L’Egypte condamne à mort par pendaison 22 terroristes islamistes

Un tribunal égyptien a condamné jeudi 22 jihadistes islamistes à mort par pendaison pour 54 attentats, dont la tentative d’assassinat d’un ancien ministre de l’Intérieur , a indiqué à l’AFP une source judiciaire .

Les hommes ont été reconnus coupables d’avoir commis 54 « opérations terroristes » à travers l’Egypte, y compris le meurtre d’un officier supérieur de la police et une tentative d’assassinat de l’ancien ministre de l’Intérieur Mohamed Ibrahim.

Les exécutions de civils en Égypte se font par pendaison. Parmi les condamnés à mort se trouve un ancien policier, et les verdicts ne sont pas susceptibles d’appel.

Les 22 condamnés ont été reconnus coupables d’appartenance au groupe Ansar Beyt al Maqdis , qui avait prêté allégeance au groupe État islamique en 2014.

La Cour de cassation, la plus haute cour d’appel d’Égypte, a également confirmé les peines de prison de 118 autres personnes dans la même affaire, allant de peines de plusieurs années à la réclusion à perpétuité.

L’Égypte combat depuis des années une insurrection acharnée dans le nord du Sinaï qui s’est intensifiée après le renversement par l’armée du président islamiste Mohamed Morsi en 2013.

En février 2018, l’armée et la police ont lancé une opération nationale contre les militants axée sur le nord du Sinaï. Environ 1 073 présumés djihadistes et des dizaines de membres du personnel de sécurité sont morts depuis le début des opérations, selon les chiffres officiels.

Plus tôt ce mois-ci, l’Égypte a convenu avec Israël d’augmenter le nombre de troupes autour de la ville frontalière de Rafah pour réprimer les combattants de l’Etat islamique.

Les combattants d’Ansar Beyt al-Maqdis dans le Sinaï étaient dirigés par Hisham al-Ashmawy , un ancien officier des forces spéciales. Ashmawy – autrefois surnommé « l’homme le plus recherché d’Égypte » – s’est séparé des djihadistes après qu’ils ont changé leur allégeance d’al-Qaïda au groupe État islamique.

En 2018, Ashmawy a été capturé dans la ville de Derna, dans l’est de la Libye, et extradé vers le Caire. Il avait été jugé avec les 22 hommes condamnés jeudi, mais avait déjà été reconnu coupable, et a été exécuté en mars 2020.

L’Egypte, le pays arabe le plus peuplé, se classe au troisième rang mondial pour les exécutions – derrière la Chine et l’Iran – selon Amnesty International. En 2020, les autorités égyptiennes ont exécuté au moins 107 personnes, selon Amnesty.

infos-israel.news

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.