« Désormais, ce que je veux c’est repartir à zéro », confie à l’AFP Art Spiegelman, président du Festival d’Angoulême et auteur de « Maus », BD culte sur la Shoah qu’il vient de revisiter dans « MetaMaus », afin de clore définitivement un chapitre et se libérer du passé.Vingt-six ans après la parution de son best-seller, seule BD jamais couronnée par le Pulitzer, en 1992, l’Américain Art Spiegelman a souhaité avec « MetaMaus » (Flammarion) « répondre définitivement à toutes les questions qu’on (lui) pose : pourquoi des souris ? Pourquoi la BD ? Pourquoi l’Holocauste ? », explique-t-il dans un entretien à l’AFP en marge d’une rétrospective exceptionnelle qui lui est consacrée au 39e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême.

« Maus » (souris en allemand) raconte la Shoah à travers les souvenirs de son père, survivant des camps nazis, auquel il donne la parole. Les Juifs y sont représentés en souris, les nazis en chats. Dans « MetaMaus », qu’il a mis cinq ans à réaliser et s’accompagne d’un DVD, Art Spiegelman répond à une interview fleuve de l’universitaire américaine Hillary Chute sur la construction de « Maus ». Une oeuvre qui a bouleversé la bande dessinée du monde entier… et sa vie.

« Maus était déjà une longue interview de mon père, MetaMaus découle aussi d’une interview, à laquelle s’ajoutent de nombreux documents, et maintenant les journalistes me posent des questions sur ce livre, c’est une véritable mise en abyme ! », s’exclame le frêle sexagénaire, cigarette insolente aux lèvres et feutre sur la tête. ” J’en ai assez d’être considéré comme l’homme d’un seul livre. J’ai passé ces dernières années à tenter d’échapper à la réussite de Maus” , avoue-t-il.

Spiegelman a depuis illustré de nombreuses couvertures du New Yorker, dont sa femme, la Française Françoise Mouly, est directrice artistique, et l’accompagne à Angoulême. Il aussi réalisé des BD pour enfants, « des contes de fées, sans fée », sourit-il. Depuis le 2e tome de « Maus », en 1991, il a également publié « A l’ombre des tours jumelles », album consacré au 11-Septembre.

« Moi, j’en ai terminé avec Maus depuis longtemps. Même si ce que j’ai voulu, c’est faire un livre que l’on peut lire et relire. C’était une vision. Je ne voulais donner aucune leçon à personne », poursuit Spiegelman.

« Désormais, ce que je veux vraiment c’est repartir à zéro. Redevenir libre de faire ce que je veux. Après MetaMaus, mon but est de retourner à mon studio. J’adorerais redessiner mais je ne sais pas encore si je vais finir des projets que j’ai en tête ou, peut-être, faire tout à fait autre chose, comme du ballet ! », plaisante-t-il.

La grande rétrospective d’Angoulême –une autre exposition est consacrée à son « musée personnel de la BD »– met en valeur tous les aspects de son oeuvre, bien au-delà de « Maus ». On y voit notamment comment l’auteur est réceptif à tous les courants de la BD.

« Je n’habite pas en Amérique, je vis à New York. C’est une petite île à côté de l’Amérique, bien plus ouverte sur la culture européenne et les autres ! », s’amuse-t-il.

Rétif jusqu’ici à toute rétrospective de son œuvre, Spiegelman explique avoir d’abord « dit non. Je ne veux plus regarder en arrière » aux responsables du Festival. « J’ai finalement accepté seulement parce que la commissaire en est l’épouse de mon ami (l’auteur) Lorenzo Mattotti, et que l’exposition va à Paris, au Centre Pompidou.

Elle ira ensuite en Allemagne et dans d’autres pays », se réjouit l’ex artiste underground des années 70-80, soucieux de sa postérité mais qui refuse l’encombrant statut de mythe vivant.

Lundi 30 janvier 2012
AFP Relax News

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.