Le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne, Riyad al-Maliki
( Photo: AFP )

Irrité par les relations israélo-arabes, les Palestiniens ont arrêté de présider les sessions de la Ligue arabe

Les Palestiniens décident de concéder le droit de présider le conseil des ministres des Affaires étrangères de la Ligue après avoir échoué à convaincre les autres membres de condamner les accords Israël-Bahreïn-Émirats arabes unis, affirmant que les accords ont créé une «  crise profonde  » au sein de l’organisation

Reuters| Publié le: 22.09.20, 23:35 Ynet
Les Palestiniens considèrent les accords, que les Émirats arabes unis (EAU) et Bahreïn ont signés avec Israël à Washington il y a une semaine, comme une trahison de leur cause et un coup dur dans leur quête d’un État indépendant en Cisjordanie.
Plus tôt ce mois-ci, les Palestiniens n’ont pas réussi à persuader la Ligue arabe de condamner les nations qui rompent les rangs et normalisent leurs relations avec Israël.
Les Palestiniens étaient censés présider les réunions de la Ligue arabe pendant les six prochains mois, mais le ministre des Affaires étrangères Riyad al-Maliki a déclaré lors d’une conférence de presse à Ramallah, en Cisjordanie, qu’il ne voulait plus de ce poste.
«La Palestine a décidé de concéder son droit de présider le conseil de la Ligue (des ministres des Affaires étrangères) à sa session en cours. Il n’y a aucun honneur à voir les Arabes se précipiter vers la normalisation au cours de sa présidence », a déclaré Maliki.

 (De gauche à droite) Le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn Abdullatif al-Zayani, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président américain Donald Trump et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis Abdullah bin Zayed Al-Nahyan participent à la signature des accords d'Abraham où les pays de Bahreïn et des Émirats arabes unis reconnaître Israël, à la Maison Blanche à Washington

(De gauche à droite) Le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn Abdullatif al-Zayani, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le président américain Donald Trump et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis Abdullah bin Zayed Al-Nahyan participent à la signature des accords d’Abraham où les pays de Bahreïn et des Émirats arabes unis reconnaissent Israël à la Maison Blanche à Washington
( Photo: AFP )
Après les premières remarques, Maliki a lu une lettre qu’il a dit avoir envoyée au secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, l’informant de la décision palestinienne et critiquant les Émirats arabes unis et Bahreïn, deux pays arabes du Golfe qui partagent les préoccupations israéliennes concernant l’Iran.
L’accord des Emirats Arabes Unis avec Israël « a créé une crise profonde dans la Ligue arabe » et l’accord a été suivi « d’un effondrement similaire par le Royaume de Bahreïn », a déclaré Maliki, citant la lettre.
Dans une nouvelle démarche visant à remédier aux divisions palestiniennes internes, des responsables de la faction Fatah du président Mahmoud Abbas, basé en Cisjordanie, et du mouvement islamiste Hamas devaient tenir mardi des pourparlers de réconciliation en Turquie.
Le Hamas s’est emparé de la bande de Gaza en 2007 aux forces du Fatah lors d’une brève série de combats. Les différences sur le partage du pouvoir ont retardé la mise en œuvre des accords d’unité conclus depuis lors.

L’Autorité palestinienne « sanctionne » la Ligue arabe

De plus en plus marginalisée, l’Autorité Palestinienne ne sait plus quoi faire pour manifester sa désapprobation des accords de normalisation entre Israël et les pays du Golfe.
Elle vient d’annoncer qu’elle abandonne son rôle de présidente tournante de la Ligue arabe. La centrale terroriste reproche à la Ligue arabe d’avoir refusé de se réunir à sa demande pour dénoncer ces accords et ainsi « d’avoir trahi la cause palestinienne ».

Après la signature de ces accords et la non-réaction de la Ligue arabe, le chef du cabinet de l’AP, Muhamad A-Shtiyeh avait parlé « d’un jour sombre pour la nation arabe » et d’une « défaite pour la Ligue arabe ».

Il avait appelé l’AP à « revoir ses liens avec la Ligue arabe ».

Photo Twitter

1 COMMENTAIRE

  1. Bon, il ne reste plus au vieux gâteux de Ramallah, qu’à se tourner vers la France qui est devenue plus extrémiste que la Ligue Arabe, pour se consoler de ses enfantillages.
    Comme le Micron distribue à tours de bras de l’argent magique qu’il n’a pas, il peut lui demander de nouveaux virements sur des comptes sur lesquels l’argent s’évapore avant qu’il n’arrive à destination.
    Les palestiRIENS n’ont plus que les yeux pour pleurer, ils ont systématiquement refusé tout ce qui leur a été proposé, et ils continuent à croire en leur chimérique « droit du retour ».
    Pire, le dégénéré Erakat vient de déclarer que Ehud Olmert a été « éliminé » de la vie politique israélienne après un complot, parce qu’il avait fait une offre « intéressante » au gâteux négationniste de Ramallah, mais il ne dit pas qu’elle avait été rejetée, comme les autres.
    C’est fini, il n’y aura jamais d’Etat terroriste à proximité d’Israël, il faut d’urgence, étudier une solution incluant la Jordanie, le pays d’origine des mendiants pleurnichards…..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.