10 000 descendants séfarades ont obtenu la nationalité portugaise (2015)

1
357

Depuis 2015, le Portugal a naturalisé plus de 10 000 Juifs séfarades

 

Le Portugal a approuvé environ le tiers des 33 000 demandes de citoyenneté présentées en vertu de la loi de 2015 concernant les descendants des juifs séfarades. 

Le Portugal avait adopté cette loi peu avant que l’Espagne ne l’imite avec une loi similaire mais plus restrictive  qui prendra fin en octobre 2019.

Des milliers de descendants séfarades ont obtenu la citoyenneté espagnole. La loi portugaise est ouverte à tous.

Les deux pays l’ont voté pour expier les persécutions des Juifs dirigées par l’Église aux XVe et XVIe siècles, connues sous le nom d’Inquisition….

Les personnes qui descendent des anciens juifs portugais qui ont été expulsés du pays peuvent faire une demande de naturalisation.

Ils doivent prouver qu’ils descendent bien d’un juif portugais. Souvent, le nom de famille est un bon indicateur. La généalogie est ici très importante. Par chance, bien souvent les communautés juives ont des registres bien établis.

Cette possibilité donnée aux juifs est en quelque sorte une réparation, leurs ancêtres ayant été expulsés injustement du Portugal.

Les candidats juifs à la nationalité portugaise n’ont même pas besoin de venir se déplacer au Portugal pour faire leur demande.

En revanche, leur réelle appartenance à la communauté juive portugaise est vérifiée par les communautés israélites de Lisbonne et Porto.

Près de 1 800 descendants de juifs séfarades ont acquis la nationalité portugaise en 2017 en vertu de la loi promulguée en 2015.

Selon des données officielles, à la date d’aujourd’hui, le Portugal aurait approuvé plus d’un tiers des dizaines de milliers de  demandes de citoyenneté au titre de sa loi de 2015 qui permet aux  descendants  Juifs séfarades d’obtenir la nationalité portugaise.

Les demandes ont émané principalement d’Israël, de Turquie, du Brésil et du Venezuela.

Le rapport n’indique pas combien de demandes  ont été refusées mais Israël, qui ne fournissait au Portugal que quelques dizaines de nouveaux citoyens par an avant 2015, a envoyé 4 289 demandes en 2018.

Les Israéliens ont soumis plus de demandes de naturalisation que les anciennes colonies portugaises comme le Cap Vert  et l’Angola.

 Les citoyens turcs, qui étaient très peu à demander la citoyenneté portugaise au cours des dernières années, ont représenté 1 141 demandes ces dernières années. Les Vénézuéliens ont soumis 562 demandes de ce type.

L’augmentation des naturalisations en vertu de la loi, que le Portugal a adoptée en 2013 et promulguée en 2015 s’inscrit dans une foule d’initiatives du gouvernement visant à renforcer les liens du pays avec le public juif et la reconnaissance de son héritage juif.

L’Espagne a lui aussi naturalisé depuis 2015 plus de 10 000 candidats en raison de leur ascendance juive.

Les économies espagnole et portugaise sont fortement tributaires des investissements étrangers et du tourisme, et elles connaissent toutes deux un taux de chômage élevé par rapport au reste de l’Union européenne.

En 2018, la secrétaire d’Etat au Tourisme au Portugal, en visite aux Etats-Unis, avait évoqué la présence juive au Portugal qui remonte à plus de 1 600 ans.

 « Nous voulons une présence juive au Portugal », avait expliqué Ana Mendes Godinho, « et nous voulons aussi des investissements juifs » avait-elle ajouté.

Un an plus tôt, en 2017, le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa avait déclaré à un groupe de leaders juifs à New York : « Votre histoire est la nôtre ».

Tel-Avivre –

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.