A la page… une revue culturelle francophone en Israël

0
244

Page après page…

Par Jean-Marc Alcalay

 

Une Rose des vents en couverture, offerte à tous les courants de la culture qu’offre Israël, voici donc le second numéro de la revue culturelle A la Page[1], une revue annuelle éditée en Eretz, en langue française et qui nous offre pour cette parution une belle diversité de textes en quelques 80 pages superbement illustrées et d’une très agréable lecture.

En se souvenant…

 Liliane Lemonchik, directrice éditoriale et responsable de la publication, a rassemblé pour nous plus de dix-sept auteurs dont les trajectoires de vie passent autant par le graphisme (Michel Kichka), et le souvenir israélien d’une rencontre avec deux chats, racontée par  Shmuel T. Meyer, quand ce n’est pas l’hommage rendu à Amoz Oz écrit par Emmanuel Rixhon, ou encore le texte très documenté de Mahmoud Kayal sur l’influence française sur la littérature arabe, photos à l’appui, de tous ces écrivains arabes qui ont fait passer nos grands auteurs, Guy de Maupassant, Jean-Jacques Rousseau… dans le monde proche-oriental. En miroir, c’est Raphaël Jerusalmy qui nous convie à retrouver d’autres écrivains français traduits en hébreu et nous rappelle alors les joutes littéraires entre les éditeurs israéliens qui se disputaient nos grands auteurs. Des Editions improbables écrit-il, qui nous offrent un Diderot, un Queneau, un Rostand…, tous dans leurs éditions et traductions hébraïques…

La bande dessinée autobiographique n’est pas non plus absente d’un tel programme que nous fait connaître Emmanuel Rixhon avec son Art Spiegelman. Les splendides photos d’Aliza Auerbach (1940-2016) sont mises en lumière par Gideon Ofrat. Elles rythment de façon saisissante la revue et nous invitent à lire avec empressement les pages suivantes : une rencontre avec Jeannine Worms (1923-2006), texte écrit et présenté par Yehuda (Jean-Bernard) Moraly. Amie de Cioran, de Roger Caillois, écrivain(e), dramaturge, traductrice, grande lectrice de philosophes et de textes hindouistes, passant de Buenos Aires où elle est née jusqu’à Paris, Jeannine Worms que je ne connaissais pas a eu plusieurs vies en une et c’est une vraie découverte que de lire son parcours de vie, qui couvre notre XXe siècle tourmenté.

En écoutant…

Musique des mots, musique tout court avec Bettina Ehrhardt qui nous présente l’immense chef d’orchestre indien de minorité Pârcî et qui a dirigé longtemps l’Orchestre philarmonique d’Israël, jusqu’à en devenir son directeur à vie en 1981. L’interview du maestro donne lieu à de nombreuses anecdotes que notre auteur, qui a suivi le maître, nous restitue avec plaisir. Pas de fausse note dans cet article qui en amène un autre, celui du Professeur Michael Wolpe, lequel nous raconte les origines des orchestres en Israël dont les naissances suivent de près les différentes vagues d’immigration avec, pour point d’orgue, le premier concert de la Philharmonie du 26 décembre 1939, dirigée par Arturo Toscanini.

En construisant…

Architecture avec le texte de Luis Mariano Akerman sur le Temple de la Liberté à Buenos Aires. Cette belle synagogue bâtie en 1897, au centre de la ville est aussi appelée Temple de la Congrégation Israélite de la République d’Argentine dont la communauté est née en 1860. Le texte est élégamment illustré par de belles et nombreuses photos de l’édifice en lien évidemment avec l’histoire de cette communauté juive latino-américaine…

En cuisinant…

Dans A la Page, Il y a aussi de quoi manger. Nir Levy nous ouvre l’appétit, celui du ventre évidemment, mais aussi de l’esprit en nous racontant sa naissance à Jérusalem, son mariage avec une Française et son appétit grandissant pour la cuisine. Une cuisine ouverte à toutes les religions, comme dit le chef qui aujourd’hui possède quatre établissements à Jérusalem…Nir Levy nous donne l’eau à la bouche et nous propose en fin de texte quatre de ses recettes : alors, beteavon !

En visitant…

Que serait une revue s’il n’y avait pas l’art pour la compléter et nous distraire. Carmen Oszi nous fait visiter l’exposition du Musée d’Art de Philadelphie qui a eu lieu à Tel Aviv et qui s’intitulait Temps modernes et couvrait un siècle d’art moderne. De quoi découvrir les chefs d’œuvre de Paul Klee, de Manet, de Renoir… Je m’étonne beaucoup mais avec bonheur, de découvrir que chaque grand musée du monde abrite autant de trésors artistiques ! Après Tel Aviv, Jérusalem et trois expositions sur Maimonide ses écrits et son sceau, Freud, le seigneur des anneaux et Une place pour la mode, en l’occurrence, celle d’Israël. Etranges sentiments d’insatisfactions de notre guide, Liliane Lemonchik après sa visite, sauf pour la dernière… Beer-Sheva ensuite avec une formidable exposition d’art islamique, celle du Docteur David Rouach et dont les quelques photos nous ravissent, texte signé Dr David Rouach et Liliane Lemonchik… Les objets transitionnels nous rappellent le nom de leur découvreur, le psychanalyste anglais Donald Woods Winnicott (1896-1971). Vous savez bien, ces petits « doudous » que les enfants ne quittent que vers l’âge de 9 ans et qui les sécurisent, qu’il ne faut surtout pas laver, ni perdre car ils sont leur lien privilégié à leur mère…Ils en ont souvent le parfum. Carmen Oszi propose l’exposition qu’elle dit passionnante, qui a eu lieu à Genève du 24 septembre au octobre 2018, et qu’il faut découvrir par son texte, car elle rassemble de façon émouvante les objets transitionnels qui relient des personnes photographiées par deux chercheurs, à des objets familiers dont ils vont raconter l’histoire et qui les relient à la Shoah…

En lisant…

Carmen Oszi continue par une critique de livre, Saga d’une famille juive par Odile Suganas, puis c’est Monique Brys-Namias qui nous parle des Juifs de San Nicondo de Yaêl König, enfin, Douleur de la très connue Zeruya Shalev, livre résumé par Martine-Gabrielle Konorski, puis encore Voyou, proposé par Liliane Lemonchik, pour terminer avec la critique du Prof. Francine Kaufman qui s’est plongée dans la lecture de L’hébreu parle aux Français de Fabienne Bergmann. Comme quoi, A la Page porte bien son titre, avec cette livraison 2019, lue page après page, avant d’attendre 2020, pour se plonger avec plaisir dans A la Page suivante…

Par Jean-Marc Alcalay

—————–

[1] A la Page, Revue culturelle de langue française, contact : revue.alapage@gmail.com GraphOr, Jérusalem, 2019.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.