Chronique des 20 premières élections israéliennes

0
526

Élections 1977 – Affiches du Likoud] En 1977, Menahem Begin a dirigé une élection en tant que premier Premier ministre israélien non travailliste. Crédit: GPO

Une chronique surprenante de 20 premières élections israéliennes

Des premières élections, il y a 70 ans, aux premières élections législatives, il y a 68 ans, la démocratie vivante d’Israël est un travail en cours.

 9 SEPTEMBRE 2019, 11H05

La semaine prochaine, les Israéliens voteront une nouvelle fois lors d’une élection «au-dessus de».

C’est la première fois qu’un premier ministre israélien n’a pas réussi à former un gouvernement de coalition et la première fois qu’une Knesset a voté pour se dissoudre avant la formation d’un gouvernement.

Une démocratie comme celle d’Israël aura toujours des premières historiques.

  1. En 1949, des panneaux exhortant les citoyens à «Allez voter!» Ont été postés pour informer les habitants du bâtiment de l’emplacement de leur bureau de vote pour les premières élections dans l’État d’Israël nouvellement créé.

“Allez voter!” Exhorte une affiche de 1949 informant les habitants de l’emplacement de leur bureau de vote lors des premières élections israéliennes. Crédit: Bibliothèque nationale d’Israël
  1. La même année est la première année à laquelle participe un parti de femmes formé par l’Organisation des femmes sionistes (WIZO). Bien que ne recevant que suffisamment de voix pour remporter un seul siège à la première Knesset, WIZO a lancé l’appel pour l’égalité des droits.

Un parti de femmes organisé par l’organisation des femmes sionistes remporta un siège aux élections de 1949. Crédit: Bibliothèque nationale d’Israël
  1. Les élections à la deuxième Knesset, en 1951, étaient en fait les premières élections à la Knesset, car les élections de 1949 visaient en réalité une Assemblée nationale.

Les nouveaux immigrants sont une force décisive, car un grand nombre d’immigrants sont arrivés en Israël par vagues et ont le droit de voter. Le «rassemblement des exilés» a été célébré dans cette affiche du parti des travailleurs Hapoel HaMizrachi- Mizrachi (un des prédécesseurs du Parti religieux national).

Les vagues massives d’immigration, symbolisées par l’accueil des portes ouvertes, constitueraient une force décisive aux élections de 1951. Crédit: Bibliothèque nationale d’Israël
  1. Les élections à la troisième Knesset en 1955 ont été axées sur le retour de David Ben Gourion après sa retraite au Kibboutz Sde Boker en 1953.

Une affiche annonçant le retour de David Ben Gourion dans la vie politique en 1955. Photo: Bibliothèque nationale d’Israël
  1. C’est en 1959 que Moshé Dayan entrait pour la première fois dans le monde politique. Ce héros de guerre, chef d’état-major et commandant en chef des FDI au cours de la campagne du Sinaï était critiqué, comme le montre cette affiche du parti Herut Dayan et Mapai (le parti travailliste) comme étant séparés de la réalité et des problèmes des pauvres.

Le général Moshe Dayan et le Parti travailliste ont été critiqués pour avoir été rendus sourds aux besoins des pauvres par le parti rival Herut. Crédit: Bibliothèque nationale d’Israël
  1. Bien que cela prenne encore 16 ans avant que le Mapai ne tombe du pouvoir, des changements dans le paysage politique israélien ont commencé à apparaître dès 1961.

Au lendemain d’une lutte de pouvoir au sein de sa coalition autour de l’affaire Lavon (opération d’espionnage et de guérilla bâclée en Égypte), Ben Gourion a appelé à la tenue d’élections anticipées – une première dans la politique israélienne. La stratégie n’a pas réussi. Malgré un lancement de fusée historique qui aurait pu être un exercice de campagne politique ou une démonstration du pouvoir militaire régional, Ben Gourion démissionna de la direction du parti et forma le parti Rafi.

Golda et Shulamit

  1. En 1965, pour la première fois, un parti politique était disqualifié en raison de sa position vis-à-vis de l’État d’Israël. La commission électorale centrale a interdit le parti Al Ard (la liste socialiste arabe), le déclarant «une association illégale, car ses initiateurs nient l’intégrité (territoriale) de l’État d’Israël et son existence».

Al Ard a interjeté appel devant la Cour suprême, où la majorité s’est prononcée en faveur de l’interdiction. «La majorité a estimé qu’un parti ayant appelé à la suppression de l’État d’Israël ne devrait pas être autorisé à participer aux élections.» ( Cliquez ici pour en savoir plus sur les élections colorées de 1965 ).

