L’Autorité palestinienne devra fournir des explications à Biden sur le cruel centre de torture de Jéricho

Personne ne sait ce qui se passe dans ses murs, ce bâtiment n’est pas surveillé et il n’est pas ouvert à la communication. Non loin du casino qui fonctionnait à Jéricho il y a 20 ans jusqu’au début de la seconde intifada, se trouve le cauchemar de tout détenu palestinien. La prison de Jéricho est devenue le nom de code du centre de torture numéro un de l’Autorité palestinienne dans les territoires. Quiconque y arrive sait exactement à quoi s’attendre.

Des Palestiniens récemment détenus dans un centre de détention de Jéricho se plaignent d’avoir été soumis à de cruelles tortures physiques et mentales. Les histoires horribles qui sortent de prison, ou comme on l’appelle plus communément « l’abattoir de Jéricho », mettent en lumière les méthodes d’interrogatoire et les graves tortures subies sur les détenus palestiniens. Certains appellent l’endroit le » Guantanamo de l’Autorité Palestinienne « , le comparant à la prison que les Américains ont installée à Cuba à l’époque, et qui a depuis fermé.

D’après les témoignages de Palestiniens arrêtés à l’établissement de Jéricho, la torture consiste à frapper toutes les parties du corps, à leur couvrir la tête, à ​ lier les mains derrière le dos pendant de longues heures, à attacher une chaise dans des positions douloureuses, à empêcher la nourriture et le sommeil, à interdire les réunions avec des avocats et des membres de la famille, menaces de violence sexuelle contre les femmes, extorsion, intimidation et menaces de nuire aux membres de la famille.

Des groupes palestiniens de défense des droits de l’homme rapportent que les forces de sécurité palestiniennes ont procédé ces dernières semaines à une vague d’arrestations d’activistes palestiniens soupçonnés d’être impliqués dans des activités politiques et de propagande contre l’Autorité palestinienne ou d’appartenir au Hamas. Les avocats des détenus et les membres de leur famille se sont plaints de torture sévère au centre de détention de Jéricho. Il y a quelques jours, une manifestation de protestation a eu lieu sur la place Manara au centre-ville de Ramallah, au cours de laquelle ils ont appelé à la libération des détenus et à la fermeture de la tristement célèbre prison.

« Depuis une semaine, je suis battu sur toutes les parties de mon corps, menotté dans toutes sortes de positions d’une manière qui me fait plier le dos ou mes mains sont suspendues, et de lourds objets en fer sont placés sur mes jambes », a déclaré le détenu palestinien Ahmad Harish lors de sa comparution devant le tribunal.

« Ahmed ne peut pas marcher, ni bouger la tête ni faire de mouvements. Il ne répond pas, et nous comprenons qu’il est torturé, ligoté avec des câbles, ses yeux sont constamment couverts et battus. Il a perdu la moitié de son poids, et « Il a dit qu’il n’avait jamais connu une telle torture », a déclaré la sœur de Harish, rejetant la responsabilité de la vie d’Ahmad sur les responsables de l’Autorité palestinienne, les tribunaux et le parquet. « Nous n’attendrons pas que mon frère soit Nizar Banat », a-t-elle déclaré, faisant référence à un militant politique d’Hébron qui a été battu à mort par les forces de sécurité palestiniennes lors de son arrestation l’année dernière.

Un témoignage supplémentaire vient de l’avocat Ahmad Khassib, un habitant d’un des villages proches de Ramallah, qui a également été arrêté et détenu dans une prison de Jéricho. Il les a qualifiées de « fausses accusations » en rapport avec l’incident du laboratoire d’explosifs à Beituniya, affirmant qu’il a été exposé à des interrogatoires barbares et à des tortures. », a déclaré Karaja.

La prison de Jéricho a un comité mixte qui comprend des représentants de tous les services de sécurité palestiniens et son rôle est de s’occuper des détenus problématiques et dangereux. Le centre de détention comprend non seulement des membres du Hamas et du Jihad islamique et des membres indisciplinés du Fatah soupçonnés d’être des « ennemis de l’Autorité palestinienne », mais aussi des militants de l’opposition soupçonnés d’être des opposants au régime et toute personne que l’AP décide de qualifier de « portant atteinte à l’ordre public et à l’ordre national et la stabilité. »

Il y a deux ans et demi, c’est Suha Jabara, une mère de trois enfants, dont le témoignage a agité la rue palestinienne. Elle a été détenue dans une prison de Jéricho après avoir été arrêtée pour avoir reçu de l’argent illégal et collaboré avec l’ennemi. « L’interrogateur m’a menacée de viol. Ils m’ont aspergée d’eau froide et ont menacé de m’enlever mes enfants », a-t-elle déclaré dans un témoignage enregistré sur la vidéo. L’Autorité palestinienne a démenti ces allégations. En raison de la torture, elle a été forcée de suivre un traitement psychiatrique et son procès est toujours en cours.

Selon l’Autorité palestinienne des droits de l’homme, 252 plaintes pour torture ont été enregistrées dans les prisons de l’AP en 2021. Selon une source palestinienne, le nombre de cas réels de torture est bien supérieur au nombre de plaintes enregistrées. Sur le papier, la loi palestinienne interdit ostensiblement la torture, et il y a quelques années, l’Autorité palestinienne a rendu une décision dans cet esprit. Mais dans la pratique, les preuves montrent que la pratique consistant à torturer les détenus dans les centres d’interrogatoire se poursuit et n’est pas efficacement supervisée. « C’est très dérangeant et contraire à tout l’art et à la pratique internationale. Quelqu’un doit intervenir dans ce qui se passe là-bas. Le travail du comité mixte des mécanismes de la prison de Jéricho doit être arrêté. Suite à la critique de la torture, il y a eu un décision il y a deux ans.

Le Dr Omar Rachel, directeur du Centre Ashmas pour les droits de l’homme et la démocratie à Ramallah, déclare qu’« il devrait y avoir une supervision et une mise en œuvre des décisions de la loi. « Il n’y a pas de décision planifiée et délibérée d’en haut d’utiliser la torture, et il se trouve que cela est fait par des gens sur le terrain. »

Les organisations de défense des droits de l’homme accusent Israël de violer les droits et son traitement des détenus palestiniens, tandis que la plupart d’entre elles ignorent les plaintes de torture au sein de l’AP. Le mois prochain, le président américain Joe Biden se rendra au Moyen-Orient et rencontrera le président de l’AP, Mahmoud Abbas. Au consulat saoudien en Turquie, les Palestiniens devront fournir des explications, mais avant cela, les Américains devront les exiger.

infos-israel.new

1 COMMENTAIRE

  1. L’AP et le Hamas c’est bonnet blanc et blanc bonnet , ils pleurent devant les médias du monde entier pour toucher du fric par milliard mais en réalité ce sont des terroristes tueurs , bons a rien se sont des légions de satan sur terre , je ne sais pas quand le monde ouvrira les yeux pour les rejeter ,il ne sont d’aucune nation ….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.