27 Gardiens de la Révolution tués dans un attentat

0
640

Au moins 27 membres des gardes de la révolution tués dans l’attentat contre l’Iran

Une vingtaine d’autres personnes auraient été blessées après qu’un autobus transportant les forces paramilitaires d’élite de la République islamique a été pris pour cible dans un attentat-suicide dans le sud-est de l’Iran. Le groupe sunnite Jaish al Adl a revendiqué l’attaque.

Un attentat-suicide ayant pris pour cible un bus transportant le personnel de la force d’élite paramilitaire des Gardiens de la Révolution,tuant au moins 27 individus et en blessant plus d’une vingtaine, dans le Sud-Est du pays, selon les médias d’Etat.

Selon l’agence de presse Fars, Jaish al Adl, un groupe militant sunnite opérant dans le sud-est de l’Iran, a revendiqué l’attaque, qui a eu lieu le jour de la conférence tenue à Varsovie par les Etats-Unis et qui débat de ce que l’Amérique qualifie d’influence maligne sur l’Iran sur le Moyen-Orient en général.

L’agence de presse officielle IRNA, citant ce qu’elle décrit comme une “source bien informée”, avait initialement annoncé l’attaque de la Garde comme se déroulant dans la province iranienne du Sistan-Baloutchistan.

La province, située sur une des principales routes du trafic d’opium, a été le théâtre d’affrontements occasionnels entre les forces iraniennes et les séparatistes baloutches, ainsi qu’avec des trafiquants de drogue.La Garde Révolutionnaire est une puissance économique et militaire majeure en Iran, qui ne dépend que du chef suprême du pays, l’ayatollah Ali Khamenei.Alors que l’Iran a été impliqué dans les guerres qui ont ravagé la Syrie et l’Irak voisin, il a largement évité l’effusion de sang qui sévit dans la région. En 2009, plus de 40 personnes, dont six commandants de la Garde Révolutionnaire, ont été tuées dans un attentat-suicide commis par des extrémistes sunnites dans les provinces du Sistan et du Baloutchistan.

Attaque contre les Gardiens de la Révolution en septembre dernier

 

Un assaut coordonné par un groupe de l’État islamique, le 7 juin 2017, contre le Parlement et le sanctuaire de l’ayatollah Ruhollah Khomeini, leader de la révolution islamique iranienne de 1979, a fait au moins 18 tués et plus de 50 blessés.

Et plus récemment, une attaque contre une parade militaire en septembre dans le sud-ouest du pays, riche en pétrole, a tué plus de 20 personnes et en a blessé plus de 60.

Presse associée, Reuters | Publié: 02.13.19, 18:43

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.