  1. Les élections de 1969 pour la septième Knesset sont les premières tenues après la guerre des Six jours. Après la mort du Premier ministre Levi Eshkol au début de 1969, la secrétaire générale du Mapai, Golda Meir, a été nommée Premier ministre par intérim, puis à la tête de Ma’arach (Alignement des partis travaillistes Mapai et Ahdut Ha’Avoda) aux élections de 1969. Meir reste la première et unique femme Premier ministre d’Israël.
  2. Les élections de décembre 1973, qui se sont déroulées dans l’ombre de la guerre du Kippour, ont été les premières à introduire un parti qui s’intéressait principalement aux droits civils et fondamentaux: Ratz, le géniteur du Meretz, dirigé par Shulamit Aloni.

Le mouvement de protestation sociale, HaPanterimHaShchorim (les Black Panthers d’Israël), a couru et a failli atteindre le seuil du pourcentage minimum, mais n’a finalement pas remporté de siège. De l’autre côté du spectre politique, le parti Kach de Meir Kahane s’est également présenté pour la première fois en 1973, mais n’est entré à la Knesset qu’en 1984.

Les partis concernés par les droits civils, les droits de l’homme et la justice sociale, comme Ratz et les Black Panthers d’Israël, ont fait des vagues lors des élections de 1973. Crédit: Bibliothèque nationale d’Israël
  1. La première pour les élections israéliennes de 1977 a été la victoire surprise du parti du Likoud, qui a fait de Menahem Begin le premier Premier ministre israélien non travailliste depuis la création de l’État.
  2. Le premier concernant les élections de 1981 a été une montée de la violence. Comme l’a déclaré l’ Institut de la démocratie israélienne : «Il est de coutume de considérer la campagne électorale de la 10ème Knesset en 1981 comme la plus tendue et la plus violente de l’histoire d’Israël. Ces élections reflétaient une tension ethnique extrême et, plus encore que dans toute campagne électorale antérieure ou postérieure, il existait une forte corrélation entre l’origine ethnique et les schémas de vote. ”
  3. Les élections de 1984 ont marqué une autre première avec la formation d’un gouvernement d’union nationale. Bien que l’alignement obtienne le plus de sièges, il ne parvient pas à former une coalition et accepte une rotation avec le Likoud. Les chefs de partis respectifs, Shimon Peres et Yitzhak Shamir, ont occupé le poste de Premier ministre pendant deux ans.

Animations en soirée

  1. En 1988, les élections israéliennes sont devenues un divertissement du soir lorsque, pour la première fois, les partis politiques ont obtenu l’autorisation de présenter leurs plateformes sur la seule chaîne de télévision du pays (pour en savoir plus à ce sujet ici ).
  1. En 1992, retour au gouvernement dirigé par Yitzhak Rabin et dirigé par les travaillistes. Assassiné le 4 novembre 1995, Rabin est devenu le premier et, espérons-le, le dernier, le premier ministre israélien à être assassiné.
  2. Les élections de 1996 ont été la première fois que deux bulletins de vote distincts étaient tenus simultanément: l’un pour le candidat au poste de Premier ministre, l’autre pour le parti politique. (L’élection directe du Premier ministre a été supprimée par Ariel Sharon après son entrée en fonction en 2001.)
  3. En 1999, c’était la première fois que les deux grands groupes parlementaires occupaient moins de la moitié des sièges à la Knesset.
  4. C’est également l’année où AlehYarok (Green Leaf), un parti en faveur de la légalisation du cannabis, est entré dans l’arène politique, même s’il n’a pas dépassé le seuil minimal de pourcentage.
  5. Bien que le Likoud ait remporté les élections de 2003, la 16 e Knesset était unique en son genre car trois gouvernements différents ont été élus en raison de désaccords sur le désengagement de Gaza: un gouvernement de centre-droite composé du Likoud, du Shinui, de l’Union nationale et du Parti religieux; deuxièmement, en 2004, une coalition de centre gauche composée du Likoud, du United Torah Judaism et du Parti travailliste; et finalement, après le désengagement d’août 2005, le Likoud s’est scindé et Ariel Sharon a formé Kadima- la première fois qu’un Premier ministre sortant s’est séparé du parti existant.
  6. Lors des élections de 2006, pour la première fois, un parti qui n’était ni le parti travailliste ni le Likoud est arrivé au pouvoir: Kadima, dirigé par Ehud Olmert, qui avait succédé à la direction du parti à la suite de Sharon, victime d’un accident vasculaire cérébral invalidant.
  7. En 2009, malgré avoir remporté la majorité, Kadima – à présent dirigé par Tzipi Livni – n’a pas été en mesure de former une coalition et le gouvernement a été formé par Benjamin Netanyahu qui, dans une autre première historique, a surpassé le record de Ben Gourion comme premier mandataire d’Israël ministre. Reste à savoir si cette série de victoires se poursuit.

Pour plus de propagande historique archivée sur les élections, les médias et autres éphémères, visitez Election Chronicles , une exposition en ligne de la Bibliothèque nationale d’Israël .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.