L’intérêt de la Russie pour la Syrie tend à coopérer plus avec Israël qu’avec l’Iran

La Russie a déployé son système de défense aérienne S-400 le plus avancé en Syrie, mais les armes sophistiquées ne semblent pas fonctionner contre les avions israéliens.
C’est un secret de polichinelle que Moscou, un allié du président syrien Bachar al-Assad, autorise Israël à mener des frappes aériennes contre l’armée syrienne et les milices iraniennes opérant dans le pays. Le contrôle de l’espace aérien syrien par la Russie a contribué à transformer le conflit en faveur d’Assad, alors pourquoi permet-il à Israël de mener ses actions sans interruption ?

Le 28 décembre, des avions de chasse israéliens ont attaqué le complexe de conteneurs du port de Lattaquié, dans la partie de la Syrie où la Russie maintient sa principale base navale. Les attaques ont touché le chantier de conteneurs contenant des cargaisons d’armes iraniennes.

C’était la deuxième tentative d’Israël de détruire la bombe. La première a eu lieu le 7 décembre, mais a apparemment moins bien réussi que la dernière frappe aérienne, qui a causé d’importants dégâts.

Cette nuit-là, ni le S-400 russe ni les systèmes de défense aérienne syriens n’ont tenté de frapper les avions israéliens. La vérité est que la Russie n’exploite jamais ses systèmes de défense aérienne contre les avions israéliens. On pense qu’une telle passivité fait partie d’un accord plus large entre les deux pays.

Après que le Kremlin a commencé son aventure militaire en Syrie en 2015, il a conclu un accord avec l’État juif : Israël se serait engagé à assurer la sécurité des civils russes et des installations militaires en Syrie lors de ses attaques contre les milices iraniennes et les cibles militaires syriennes. En retour, Moscou a promis de ne pas utiliser ses armes pour repousser les attaques israéliennes.

Dans ce cas, pourquoi l’armée syrienne n’a-t-elle pas riposté avec ses armes le 28 décembre ?
Selon des sources du Kremlin, un avion de transport militaire russe descend pour atterrir sur une base aérienne – à environ 25 kilomètres de Lattaquié – alors que les attaques israéliennes ont eu lieu, la défense aérienne syrienne n’a donc pas été activée pour repousser l’attaque.
Il ne fait aucun doute que le Kremlin veut éviter des incidents comme celui-ci en 2018 au cours duquel un avion de renseignement russe, qui est revenu au Khalim avec 15 militaires à bord, a été accidentellement touché par un missile sol-air syrien S-200. Moscou a blâmé Israël pour l’incident, affirmant que les avions israéliens avaient placé l’avion russe Il-20 sur la trajectoire des systèmes de défense aérienne syriens après n’avoir pas averti suffisamment à l’avance le commandement russe de son intention d’attaquer des cibles syriennes.

Il y avait des spéculations selon lesquelles l’Il-20 aurait été touché par un F-16 israélien, mais même si tel était le cas, le Kremlin n’a jamais dévié de sa condamnation verbale habituelle de l’incident.
L’événement tragique n’a eu aucun effet sur les relations entre la Russie et Israël. Bien que l’armée russe opérant en Syrie ait le pouvoir d’empêcher Israël de nuire à des cibles iraniennes et syriennes, la Russie ferme constamment les yeux sur les activités d’Israël en Syrie. L’attaque du port de Lattaquié n’était pas inhabituelle.

Pour Assad et les Iraniens, le Kremlin agit comme un allié et un partenaire peu fiable. En 2010, Moscou a refusé de vendre des systèmes de défense aérienne S-300 à Téhéran, cédant aux pressions des États-Unis et d’Israël. En 2019, la Russie a de nouveau rejeté une demande iranienne d’achat de systèmes S-400, craignant que la vente ne provoque de nouvelles tensions au Moyen-Orient.

Même maintenant, alors que l’embargo du Conseil de sécurité de l’ONU sur les livraisons d’armes conventionnelles à l’Iran n’est plus en vigueur, il n’y a toujours aucune certitude que Moscou vendra le S-400 à Téhéran. On craint une guerre imminente avec la Russie.
Par conséquent, afin de ne pas compromettre ses liens avec Israël, la Russie s’abstiendra probablement d’une coopération militaire plus approfondie avec l’Iran.

Comme l’ancien conseiller à la sécurité nationale d’Israël, Meir Ben-Shabbat, l’a récemment déclaré, la Russie partage le point de vue d’Israël selon lequel l’Iran est une « puissance qui sape la stabilité au Moyen-Orient ». Il a également souligné que la position de Moscou sur l’Iran est plus proche de la position d’Israël que cela n’a été révélé publiquement.

La position passive de la Russie sur les frappes aériennes israéliennes en Syrie démontre clairement que le Kremlin n’est pas disposé à nuire à ses relations avec Israël au nom de l’alliance avec la Syrie et d’un potentiel partenariat stratégique avec l’Iran.

