Avi Gabbaï reçoit le soutien de 33 anciens officiers

0
431

Comme tous les grands partis politiques, le Camp Sioniste est traversé par des courants et groupes qui tentent d’influer sur la ligne politique ou idéologique de la formation.

La technique est classique: ces groupes d’influence font adhérer au parti un maximum de membres afin de peser sur la composition de liste des candidats à la Knesset, sur les décisions lors des comités centraux ou même d’influencer directement les dirigeants du parti.

Depuis quelques années, pour des raisons électorales, le Parti travailliste a tenté de se refaire une image en se présentant comme un parti de centre gauche voir même parfois du centre, ayant compris que le terme de “gauche” est aujourd’hui plus un repoussoir électoral qu’un atout.

C’est aussi le sentiment qu’a voulu se donner Avi Gabbaï, le président du Camp Sioniste, avec plusieurs déclarations “droitières” faites dans les mois qui ont suivi son élection.

C’est contre cette évolution qu’un mouvement inverse a été enclenché avec l’adhésion de trente-trois anciens officiers supérieurs de Tsahal, qui ont annoncé leur soutien appuyé à Avi Gabbaï, mais qui entendent bien le tirer vers la gauche.

Ce groupe qui s’est appelé “A’haraï” (Suivez-moi) dont le leader et l’initiateur est le général de brigade (rés.) Assaf Agmon, est identifié à deux autres mouvements extra-parlementaires composés d’anciens officiers supérieurs de Tsahal nettement identifiés à gauche, que sont le “Forum pour la Paix et la Sécurité” et “Officiers la Sécurité d’Israël”.

Ces derniers avaient organisé une campagne médiatique agressive contre Binyamin Netanyahou avant les dernières élections, mais en vain.

Lors d’une conférence de presse où ils entouraient Avi Gabbaï, une délégation de ces officiers – tous issus de l’armée de l’air – a exposé leurs objectifs et expliqué leur tactique: créer au sein du Camp Sioniste un mouvement de même influence que celui qui existait au sein du Likoud avec Manhigout Yehoudit de Moshé Feiglin, en faisant adhérer un maximum de partisans au parti.

Ils ont déclaré qu’ils comptent devenir la force la plus importante au sein du Camp Sioniste ” afin de fixer l’ordre du jour et provoquer une révolution politique dans le pays”.

Ces anciens officiers n’ont pas caché qu’ils comptent “surveiller” Avi Gabbaï afin qu’il ne dévie plus vers le centre ou la droite, notamment sur la question des localités juives de Judée-Samarie.

Mais ce qui est à la fois le plus étrange mais aussi le plus symptomatique est que ces anciens officiers de Tsahal ont clairement désigné l’ennemi: non pas le Hamas, le Hezbollah, l’Iran ou même l’Autorité Palestinienne, mais comme ils l’ont clairement dit devant les micros, Binyamin Netanyahou, le Likoud, Naftali Benett, les Juifs de Judée-Samarie tous rangés sous le terme “l’ennemi intérieur” qu’il va falloir combattre de toutes ses forces.

“Le combat contre la droite israélienne est plus difficile que celui livré contre les ennemis extérieurs”, est allé jusqu’à dire Assaf Agmon.

Un autre officier du groupe, Youval Lotan, n’a pas hésité à dire que la droite agit “comme de termites en sapant peu à peu les bases de l’Etat d’Israël”!

Dans les propos qu’ils ont tenus, les anciens généraux ont fait des allusions à peine voilées sur un glissement d’Israël vers le fascisme! Assaf Agmon, qui a voté Meretz lors des dernières élections, a averti que les prochaines élections seront les plus critiques de l’Histoire d’Israël, et que “si Netanyahou les remporte, ce sera la fin de l’Etat d’Israël”!!!

Ces anciens officiers se déclarent proches de mouvements comme le V-15. Darkenou, Women Wage Peace ou encore l’Initiative de Genève mais estiment que le seul moyen de provoquer un changement radical passe par la Knesset où certains d’entre eux comptent bien entrer après les prochaines élections en obtenant une place éligible aux primaires grâce aux nombreux adhérents qu’ils espèrent faire entrer au parti.

Tous ces anciens généraux, souvent décorés et parés d’une prestigieuse carrière dans Tsahal, ont pourtant presque tous le même défaut: leur idéologie leur a fait oublier qui sont les vrais ennemis d’Israël et ce à quoi ils aspirent. Il ne faut jamais oublier que ce sont ces mêmes mouvements d’anciens officiers qui ont activement soutenu les Accords d’Oslo et le désengagement du Goush Katif, qui prônaient un retrait d’Israël du plateau du Golan et qui aujourd’hui souhaitent un retrait unilatéral israélien de la majeure partie de la Judée, de la Samarie et de la vallée du Jourdain.

Pour obtenir plus de sécurité…

Shraga Blum

Photo Illustration

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.