fbpx
A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil Dépêches Au Rabbi de Loubavitch: « Pourquoi Machia’h n’est-il pas venu? »

Au Rabbi de Loubavitch: « Pourquoi Machia’h n’est-il pas venu? »

211 vues
0

La violente dispute entre mon père et le Rabbi de Loubavitch : « Pourquoi Machia’h n’est-il pas venu? »

Samedi dernier, le monde juif et pas seulement les hassidim Chabad ont célébré le 25e anniversaire de la mort du rabbin Menachem Mendel Schneerson, le Rabbi de Loubavitch, connu de presque tous les Juifs du monde. La plupart des Israéliens ont déjà rencontré des adeptes qui tentent de gagner la mitsva de revêtir des tefillins, dans les endroits la plus reculée du monde, avec des milliers de « messagers » dispersés dans le monde entier.

Et ce phénomène est vraiment étonnant, car il n’y a plus de leader du chabad hassidisme, mais le mouvement se développe, s’épanouit et gagne quand même du terrain, ce qui témoigne certainement du pouvoir et des vertus du Rabbi de Loubavitch, qui a su créer un système qui continuerait à fonctionner sans lui.

Sa voix dominante et ce qu’il a construit de ses mains en mouvement, n’a pas eu besoin d’un remplaçant. Ayant rappelé la direction du Rabbi de Loubavitch cette semaine, je me suis laissé entraîner dans des comparaisons avec ce que nous avons ici et aujourd’hui, avec la direction actuelle en Israël, celle au pouvoir et celle qui lutte contre la direction.

J’ai interviewé Ehud Barak cette semaine, le grand accusateur enthousiaste de Netanyahu. D’après l’interview, j’ai pu comprendre que si Netanyahu disparaît de nos vies demain, Barak peut le remplacer, de même que Gantz et ses partenaires, car le retrait de Netanyahu est la raison pour laquelle ils demandent l’aide du public.

C’est la raison de leur existence. Ils ne nous présentent pas de voie idéologique et ne nous donnent pas d’instructions pour faire ce que nous pouvons faire après leur disparition. Et Netanyahu n’est pas différent d’eux. Ils considèrent que leur rôle est de naviguer sur le navire, d’éviter les obstacles et les dangers, mais pas de port vers lequel ils naviguent sans indiquer leur carte.

Ils n’ont aucun but (hormis quelque chose d’abstrait comme « le bien de l’Etat d’Israël »), certainement pas une mission (autre que le désir personnel de « diriger »). Et s’ils ne dirigent pas, il y aura un autre chef. Quelqu’un d’autre s’assoirait au volant.

Aucun d’entre eux ne construit un mécanisme qui s’apparente même à celui du Rabbi de Loubavitch : « Malkhout » ou un État doté d’une force motrice idéologique qui continue à se déplacer même sans conducteur. Aucun d’entre eux n’est concerné par le ravitaillement en carburant du moteur sioniste de l’Etat et par la création d’un système qui propulse l’Etat en avant, même si, Dieu nous en préserve, nous sommes dirigés par un dirigeant post-sioniste, antioniste ou simplement confus par la direction d’un pays.

Mais quelle était l’attitude du Rabbi de Loubavitch à l’égard du sionisme et de l’État ?

Lire la suite

Source: infos-israel.news

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.