Arthur Ashkin, juif américain, 96 ans, Nobel de physique

0
2493

Arthur Ashkin

Le prix Nobel de physique a été attribué mardi à trois chercheurs, dont le Français Gérard Mourou, pour leurs recherches sur les lasers qui ont permis de développer des outils utilisés dans l’industrie et la médecine. 

Le prix récompense pour moitié l’Américain Arthur Ashkin, 96 ans, et pour l’autre moitié Gérard Mourou, 74 ans, et la Canadienne Donna Strickland, née en 1959.

Une pince optique

Leurs découvertes ont « révolutionné la physique des lasers » et à la conception « d’instruments de précision avancée qui ouvrent des champs inexplorés de recherche et une multitude d’applications industrielles et médicales », a indiqué l’Académie royale des sciences à Stockholm.

Arthur Ashkin, désormais le lauréat Nobel le plus âgé toutes catégories confondues, a mis au point la « pince optique » qui permet de manipuler des organismes extrêmement petits comme les cellules, les particules et les virus.
Ses parents étaient des immigrants ukrainiens qui se sont mariés et se sont installés à Brooklyn, où Ashkin est née. Il a obtenu un doctorat en physique nucléaire de l’Université Cornell.

Gérard Mourou, polytechnicien, et son étudiante Donna Strickland ont inventé la technique d’amplification des lasers, appelée « Chirped Pulse Amplification (CPA) », qui génère des impulsions ultracourtes et de très haute puissance.

 

Arthur AshkinArthur Ashkin dans son laboratoire Bell Labs en 1988. (David Neilson / Twitter)

Myopie et cataracte. Outre leur contribution à la physique du vide ou des trous noirs, les travaux des deux scientifiques ont permis d’opérer des millions de personnes dans le monde souffrant de myopie ou de cataracte.

La 3ème femme à obtenir ce prix

Jointe peu après l’annonce, Donna Strickland, professeure à l’Université de Rochester aux États-Unis, s’est dite honorée par le Nobel de physique, que seules deux femmes ont reçu avant elle depuis sa création en 1901.

« Je pensais qu’il aurait été plus facile d’honorer les femmes physiciennes, nous en sommes là aujourd’hui et j’espère qu’avec le temps, les choses iront plus vite », a-t-elle réagi. Avant elle, seules Marie Curie – qui reçut aussi le Nobel de chimie en 1911 -, récompensée en 1903 avec son mari Pierre, et Maria Goeppert Mayer en 1963 ont été décorées par l’académie.

Source : europe1.fr

À 96 ans, Arthur Ashkin remporte le prix Nobel pour avoir inventé la pince à épiler optique

Le physicien américain Arthur Ashkin, né à Brooklyn en 1922, est devenu mardi le plus ancien lauréat du prix Nobel de l’histoire. Sa famille a immigré d’Odessa en Ukraine aux États-Unis et s’est installée au 983 E 27 Street, entre Avenues I et J. Son père dirigeait un laboratoire dentaire au 139 Delancey Street à Manhattan.

Ashkin a remporté le prix Nobel pour avoir inventé les pincettes optiques. Il partage la moitié du prix, soit 9 millions de couronnes (environ un million de dollars), avec Gérard Mourou, de France, et Donna Strickland, du Canada, qui a remporté le prix de la production d’impulsions optiques ultra-courtes de haute intensité.

Le comité Nobel a déclaré que les pincettes optiques “créent de toutes nouvelles opportunités d’observation et de contrôle des mécanismes de la vie”.

Les pincettes optiques (appelées à l’origine «piège à gradient de force à faisceau unique») sont des instruments scientifiques qui utilisent un faisceau laser hautement focalisé pour fournir une force attractive ou répulsive (typiquement de l’ordre des piconewton), en fonction de l’indice de réfraction relatif entre la particule et les environnements environnants. moyen, pour tenir physiquement et déplacer des objets microscopiques semblables à des pincettes. Ils sont capables de piéger et de manipuler de petites particules, généralement de l’ordre du micron, comprenant des particules diélectriques et absorbantes. Les pincettes optiques ont particulièrement bien réussi à étudier divers systèmes biologiques ces dernières années.

La détection de la dispersion optique et des forces de gradient sur des particules de la taille d’un micron a été décrite pour la première fois en 1970 par Arthur Ashkin, qui travaillait aux Bell Labs. Des années plus tard, Ashkin et ses collègues ont rapporté la première observation de ce qu’on appelle couramment une pince optique: un faisceau de lumière étroitement focalisé capable de maintenir des particules microscopiques stables en trois dimensions.

L’ancien secrétaire américain à l’Énergie, Steven Chu, a utilisé la pince optique dans ses travaux sur le refroidissement et le piégeage d’atomes neutres, ce qui lui a valu le prix Nobel de physique de 1997, en compagnie de Claude Cohen-Tannoudji et de William D. Phillips. Chu a décrit la façon dont Ashkin avait envisagé pour la première fois la pincement optique comme méthode de piégeage des atomes.

À la fin des années 1980, Ashkin et Joseph M. Dziedzic ont présenté la première application de la technologie aux sciences biologiques, l’utilisant pour piéger un virus de la mosaïque du tabac et une bactérie Escherichia coli.

Ashkin a confié à l’Associated Press: «Je suis très vieux et j’avais cessé de m’inquiéter de choses comme le prix Nobel.» Il a dit qu’il avait été agréablement surpris lorsqu’il avait reçu l’appel de la Suède à 5 heures du matin.

Par

David Israel

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.