À quoi ressemblait la vie juive en Israël à l’époque de la Mishna et du Talmud ?

Une nouvelle exposition de l’Autorité des antiquités d’Israël au Centre Yigal Allon du kibboutz Ginossar offre un aperçu des siècles où les sages juifs ont réussi à reconstruire une communauté en Galilée.

À quoi ressemblait la vie juive en Israël après la destruction du Temple et de Jérusalem par Rome ? Une nouvelle exposition de l’Autorité des antiquités d’Israël au centre Yigal Allon du kibboutz Ginossar offre un aperçu de la façon dont les Sages ont réussi à reconstruire une communauté en Galilée au cours des siècles qui ont suivi la grande tragédie.
Le « Sentier du Sanhédrin » présente plus de 150 objets de la fin de la période du Second Temple et des siècles suivants, certains d’entre eux étant exposés pour la première fois, dont une imposante pierre gravée d’une représentation du Temple. Il présente un approfondissement du sentier de randonnée, inauguré en 2017, reliant différents sites de ces siècles.
Le Grand Sanhédrin était l’assemblée de 71 sages qui servaient de cour suprême pour le peuple juif. Après la destruction du Temple en 70 EC, il a été déplacé plusieurs fois, rappelle le Talmud.

 Pierre de Magdala exposée pour la première fois en Israël au Yigal Allon Center (crédit : EINAT AMBAR ARMON/ISRAEL ANTIQUITIES AUTHORITY)Pierre de Magdala exposée pour la première fois en Israël au Yigal Allon Center (crédit : EINAT AMBAR ARMON/ISRAEL ANTIQUITIES AUTHORITY)

« Le Sanhédrin a été exilé en dix étapes à la fin de la période du Second Temple et après la destruction du Temple. Ceci est connu de la tradition. Il est passé de « la Chambre de la Pierre de Taille, son siège fixe dans le Temple, à Ḥanut, littéralement, une boutique, un endroit désigné sur le Mont du Temple à l’extérieur du Temple proprement dit ; et de Ḥanout à Jérusalem ; et de Jérusalem à Yavne ; » lit-on dans un passage du Traité de Roch Hachana (31a) tel que traduit par l’édition William Davidson du Talmud.
Situé dans la partie centrale de la Terre d’Israël, selon la tradition juive, « Yavne et ses Sages » étaient la récompense demandée par Rabbi Yohanan Ben Zakkai au général romain Vespasien après avoir prédit qu’il deviendrait le nouvel empereur.
« Et de Yavne [le Sanhédrin s’est déplacé vers] à Usha ; et d’Usha il est revenu à Yavne ; et de Yavne il retourna à Usha ; et d’Usha à Shfaram; et de Shfaram à Beit She’arim ; et de Beit She’arim à Tzipori ; et de Tzipori à Tibériade », continue le passage.
L’histoire et la vie des cinq centres en Galilée, Usha, Shfaram, Beit She’arim, Tzipori et Tibériade est l’un des axes de l’exposition.
Les artefacts exposés comprennent une lampe à huile, des inscriptions comportant les mots ‘shalom’ et ‘shabbat’, et des noms de sages tels que Yaakov et Shimon en hébreu et en araméen, et un trésor de pièces d’argent et de bronze de l’époque de la révolte contre les Romains dirigés par Shimon Bar Kokhba (132-135 CE), qui a été trouvé au milieu d’un bâtiment incendié, suggérant le lourd tribut que le conflit a imposé même en Galilée.
De plus, pour la première fois, le public a la possibilité de voir la pierre de Magdala originale. La pierre a été trouvée en 2009 à Magdala, un grand centre de vie juive au début de la période romaine située sur la rive ouest de la mer de Galilée.

Photos générales de l'exposition du sentier Sanhedrin au centre Yigal Allon.  (crédit : EINAT AMBAR ARMON/ISRAEL ANTIQUITIES AUTHORITY)Photos générales de l’exposition du sentier Sanhedrin au centre Yigal Allon. (crédit : EINAT AMBAR ARMON/ISRAEL ANTIQUITIES AUTHORITY)

Les fouilles ont mis au jour des bains rituels juifs ( mikvaot ), des rues, un marché et des installations industrielles – ainsi qu’une synagogue, dont les murs étaient décorés de plâtre coloré, ainsi que des sols en mosaïque le long du trottoir. La pierre se tenait au milieu du hall principal de la synagogue, représentant le Second Temple de Jérusalem, avec une menorah sculptée à sept branches sur l’un de ses côtés. Il s’agissait d’une découverte cruciale car la représentation était gravée dans la pierre alors que le temple était encore debout.
« L’exposition est unique, non seulement en raison des trouvailles fascinantes exposées, mais aussi parce qu’elle donne un aperçu des « coulisses » de leur exposition », a déclaré Eli Escosido, directeur général de l’IAA. « L’exposition montre les personnes qui ont trouvé les artefacts, que ce soit lors des fouilles ou lors des diverses activités à l’origine de la création du sentier. »
« Visiter l’exposition et marcher le long du sentier du Sanhédrin se complètent comme se déplacer dans une rue à double sens, cela nous permet de voyager dans le temps dans notre histoire et notre patrimoine. »
    20 OCTOBRE 2021 19:53  www.jpost.com

Une bougie à l’huile portant la maquette de la lampe à sept branches qui a été dévoilée sur le site d’Usha sur le sentier du Sanhédrin.(crédit photo : YANIV BERMAN/IAA)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.