La Turquie parraine le Hamas au milieu des tirs de roquettes anti-israéliennes en pleine spirale depuis Gaza

Le président turc Recep Erdogan a reçu le chef du Hamas Ismail Haniyeh à Istanbul le samedi 22 août, à la fin d’une semaine au cours de laquelle au moins 15 roquettes palestiniennes et des centaines de ballons dangereusement piégés ont été lancés sur Israël depuis la bande de Gaza. Étaient également présents le chef du renseignement turc du MIT, Hakan Fidan, et l’adjoint de Hanyeh, Saleh al-Arouri, dont la tête est mise à prix par le gouvernement américain pour 5 millions de dollars.

Erdogan, qui fustige fréquemment Israël, a activement adopté les groupes palestiniens les plus radicaux, en particulier le Hamas, une branche des Frères musulmans qu’abrite Ankara. Après que le président turc a juré de «libérer» Jérusalem de ses «envahisseurs», les autorités de défense israéliennes ont élevé son pays à une place très proche de celle de l’Iran dans ses plans d’évaluation des menaces contre la sécurité nationale.

DEBKAfile a rapporté que le Hamas a longtemps été autorisé à maintenir à Istanbul un vaste réseau d’agents de haut rang et un personnel de 60 personnes chargée de comploter, orchestrer et financer des attaques terroristes en Cisjordanie et à Jérusalem en activant ses cellules dormantes.

Plus récemment, le London Telegraph a découvert que le gouvernement turc avait fait mieux et a fourni à une douzaine de hauts dirigeants du Hamas basés à Istanbul des passeports turcs, leur accordant la liberté de voyager, éventuellement également dans des pays où le Hamas est interdit en tant que groupe terroriste. Cela peut inclure des nations européennes où les attaques du Hamas contre des cibles israéliennes constituent une menace réaliste.

Ces craintes ont été exacerbées par les liens opérationnels du Hamas avec le pion terroriste libanais iranien, le Hezbollah, qui a mis ses centres de formation au Liban à la disposition des recrues du Hamas, rapportent nos sources. La plupart des nouveaux «citoyens turcs» sont des terroristes et des meurtriers condamnés, libérés et expulsés d’Israël dans le cadre de l’accord Shalit de 2011, dans lequel 1 027 prisonniers, pour la plupart palestiniens, ont été libérés en échange d’un soldat israélien pris en otage.

Parmi ceux qui auraient reçu les précieux passeports figurent Zacharia Najib, qui a supervisé un complot visant à assassiner le maire de Jérusalem, Nir Barkat, et d’autres personnalités publiques israéliennes et les tristement célèbres Jihad Ya’amor et Hisham Hijaz, ainsi qu’Abdel Rahman Ghanimat, qui dirigeait au sein du Hamas une équipe responsable d’une série d’attentats suicides, dont une attaque en 1997 contre le Café Apropo à Tel Aviv qui a tué trois jeunes femmes.

Sauvetage d’un bébé, Shani, par une policière lors de l’attentat contre le Café Apropo, Boulevard Ben Gurion Tel Aviv, 1997. Dans son dernier geste, sa mère Anath Rozen Winter tente de sauver la vie de son bébé, Shani. Et elle y est parvenue. Un passant a remarqué Shani, encore vivante, l’a soulevée et l’a apportée à une officier de police, Tsiona Busri présente sur les lieux.

Kamal Awad, un financier du Hamas récemment sanctionné par le Trésor américain, a également récemment déménagé à Istanbul. En 2015, Ankara a demandé à Arouri, la plus haute personnalité du Hamas en dehors de Gaza, de partir, pour ne pas embarrasser Erdogan alors en train d’essayer de réparer ses relations avec Israël. Arouri partage désormais son temps entre la Turquie et le Liban.

5 Commentaires

  1. Eh bien il faut prévenir le Sultan que Jérusalem est désormais juive, qu’il ne bouge pas un cil sinon on lui fera sa fête. Qu’il fasse bien attention où il pose les pieds, les Juifs ne sont pas des terroristes arabes. Qu’au moindre geste on évacuera tout le monde de Jérusalem pour la sécuriser et qu’elle ne sera ouverte que deux fois par an pour accueillir à la mosquée cinq cent pèlerins arabes seulement avec un agent Juif pour chacun. Réciprocité avec Ste Sophie ..

  2. Question : À quoi servent les relations diplomatiques entre Israël et la Turquie qui est devenue le pays complice et financeur du Hamas et de tous les ennemis d’Israël. Bibi est’il trop occupé par son calendrier judiciaire pour avoir oublié de cesser les relations avec ce pays ?

    • Stop à la démago, on sait depuis longtemps que la rupture porterait un coup d’abord aux Américains, à preuve les manœuvres d’Obama pour ressouder alors qu’en Israël personne ne le voulait… Israël vient de s’engager aux côtés de la Grèce, l’accord avec les EAU va contre les intérêts turcs, les liens avec les Kurdes sont anciens. Tout ne tourne pas autour du « Procès ». Avec la Gauche, on se croit d’abord chez Kafka

  3. Pour quelles raisons Israël ne donnerait-il pas un coup de mains à des activistes du PKK pour foutre la merde à Istanbul et malmener le Sultan cinglé ?
    Le dictateur turc est devenu le plus grand ennemi d’Israël qui semble ne pas avoir pris la mesure de cette situation qu’il faut traiter d’urgence, malgré les intérêts économiques.
    TRUMP est coincé et ne peut rien faire, il est en pleine campagne électorale en faisant face aux fascistes « Démocrates » prêts à toutes les saloperies pour l’abattre, sans oublier la présence de la Turquie dans l’OTAN, et surtout, les nombreuses bases américaines surplace.
    Reste que l’économie turque est en pleine décomposition, et là, le Sultan ne pourra rien faire pour y mettre un terme, cette situation le dépasse.
    D’après certaines infos publiées sur des sites « bien informées » le Sultan d’Istanbul se prépare à provoquer des attentats et des désordres à Jérusalem, pour « reconquérir Jérusalem » selon son vocabulaire au ras des pâquerettes, mais qui trouve un grand écho parmi tous les tarés arabo-musulmans qui s’enflamment à la moindre déclaration débile….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.