Quelques jours seulement avant l’attaque de Lattaquié, le président russe Vladimir Poutine et son homologue israélien Yitzhak Herzog ont eu une conversation téléphonique et discuté de la coopération bilatérale.
Les relations entre Israël et la Russie sont historiquement liées à la Seconde Guerre mondiale, à la création d’Israël et à l’émigration des Juifs russes pour y vivre.

Il y a jusqu’à 1,5 million d’Israéliens russophones dans l’État juif, et certains oligarques russes, comme Mikhail Friedman, ont obtenu la citoyenneté israélienne.
Étant donné que les oligarques jouent un rôle très important dans la politique russe et que Moscou s’efforce de maintenir de bonnes relations avec tous les acteurs au Moyen-Orient, le Kremlin devrait continuer à empêcher Damas de répondre aux frappes aériennes israéliennes.

La Syrie est le maillon faible des relations russo-israéliennes, et Téhéran, pour sa part, est incapable de faire pression sur Moscou pour permettre à ses forces prussiennes d’utiliser le territoire syrien comme base d’action contre Israël.
La Russie continuera d’équilibrer le soi-disant axe de résistance (la Syrie, l’Iran et les milices mandataires de Téhéran) avec leur ennemi juré Israël.

האינטרס הרוסי בסוריה נוטה לשיתוף פעולה עם ישראל יותר מאשר עם איראן

Crédit : Chanson du groupe de crédit du commissaire Photo : porte-parole de Tsahal

2 Commentaires

  1. Je suis l’imbroglio depuis longtemps. La présentation de la position russe est plus diplomatique que ce qu’on pouvait lire il y a 3 et 5 ans par exemple. Les bonnes relations Natanyahou-Poutine n’ont pu effacer des contentieux réels et normaux. Des accords techniques sur les mesures à prendre pour des secrets qu’Israël respecte pour que Russes et Américains n’accèdent pas aux armes de l’autre puissance. Des secrets du F 35 sont arrivés en Russie mais par d’autres voies qu’Israël. De même pour ceux du S 400 connus des Américains mais pas par Israël qui n’en a d’ailleurs jamais achetés. On ignore si la valise des documents confidentiels trouvés par le Mossad dans la banlieue de Téhéran fut partiellement un « cadeau » d’un tiers comme Moscou. Ce qui est plus net est la mégalomanie que montre Téhéran pour prendre la tête du monde musulman par son activisme, le terrorisme qu’il soutient et la volonté affichée détruire l’Etat juif. Téhéran veut s’imposer, même par la peur envers les Sunnites. Ce qui est aussi tout à fait clair, c’est que sans menaces crédibles contre elle, l’Iran ne cèdera pas dans ses tentatives d’atteindre le seuil atomique quoi qu’il en coûte et mentira encore comme des « arracheurs de dents » en signant des accords de non-armements, non-enrichissements qui seront tous violés aussi vite que signés dans les heures qui suivent. Bref, Israël sera obligé à des actions militaires quitte à déclencher une guerre avec l’Iran avec la grimace ou le sourire de Washington n’importe pas autant qu’on le dit. On parle beaucoup trop dans les médias des avancées et reculs diplomatiques parce que les journalistes et le monde politique ignorent à peu près tout ce qu’i faut savoir sur les bombes atomiques. On parle aussi beaucoup des deux grandes puissances (Chine exceptée) parce que les médias sont déformés depuis les années 60 par la guerre froide et trop indifférents envers la volonté, les découvertes, les préparatifs militaires réels des deux acteurs concernés (Israël et l’Iran) qui comptent nettement plus que ceux des tiers (à peu près les 5 permanents du Conseil de sécurité). Même si les passages à l’acte d’Israël et de l’Iran sont certains, ils seront déguisés mais n’en seront pas moins réels. La guerre est inévitable avec la mégalomanie et l’idéologie du régime des ayatollahs. Mais quelle guerre… est une autre histoire. Qui peut parler des méandres, rebondissements, révélations, découvertes, assassinats, destructions ciblées ratées ou réussies qui mèneront à des mini-guerres ou à une guerre ouverte. Je ne vois aucune raison sérieuse de douter que les tensions entre les deux pays se calment puisque l’Iran se choisit à chaque fois un président le plus conservateur, anti-occidental et anti-juif que les ayatollah trouvent de disponible. Mes prévisions sont réalistes même si cela mène à des conclusions catastrophistes au goût de ceux qui ont vite froids aux yeux. La guerre ? Elle a commencé depuis longtemps mais elle prendra un aspect plus dur et choquant maintenant que l’Iran s’approche du « Seuil nucléaire » et que la lâcheté des gauchistes et de nos médias tentera de colorier la réalité avec des couleurs fausses mais vivantes. Nathan le toqué. Cette signature ne sert pas de maquillage mais d’hommage à un professeur juif qui se moquait de tout le monde et mourut lors de la révolte du ghetto de Varsovie qui débuta à Pessah (19 avril) 1943.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.