Sarah Cattan. Un café avec … un mensch: Eddie Suissa. Création d’une Association Sarah Halimi

 

Au départ, c’est juste une idée. Qui part d’un Homme seul. Un homme révolté par l’idée que l’assassin de Sarah Halimi pût ne jamais être jugé : son discernement aurait été, fut-il dit, aboli. Bref : le gus, il pouvait ne pas être jugé : un pays civilisé ne juge pas ses fous nous fut-il conté.

L’Homme seul, Eddie Suissa, révolté comme tant d’autres, suivait L’Affaire Sarah Halimi depuis le début.

 

Lorsque la Chambre de l’Instruction rendit son arrêt et décréta que Traoré ne pouvait être jugé, et alors même qu’aussitôt les avocats des Parties civiles se pourvurent en Cassation, Lui, calmement, mais à l’image du feu sous la glace, décida d’entrer en action.

Eddie Suissa lance « L’immense Marche Pas silencieuse pour Sarah Halimi »

Un Post sur les réseaux sociaux, et il appela à Une Marche Pas silencieuse pour Sarah Halimi.

L’idée, téméraire, courageuse, utopique aux yeux de beaucoup, retentit très fort, proportionnellement à l’injustice ressentie par la France devant cette décision « folle ».

Eddie nous raconta, avec l’humilité des Grands, les difficultés rencontrées, les pièges qu’il fallut éviter, les récupérations politiques qu’il dut repérer, mais aussi la ferveur, le soutien de ses amis et de ceux qui vinrent, spontanément, l’entourer.

« L’immense Marche Pas silencieuse pour Sarah Halimi » est lancée

« Tout fut fait dans les règles de l’art, les autorisations demandées et obtenues officiellement « juste avant ». Je tiens à souligner l’apport considérable des bikers de Jonathan Behar, Jonathan a fait un travail extraordinaire, une forme d’arrivée flamboyante avec ses centaines de motos, ses bro les Biker des Roots26, les Biker Tov et le Groupe de @Sergio Levy, moi, j’ai fait venir d’Israël William Attal, le frère de Sarah.


La Police nous aida…

William Attal parla


Francis Szpiner aussi est là…

Et puis il y eut l’écho sur tout le territoire, et, enfin, enfin, enfin, le relai médiatique : soudain les media français parlaient de Sarah Halimi. »

« Tout ce qu’on a fait, on va le légitimer par une association », annonce aujourd’hui, déterminé, Eddie Suissa.

« On lance une campagne de recrutement dans le groupe, toutes les actions diverses seront légitimées par une association. Des personnes venues de tous horizons professionnels nous ont rejoints ».

Le 2 février se tiendra une assemblée constitutive, seront nommés les membres actifs, et sera créée, dans les règles de l’art, une Association.

Nous poursuivrons dans une collaboration fructueuse. Je voulais légitimer un peu tout ça, et aller plus en avant : ce procès en effet commence à nous tenir à cœur de plus en plus et à tous. L’objet de notre association, c’est ça, c’est le procès.

J’ai eu la chance de rencontrer William Attal, je crois l’avoir touché par mon initiative, et lui m’a touché par les mots qu’il a employés lors de sa prise de parole.

Parmi les premiers milliers d’adhérents des premières heures, étaient entrés quelques exaltés qui s’étaient trompés de porte et surtout de combat.

J’étais seul et submergé de commentaires qui me brulent encore les yeux pour une question de drapeau inapproprié lorsque mes amies laïques, athées où juives sont venues me prêter mains fortes, car si on faisait passer notre identité avant le combat pour un procès équitable, cette erreur serait fatale.

C’est avant tout une femme française, désarmée et innocente qui a été tuée

Au lendemain de L’immense Marche Pas silencieuse pour Sarah Halimi, J’ai fini par me dire que le mot « antisémitisme » devait presque être banni de mes propos : C’est avant tout une femme française, désarmée et innocente qui a été tuée.

En réalité, ce qu’il faut comprendre, c’est que ce procès a une importance capitale : il pourrait débarrasser les musulmans des islamistes, et, par ricochet, l’antisémitisme islamiste épargnerait les Juifs.

Sarah Halimi est l’occasion d’un consensus incroyable : celui qui ne le voit pas n’a rien compris. S’il y a un procès, que de choses réglera-t-il. En réalité, tout cela n’est que le début. On nous accuse de complotisme, or la justice peut simplement se tromper. Il n’y a pas de complotisme.

Mais cette indifférence entre les 2 tours, comment ne pas l’avoir en travers de la gorge. Ce procès débarrassait les musulmans de l’islamisme, ce procès peut débarrasser les juifs de l’antisémitisme islamiste, et il peut débarrasser la France du terrorisme.

En réalité, je ne veux plus parler d’antisémitisme. Je veux interroger notamment l’attitude des policiers. Je ne reviendrai pas sur le fait que ce drame se soit passé entre les 2 tours des élections présidentielles. L’affaire Halimi a été escamotée, elle était presque devenue un fake new.

