Bras de fer entre le président de la Knesset et la Cour suprême

Le président de la Knesset Yuli Edelstein a repoussé lundi soir l’appel de la Cour suprême qui lui demandait de réunir une séance « plénière » destinée à voter son remplacement par Meïr Cohen (Yesh Atid). Yuli Edelstein a rejeté ce qu’il a appelé un « ultimatum »: « Je considère que l’ingérence de la Cour suprême dans les décisions du président de la Knesset quant à la fixation de l’ordre du jour est un fait sans précédent et n’est pas judicieuse en cette période. Je ne puis céder devant cet ultimatum car ce serait accepter que c’est la Cour suprême qui fixe l’ordre du jour des débats à la Knesset et non son président. En raison des circonstances particulières et avec tout le respect, je ne puis donc accéder à la demande de la Cour et fixer une date exacte pour introduire cette question dans l’ordre du jour tant que la situation politique ne se sera pas éclaircie ».


Esther Hayut – Photo Yonatan Sindel/Flash90

 

 

 

Mais la Cour suprême n’a pas tardé à répondre, et les juges ont confirmé qu’ils détiennent le vrai pouvoir dans le pays.

A l’unanimité ils ont ordonné au président de la Knesset de réunir d’ici mercredi une séance consacrée à l’élection d’un nouveau président à sa place. Dans leurs attendus, ils ont considéré qu’il n’était pas dans les prérogatives du président de la Knesset de repousser un tel vote.

La présidente Esther Hayut a eu des mots particulièrement durs envers Yuli Edelstein allant jusqu’à l’accuser « d’agir contre les bases de la démocratie »!!

Rappelons que la selon la tradition parlementaire israélienne, un nouveau président de la Knesset est élu le jour de la présentation d’un nouveau gouvernement. Dans le cas présent, Benny Gantz et Bleu-Blanc veulent avancer les choses afin de pouvoir contrôler la Knesset et faire voter des lois qu’ils souhaitent et en premier lieu celle interdisant à Binyamin Netanyahou de former un gouvernement.

Photo Hadas Parush / Flash 90

2 Commentaires

  1. Une Cour suprême est une juridiction constitutionnelle, donc au dessus des politiques . Donc en bonne démocratie comme en Israël si Edelstein ne veut pas obtempérer demain il est destitué et éventuellement arrêté par la police. Edelstein sait très bien qu’Israel n’est pas un régime autoritaire, il doit se plier aux décisions de justice.

  2. Les juges de la cour suprême ne sont pas élus par le peuple ce même peuple qui a voté majoritairement pour le Likoud. Ce n’est donc pas démocratique de mépriser le peuple en bafouant son choix pour promouvoir une préférence idéologique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.