements successifs pour mener de grandes campagnes antiterroristes. Sous les administrations Obama et Biden, les commandants de Tsahal ont insisté pour céder à la pression américaine pour réduire les restrictions de sécurité sur les déplacements des Palestiniens et permettre à plus de cent mille Palestiniens de Judée-Samarie et de Gaza de travailler en Israël.

Ces derniers mois, le général de division Yehuda Fuchs, chef du commandement central de Tsahal, a refusé à plusieurs reprises les appels du gouvernement et du public pour rétablir les barrages routiers supprimés des centres de population palestiniens dans la vallée du Jourdain et le nord de la Samarie. Des meurtres répétés de civils israéliens se sont produits depuis avril et auraient pu être évités si les terroristes avaient été inspectés à ces points de contrôle.

L’administration Biden est le quatrième facteur qui encourage les Palestiniens à attaquer Israël aujourd’hui. Dimanche, juste avant que les forces de Tsahal ne tombent dans une embuscade, le Département d’État a publié une condamnation de la décision d’Israël d’autoriser les Juifs à construire 4 000 nouvelles maisons en Judée-Samarie et de faciliter l’approbation des futures demandes de construction. Le porte-parole du département d’État, Matthew Miller, a dénoncé la décision comme « un obstacle à la paix ».

Après le massacre d’Eli lundi, l’ambassadeur américain Tom Nides a tweeté une déclaration indiquant que pour l’administration Biden, il n’y a aucune différence entre le meurtre délibéré de civils israéliens et la mort accidentelle de Palestiniens lors d’une fusillade entre des terroristes palestiniens et les forces de Tsahal. .

Nides a écrit : « Profondément préoccupé par les morts et les blessés civils qui se sont produits en Cisjordanie ces dernières 48 heures, y compris ceux de mineurs. Prier pour les familles alors qu’elles pleurent la perte d’êtres chers ou s’occupent des blessés.

Nides a publié une condamnation supplémentaire et inconditionnelle du massacre d’Eli après avoir fait l’objet de critiques massives et l’ambassadeur d’Israël à Washington Mike Herzog a écrit : « Toute tentative d’une soi-disant condamnation « équilibrée » est erronée et irrespectueuse envers la mémoire des victimes.

L’hostilité ouverte de l’administration envers Israël, et le désir de rejeter la responsabilité du terrorisme palestinien sur Israël, ainsi que son aide financière et militaire massive à l’AP malgré la souscription et le parrainage du terrorisme par l’AP et le rejet du droit d’Israël à exister, est un contrecoup majeur pour le terrorisme palestinien. .

En blâmant les communautés israéliennes en Judée-Samarie et les opérations antiterroristes de Tsahal pour les massacres palestiniens d’Israéliens, l’administration Biden adopte effectivement le récit palestinien mensonger.

Ce récit repose sur quatre mensonges :

Premièrement, que le peuple juif n’est pas le descendant des juifs des temps bibliques.

Deuxièmement, les Palestiniens sont les descendants des Jébusiens et des Cananéens, qui ont disparu il y a 3 000 ans, et des Philistins qui ont disparu il y a 2 700 ans.

Troisièmement, qu’Israël est une puissance colonialiste qui ne peut être autorisée à exister qu’en apaisant les Palestiniens.

Enfin, sur la base de leur histoire palestinienne fabriquée et de l’effacement de l’histoire juive, les Palestiniens insistent sur le fait que rejeter le droit du peuple juif à la liberté et à l’autodétermination dans sa patrie n’est pas anti-juif.

Mardi soir, des reportages ont indiqué que Tsahal commençait enfin à se rallier au point de vue du Premier ministre Benjamin Netanyahu et de son cabinet selon lequel le moment était venu d’enlever les gants pour enfants et de mener une opération antiterroriste majeure dans le nord de la Samarie. Au moins, Tsahal serait en train de repenser sa position sur les barrages routiers.

Les prochains jours diront si le gouvernement Netanyahu et Tsahal ont décidé de prendre des mesures sérieuses contre la montée en puissance et l’audace des terroristes palestiniens, en particulier dans le nord de la Samarie. Mais ce qui est assez clair, c’est que sans action militaire majeure, la situation sécuritaire en Judée-Samarie et dans tout le pays ne fera que devenir plus précaire.

Chaque assaut et massacre réussi augmente la confiance et l’audace des terroristes. Si Israël n’agit pas de manière agressive, les attaques se propageront à travers la Judée, Jérusalem et le centre d’Israël. Les Arabes israéliens, incités contre Israël et inondés d’armes illégales, sont également susceptibles de rejoindre les rangs des terroristes.

Le massacre de mardi doit être un avertissement flagrant. Le temps d’agir est sur nous.

Par JForum avec CAROLINE GLICK jns
Caroline B. Glick est la rédactrice en chef de Jewish News Syndicate et animatrice du « Caroline Glick Show » sur JNS. Elle est également commentatrice diplomatique pour la chaîne israélienne Channel 14 , ainsi que chroniqueuse pour Newsweek . Glick est chercheur principal pour les affaires du Moyen-Orient au Center for Security Policy de Washington et chargé de cours au College of Statesmanship d’Israël.

 

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Asher Cohen

La frontière internationale de l’État Juif est avec l’Égypte et l’état factice transjordanien. Il n’existe pas de prétendu état palestinien, ni à Gaza, ni en Judée-Samarie, sauf dans le délire des malades mentaux. Donc Israël, état souverain, à la responsabilité totale de ses frontières, et les habitants juifs financent par leurs impôts, des services de sécurité ayant pour mission la protection du Droit des Juifs à l’existence. Quand des armes entrent dans la bande de Gaza ou passent la frontière transjordanienne, cela révèle une défaillance manifeste des services de sécurité israéliens. Quand des squatters arabes utilisant ces armes, massacrent des Juifs, les services de sécurité israéliens doivent assumer leurs responsabilités devant la Justice Juive. Tout le reste n’est que du commentaire et de la littérature.

Il n’y a donc pas besoin d’exposer des analyses politiques discutables pour essayer d’expliquer pourquoi les Juifs sont tués, et chercher à exonérer les responsables sécuritaires de leurs responsabilités. Ces analyses sont du ressort des services de sécurité, rémunérés pour cela, et non du juif lambda qui se soucie avant tout de sa propre vie. Donc, ces attentats réussis montrent l’inefficacité absolue des services israéliens de sécurité, et le Gouvernement a le devoir moral de remplacer ces gens inefficaces par des gens compétents qui font leur travail et assument leurs responsabilités.