CAFE TURC

Par Jean-Marc Alcalay

Hospitalité turque

      Qui a voyagé en Turquie se souvient bien de l’hospitalité de ses habitants. Mais le pays est un peu moins accueillant depuis que Tayyip Erdogan, a été élu premier ministre de 2003 à 2014, puis président de la République de Turquie depuis cette date-là. Eh, oui, si la Turquie s’appelle République depuis son fondateur Mustapha Kemal Atatürk, c’est Tayyip Erdogan qui a instauré le suffrage universel en 2003. Dès 2014, il a même été le seul candidat à l’élection présidentielle qu’il a instaurée dès sa prise de pouvoir. Dès lors il est devenu peu à peu autoritaire voire dictatorial : répressions, incarcérations, jugements arbitraires…Tout peut en effet arriver dans cette Europasie (je ne sais pas comment l’écrire) car, eh oui, la Turquie fait la danse du ventre ou le derviche tourneur, entre l’Europe et l’Asie, entre la modernité stambuliote et l’archaïsme porté par la population de l’est du pays, venue habiter les grandes villes plutôt occidentalisées, façon Atatürc. Mais ce temps de la République laïque d’après 1918 est bien révolu depuis qu’Erdogan a éliminé physiquement ou écarté politiquement les derniers défenseurs de la politique de Mustapha Kemal.

   Cependant, l’hospitalité turque demeure toujours parmi le peuple, excepté chez les enragés qui soutiennent ce président mégalomane. Le café est toujours servi à la turque, mais quand Erdogan le propose au président Macron, il a un goût amer et âpre. Alors, Monsieur le Président de France, permettez-moi quelques conseils pour répondre à Erdogan quand il s’adresse à vous comme il le fait depuis quelques semaines :

Café Turc

–  Prenez donc une tasse monsieur Macron au nom de la légendaire hospitalité turque, au nom de l’Empire ottoman dont j’ai la nostalgie et que je voudrais reconstruire, au nom de tous les musulmans du monde dont je voudrais être le porte-drapeau, au nom des Frères musulmans dont je suis très proche et contre l’Europe qui a refusé l’entrée de mon pays et sur laquelle je vais peut-être lâcher comme une horde barbare mes millions de réfugiés…

Oh pardon, vous voyez comme je m’emporte. J’ai encore en moi mes vieux réflexes de suprématie ottomane et de répression autoritaire sur tous les peuples qui en faisaient partie… Je pense aux Grecs et aux Arméniens que je déteste encore, en plus des Kurdes, des Israéliens… Ceux que je chéris, ce sont les Palestiniens, car je suis avant tout anti-Israélien, mais je les laisserai tomber dès que cela m’arrangera. Allez, monsieur Macron, buvez donc notre délicieux café et prenez donc un loukoum… Je vais remuer la cuillère bien au fond de la tasse pour que le marc de café parfume délicatement le nectar et vous, monsieur le Président de la République française, vous le boirez d’un seul coup, cul sec comme vous dites chez vous.

– N’en faites rien  monsieur Macron ! N’écoutez pas Erdogan ! Dites-lui simplement que son café est trop chaud, bouillant même, comme le sont les tensions entre nos deux pays. Dites-lui que vous préférez attendre que le marc de café repose bien au fond de la tasse. Et s’il insiste pour que vous le buviez d’un seul coup en ayant bien remué la cuillère, dites-lui fermement non !

Non monsieur Erdogan. Mais très fermement Non ! Et répondez-lui que ce n’est pas lui qui doit imposer aux Français comment boire le café turc. Ce n’est pas lui qui doit imposer ce que nous Français nous devons manger, qui nous pouvons prier. Il ne doit pas nous imposer ce que nos humoristes doivent dessiner ou peindre, et comment ils doivent écrire leurs textes.

Bref, Il n’a aucun droit sur ce que nous devons autoriser ou interdire dans notre pays, la France ! Un non ferme lui claquerait le bec car au fond, Erdogan ne fait que gesticuler, menacer, éructer, provoquer, même s’il faut aussi prendre au sérieux ses emportements mégalomaniaques contre l’occident en défendant des causes perdues comme celles des Palestiniens, et autres groupes terroristes.

Monsieur Macron, soyez fort et ferme devant les postures de cet imposteur qui ne veut que flatter l’Islam dont il se croit le phare et choisissez, Monsieur le Président, une fois pour toute et de façon claire, le camp de ceux qui parmi les occidentaux sont aux côtés d’Israël et contre l’islam-isme. Et vous verrez alors comme le goût du café sera meilleur.

Par ©Jean-Marc Alcalay

2 Commentaires

  1. Jean-Marc Alcalay …tayud

    origine trés Andalouse

    «  » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » »

    Si vas a Calatayud,: pregunta por la Dolores,: que es una chica muy guapa,: y amiga de hacer favores. « La Dolores » ha servido también como inspiración para …etc etc

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.