La Knesset approuve la première phase de la réforme judiciaire

Les négociations ont abouti à un échec, malgré les efforts du Premier ministre et du ministre de la Défense pour parvenir à un accord avec l’opposition avant les votes. Finalement, Netanyahu s’est résigné face aux menaces de dissolution de la coalition émanant de Levin et Ben Gvir.

Lundi après-midi, lors des lectures finales à la Knesset, un événement politique crucial a eu lieu : les députés ont voté à la majorité de 64 voix en faveur des modifications apportées à la norme de raisonnabilité. Ce projet de loi vise à amender la loi fondamentale sur le pouvoir judiciaire en permettant au tribunal de remettre en question la validité des décisions prises par un élu qui, selon l’avis d’un juge, dépasseraient les limites de ce qu’une autorité raisonnable entreprendrait.

Depuis son introduction à la Knesset en début de mois, le projet de loi a suscité des débats enflammés. L’opposition s’est montrée farouchement opposée à ces modifications, exprimant sa désapprobation en criant « honte! » et « destruction ! » lors des débats. Malgré les tentatives de parvenir à un compromis entre la coalition au pouvoir et l’opposition, les négociations ont finalement échoué, ce qui a conduit à l’approbation de la première phase de la réforme judiciaire selon le calendrier initial.

Le processus législatif n’a pas été sans obstacles, avec des ministres influents des partis Sionisme religieux et Likoud, Bezalel Smotrich et Yoav Gallant, soutenant activement le projet de loi. En revanche, les ministres Yariv Levin (Likoud) et Itamar Ben Gvir (Otzma Yehudit) ont fermement exprimé leur opposition. Le Premier ministre lui-même s’est impliqué dans les débats, pesant les avantages et les inconvénients du projet et cherchant des moyens d’atténuer les inquiétudes de l’opposition.

Une autre dimension des négociations a porté sur la législation concernant les nominations judiciaires, un sujet épineux qui a été soulevé lors des délibérations sur la réforme judiciaire. Certains acteurs politiques ont suggéré de retarder cette législation pendant plus de six mois. Des discussions ont eu lieu avec la résidence du président pour tenter de trouver un terrain d’entente sur ce point.

Finalement, face à l’impasse des négociations, la coalition a décidé de poursuivre le projet de loi tel qu’il avait été prévu initialement. Cette décision a été prise malgré les protestations de l’opposition, dirigée par le député Yair Lapid (Yesh Atid), qui a exprimé sa vive désapprobation et a annoncé l’échec des négociations, mettant fin aux pourparlers.

La réforme judiciaire continue donc d’avancer, suscitant toujours des débats animés et des désaccords passionnés au sein de la Knesset. L’issue finale de cette réforme importante pour le système judiciaire israélien reste encore incertaine, mais une chose est sûre : le processus législatif ne manquera pas de susciter l’attention et l’intérêt de la population et des acteurs politiques dans les jours à venir.

Jforum.

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Vérité

Vite la réforme désirée par la majorité du peuple!!!
En Terminer enfin avec ces juges autoproclamés de gauche qui se prennent pour l élite lol

Elie

« En revanche, les ministres Yariv Levin (Likoud) et Itamar Ben Gvir (Otzma Yehudit) ont fermement exprimé leur opposition. »

Comment pouvez-vous écrire une chose pareille ? Y a-t-il quelqu’un qui relit les « articles » ?