« Poutine est fou »: après le réchauffement des relations – la Chine en net virage contre la Russie

Les responsables chinois ont affirmé que la Chine pensait que la Russie échouerait dans la guerre contre l’Ukraine et qu’elle serait présentée après la défaite comme une « petite puissance » avec une image négative.

La Chine pense que la Russie va perdre la guerre contre l’Ukraine et la laisser comme une « petite puissance », ont affirmé aujourd’hui (jeudi) des responsables chinois.

Les responsables ont attaqué le président russe Vladimir Poutine, l’ont qualifié de « fou » et ont averti que Pékin ne devait pas « suivre les traces de la Russie » et soutenir aveuglément la guerre en Ukraine.

Les sources ont affirmé qu’elles pensaient que la Russie ne serait pas en mesure de gagner la guerre en Ukraine – et que le conflit « coûteux et meurtrier » ferait de Moscou une « petite puissance » avec une économie faible et une image négative vis-à-vis les pays du monde.

Les paroles des responsables marquent un tournant important dans les relations amicales entre la Russie et la Chine – environ un mois seulement après que les deux pays se sont engagés à approfondir leurs relations bilatérales.

Il semble maintenant que le président Xi Jinping devrait faire de son mieux par l’intermédiaire de ses fonctionnaires pour se distancier de Poutine et de la guerre, alors qu’il s’efforce maintenant d’améliorer ses relations diplomatiques avec l’Occident.

Dès septembre 2022 certains journaux européens attiraient l’attention sur les limites du rapprochement Russie-Chine:

La Chine ne prendra pas le risque de faire ouvertement cause commune avec la Russie, lisait-on dans Frankfurter Allgemeine Zeitung :

«La position chinoise se caractérise en effet par des efforts visant à ne pas se laisser aspirer par le tourbillon des sanctions occidentales. Xi connaît une situation économique délicate dans son pays (dont il est en partie responsable), et il ne voudra pas risquer une rupture avec ses partenaires commerciaux en Europe et en Amérique. En dépit du soutien rhétorique apporté, l’exemple de Poutine devrait avoir un effet plutôt dissuasif à Pékin. Le fait qu’un pays remette en cause ce qui constitue pratiquement son unique source de revenus, et ce pour une guerre absurde, cela peut difficilement être ce que Xi entend par ‘stabilité et énergie positive dans un monde chaotique’.»

Poutine demandera de l’aide à la Chine, mais celle-ci ne la lui fournira pas. C’est en tout cas ce qu’assurait La Vanguardia :

«Les relations commerciales de la Chine avec les Etats-Unis et l’Europe sont bien plus profitables que celles avec la Russie, et Pékin n’est pas désireuse de les mettre en péril. … Et comme la Chine et la Russie aspirent toutes deux à exercer une influence majeure dans certains pays d’Asie centrale, il pourrait y avoir des différends. La puissance de la première n’est du reste pas comparable à celle de la seconde. … Les relations entre Moscou et Pékin existent bel et bien, mais elles sont déséquilibrées et ont leurs limites.»

JForum avec agences de presse  www.maariv.co.il

Image

 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.