Aujourd’hui, je sais que c’est une affaire française, une affaire qui concerne la France.

A mon tout petit niveau, je voudrais donc avancer, progresser, réaliser des opérations plus à de plus en plus importantes, je veux me cantonner à ce que je sais faire et à ce que je peux faire : rassembler plus de monde.

Si L’association devait avoir à intervenir sur un plan juridique, dans le futur, tout se ferait dans le respect de ce qui a déjà été intenté par la famille de Sarah Halimi.

Ensuite Nous nous rencontrerons. Nous formerons, en connexion, un lobby, des avocats pénalistes nous transmettront le fruit de leur réflexion, de leur expérience.

On planche encore sur le nom de l’association. Elle pourrait s’appeler « 5 janvier », « Sarah Halimi ».

Un lien permet à ceux qui le désirent d’entrer dans cette future association.

Dans cette association, tout le monde est bienvenu ».

Avis de Constitution de l’Association

Avis de constitution

Chers amis(es),

Afin de poursuivre et légitimer notre action nous allons nous former en Association dont l’Assemblée Constitutive se tiendra le 02 Février 2020 (adresse à venir)

Elle définira l’objet et le sens de nos actions.

Cette assemblée est la formalité préalable à la désignation des membres du bureau et au dépôt des statuts.

Nous invitons tous ceux qui se porteront volontaires à devenir membres actifs de cette Association à s’inscrire auprès de Eddie Suissa à l’adresse mail : Legroupepoursarah@gmail.com , en indiquant vos noms et adresses et en garantissant votre présence.

Si nous vous souhaitons nombreux nous ne pourrons peut-être pas garantir l’accueil de tous dans cette petite salle. Il est important de s’inscrire. Nous vous retournerons votre convocation.

L’ouverture de la campagne d’adhésion à tous les membres, actifs et de soutien, se fera très rapidement après enregistrement en préfecture.

Recrutement

Dans le cadre de nos besoins en membres actifs, Le Groupe Pas Silencieux recherche ceux qui parmi vous ont des compétences particulières dans les domaines suivants :

⁃ Community manager

⁃ Graphisme

⁃ Journalisme

⁃ Rédaction

Montage vidéo

⁃ Organisation d’évènements

⁃ Direction artistique

⁃ Relations presse

Il s’agit d’alimenter le contenu en informations de cet espace dans le respect de la ligne éditoriale choisie.

Merci de vous faire connaître en MP seulement.

Eddie Suissa, homme pudique, se livre

Pour finir, Eddie, Homme pudique,  se livre :

« En trois ans Sarah Halimi a souvent occupé mes pensées, comme vous sans doute, mais ces deux dernières semaines, elle a agrandi son territoire, si je ne m’en tiens qu’à moi, elle occupe mes poumons, mes tripes et mon cœur et pour une fois ce dimanche 5, nous n’étions plus seuls(es) à pousser ce cri de colère, la communauté nationale était avec nous, certes encore un peu timide, mais laissons-lui le temps : elle revient de loin, son cri est aussi sincère et durable que le nôtre.

Il n’y avait pas à réfléchir à la suite. En temps normal, c’est, me semble-t-il, dans l’ordre des choses, mais nous ne sommes pas en temps normal : nous vivons une période dangereuse pour le pays et à travers Sarah Halimi, c’est bien avec lui qu’il nous faudra retrousser nos manches. Ça n’était donc qu’un premier round et nous ne menons qu’aux points.

Je suis sûr que vous non plus ne ressentez pas la sensation d’être vidé après cette marche mémorable vers la rue Vaucouleurs qui ne marquait que la fin de la manifestation et le début de notre devoir.

Il ne nous appartient pas de décider de l’avenir, c’est lui qui décide pour nous.

Nous allons continuer ce combat et le mener jusqu’à son terme : la justice pour Sarah Halimi.

Voilà comment est née l’idée de cette Association, créée afin d’une part, d’étendre à la province et aux autres grandes villes de France ce combat si vital pour la justice alors que seule Marseille aura réussi à obtenir les autorisations nécessaires, et d’autre part, en personnes responsables que nous avons été au cours de cette quinzaine, il nous faut maintenant officialiser, structurer et faire grandir ce mouvement.

Nous devons continuer tout droit, comme nous l’avons si bien fait jusqu’ici, ne pas nous éparpiller inutilement : c’est un luxe qui ne nous sera plus permis. Il nous faut à présent avancer, encore avancer et toujours avancer ensemble.

Nous sommes là pour exprimer une colère, certes, mais dans le respect le plus total des forces de l’ordre en charge de notre sécurité : il en va de notre crédibilité à tous qui n’avons sollicité aucun parti ni institution, communautaire ou non, sans jamais leur avoir interdit ni même suggéré de ne pas participer à un événement ouvert à tous.

Toute la communauté nationale sans distinction d’origines, de religion, de couleur ou de parti est la bienvenue pour, d’une même voix et d’un même élan, demander ce qui revient de droit #JusticepourSarahHalimi

Nous nous dirons merci une fois justice obtenue !«

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.